le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

vendredi 11 mai 2007

Do mineur ou la majeur ?

Je ne sais pas si c'est une envie de s'isoler dans une tour d'ivoire, mais je plonge une oreille dans la musique classique en ce moment. De préférence pas trop emphatique, les chevauchées des Walkyries, non merci. Difficulté : comment faire une entrée qui parle de musique sans avoir le son, sachant bien sûr que je n'y connais pas grand chose. Et que je n'apprécie guère les pages web qui font du bruit quand on les ouvre : la musique, c'est quand j'en ai envie, pas quand on me l'impose ; les casse-oreilles du métro me donnent régulièrement des envies de meutre.

Donc : j'ai ressorti un CD que j'avais depuis longtemps, des sonates pour piano de Mozart. Et je repense à ce qu'écrivait à peu près Starobinski : le siècle des Lumières, c'est aussi le siècle de la lumière ; une musique lumineuse.


Vue de la cour d'école de la rue Martel, dimanche dernier.

Pour être précis, j'ai écouté toute la journée la classiquissime sonate en la majeur K.331 - celle qui se termine par la marche turque que tout le monde connait. Interprétée par Maria João Pires (Deutsche Gramophon, 1990). Le jeu des thèmes et variations, comme des jours qui se succèdent... La lumière, toujours la lumière.

La sonate en do mineur, c'est complètement autre chose. Sturm und Drang, dit-on. Mais il est décidément difficile de parler de musique sans tomber dans la cuistrerie. Surtout quand on n'y connaît rien. Il y a qu'à écouter, quoi.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 4 février 2007

Aiguillages

Les postes d'aiguillage sont le centre nerveux des voies ferrées - impossible de faire fonctionner le système si l'on doit crapahuter à travers les voies pour faire bouger l'aiguille. Et sans mouvements d'aiguilles, pas de réseau ferré, juste des tronçons séparés et sans grand intérêt, comme ce fameux aérotrain Bertin dont le monorail en béton traverse la Beauce - mais allez faire des aiguillages en béton armé !


Poste d'aiguillage de la gare de l'Est, rue Philippe de Girard, samedi après-midi.

Mais cependant, pour le permissionnaire de retour de Mourmelon ou le banlieusard qui rentre à Lagny-Thorigny, le poste d'aiguillage, c'est un édifice peu spectaculaire qu'il ne regarde même pas. Paris, poste 1. Dans les rapides à numéro pairs, on se bouscule pour descendre d'improbables valises des portes-bagages ; dans le train de banlieue, le voyageur replie sont journal ou sort son crayon pour reprendre son sudoku. Derrière les murs, derrière les vitres, se décident les directions de chacun.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 10 décembre 2004

C'est vendredi

C'est vendredi et si on fait la "semaine anglaise", comme on disait jadis jusqu'à ce que pour une bonne partie des français cela devienne la semaine, tout simplement ; eh bien on rentre chez soi, avec dans un coin de la tête l'idée de ne plus revoir son lieu de travail avant trois nuits ("trois nuits !").

On pense peut-être à tout ce qu'on aurait dû faire cette semaine et qu'on a remis à la suivante. Ou peut-être à un petit apéro, peinard chez soi, pourquoi pas un Manhattan, 45 cl de Bourbon, 20 cl de Vermouth doux une cerise -- moi je mets une cerise à l'au de vie et j'ajoute un trait d'Angostura, soyons fou. Mélanger sur de la glace dans un tumbler.

Ou alors on fait la liste des activités du week-end, sorties, promenades, courses. Il y en a même qui vont passer leur samedi après-midi dans le sous-sol d'un bâtiment universitaire normalement fermé à entendre causer de moulins à foulon médiévaux...


Dans tous les cas, un bien bon week end à tous.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 2 avril 2006

Un air de fête

Cet après-midi, la ville était légère. Un vrai ciel de printemps, un petit brin de folie douce. Place de la République, un rassemblement-concert-manifestation ; quelques militants purs et dur, bien sûr, mais surtout des gens qui sont venus là se retrouver, être ensemble. La république, quoi.


Place de la république, vers 16h cet après-midi.

Un peu plus loin, du côté du canal, les gens s'assoient pour regarder l'eau. Après tout, la marche des nuages et du soleil suffit à faire défiler le paysage, pourquoi bouger ?

Au coin de la rue de Lancry, la librairie de design fait salle comble. Achats du jour : Architecture industrielle, Paris et banlieue (Parigramme, 2003) et surtout Quonset Hut, Metal Living for a Modern Age, Anchorage Museum of History and Art/Princeton Architectural Press, 2005. J'en reparlerai un de ces jours.

