le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

mercredi 9 juin 2004

Vive le sport !

... et notamment le footing sous le soleil avec deux sacs à dos.


Je m'explique, en image :



Les plus avisés d'entre vous l'auront déja compris : c'est une gare de chemin de fer. Et la petite Molly, gentille lectrice de [.....]*, qui connait les lieux, l'aura sans doute reconnue comme étant celle de Rochefort.


Une gare donc. Même pas privatisée, pour le moment. A Rochefort. Et sans train. MAIS avec des voyageurs qui attendent un train. Il était 14h12, quatre minutes donc avant l'arrivée du train de 14h14 à destination de La Rochelle-ville, correspondance pour Paris-Montparnasse départ 14h44 voie A, veuillez emprunter les passage souterrain s'il vous plait.


Reconstituons le timing :
- 13h05 : je décide que j'aime mieux voir ma chère moitié trois heures plut tôt que prévu plutôt que de passer mon après-midi sur des registres qui ne m'aprendrons probablement pas grand chose, et puis après tout j'ai déja largement la doc suffisante pour mon mémoire, donc, bye bye le service historique de la marine ;


- 13h18 : passage à l'hôtel où m'attend mon sac à dos pour y déposer temporairement le sac à ordi ;


-  13h25 : toujours sur mon pesant vélo de location, passage à la gare, échange du billet, j'apprend que le train n'est pas à 14h42 comme je le pensais mais à 14h14. Bien.


- 13h40 : arrivée chez mon loueur de bicyclette, place de la poste (on peut être plus loin de la gare tout en restant dans le centre ville, mais pas tant que ça, surtout en se paumant un peu) ; là, un écriteau me rappelle qu'il est fermé de 12h à 14h, évidemment ("ah, ces parisiens", me direz vous...) ;


- 13h50 : absorption rapide d'un ersatz de vittel-menthe dans un rade des environs pour compenser le déficit hydrique croissant ;


- 13h56 : arrivée du loueur avec 4 minutes d'avance, j'ai toujours dit que les charentais maritimes n'étaient pas des vrais charentais, mais sur ce coup là, le l'aurais embrassé ;


- 13h58 : ma caution récupérée, je file à l'hôtel chercher mes sacs, en prenant soin de ne pas commencer à courir avant d'avoir tourné le coin de la rue pour ne pas faire naître des soupçons chez le commerçant susdit, puis passage au trot enlevé à travers le quadrillage des rues de Rochefort (théorème de la vie urbaine : si vous devez traverser rapidement un quartier dont les rues forment un damier, votre destination et votre point de départ forment une diagonale de ce damier) ;


- 14h04 : passage à l'hôtel ; beau score, je trouve, en tongs et avec les courbatures de la virée en vélo de la veille. Afin d'expliquer mon état de transpiration, donne l'heure de mon train : l'hôtelier court chercher mon sac à dos de base et le sac à dos de l'ordi et m'aide à charger le mulet, me souhaite bon courage pour le reste de mon trajet ;


- les 8 minutes qui suivent sont consacrées à une interminable ligne droite se terminant sur la façade art nouveau de la gare, avec sa pendule en plein milieu qui avance inexorablement.


Bref, j'ai eu mon train. Et s'il avait été à l'heure, je l'aurais eu quand même. Et du coup il ne me manque plus que la natation pour courir l'Iron Man.


Le Plume vous salue bien.


 


* compléter les pointillés avec la mention appropriée


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr


Afficher entrées trié par taille : mode :