L'hôpital militaire Villemin n'est plus militaire, ni un hôpital ; affluence des grands jours dans le jardin. La gare de l'Est est en travaux. En avril, ne te découvre pas d'un fil.

Tasse de thé ; puis préparer un kebab curry - plein de poudre de gingembre, de fenouil et de cardamôme, ça ne peut que faire du bien.

C'était dimanche.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 3 juillet 2005

Avant de partir

Alors que je finis mes valises pour prendre demain la route des cols alpins, une dernière photo (ô combien) parisienne :


Arrière-cour, rue du Faubourg du Temple, Paris 11ème, hier après-midi.

Pendant une bonne partie de mon enfance, Paris, c'était ça : petits escaliers et cours obscures (mais la vaste fresque murale était alors moins défraîchie et le lierre moins envahissant), une rue étroite à l'activité étourdissante, la lumière des réverbères qui se reflète sur des pavés luisants de pluie... C'était là que nous descendions, venus du nord-ouest, de l'ouest ou du sud-ouest suivant la période, chez l'une de mes tantes qui habitait, et habite toujours, dans ce quartier qui n'a guère changé durant ces trente ans.

Ce que je pensais de Paris du haut des mes trois pommes ? Que c'était bien, mais franchement fatiguant, je crois - mon opinion n'a pas beaucoup changé sur ce point. Et aussi que je ne me voyais vraiment pas, mais alors vraiment pas, vivre dans ce genre d'endroit, ce qui prouve qu'il ne faut jamais dire « fontaine, je ne boirais pas de ton eau. »

Ceci dit, la nuit dernière et à un demi arrondissement de là, j'avoue que je commençais à revenir à cette opinion ancienne : nous avons la chance d'habiter un appartement qui a des fenêtres sur deux façade. Ce privilège nous a permis de cumuler deux tapages nocturnes différents en stéréo, ce qui en une saison où on voudrait pouvoir ouvrir ses fenêtres est passablement agaçant. D'autant que bien entendu les digicodes divers interdisent toute intervention civilisée... Bah, vers quatre heure, l'un des deux a cessé, permettant d'ouvrir les fenêtres ouest puis, vers cinq heure, à l'heure où blanchit la campagne, le second, me permettant de dormir. Ce sont les joies de l'empilement... Enfin, du coup, je ne suis pas malheureux de m'échapper pour quelques jours !

Je l'ai dit, mes contributions risquent d'être peu quotidiennes dans les deux semaines qui viennent. On verra bien.

Le Plume vous salue bien.



samedi 17 juin 2006

Like the moon over Bourbon Street

La situation est grave, mais pas (complètement) désespérée. Je progresse à la vitesse du paresseux sous tranxène alors que ce devrait être celle du puma (« mon totem »). Et à force de me tuer les yeux pour savoir si la limite entre la pierre de taille de la carrière de l'Isle et celle de la carrière de l'Arche est à un pied au dessus ou au dessous de la grille de chauffe des four à réverbère nord de la nouvelle fonderie, je me tappe un mal de crâne pas piqué des hannetons, ce qui n'aide pas.

Pour compenser, une image prise pendant une petite pause en terrasse hier soir :


Au carrefour des rues Traversière, Michel Chasles et de l'avenue Daumesnil, Paris 12ème.

J'aime bien le petit observatoire incongru tout là haut. Je me sens bien en phase avec lui, tiens.

Le Plume vous salue bien.



lundi 13 mars 2006

Ah ! Les beaux jours...

Réveil difficile ce matin : presque pas dormi, patraque, mal à un genou, et toute la plonge du week-end qui s'était accumulée. Mieux vaut revenir aux photos d'hier, tiens. Après tout, la météo d'aujourd'hui était tout aussi clémente qu'hier, quoi que tout aussi vivifiante.


Au bois de Vincennes, hier après-midi.

Eh non, ce n'était pas le parc naturel des landes de Gascogne mais bien l'oreille verte orientale de Paris...

Sinon, journée de blocage filtrant habituelle maintenant - avec un enthousiasme renouvelé de la part des grévistes, qui semblent plus nombreux et plus motivés que la semaine passée. Chapeau, M. le premier ministre, ça vallait la peine de mobiliser un plateau télé et les journalistes serviles de la première chaîne - maintenant que même les journalistes de la RAI se rebiffent, ils seront bientôt champions du monde. Ah, et puis le ministre de l'éducation continue son petit jeu idiot de tricher sur le nombre de facs grévistes : pour lui, ni Paris 6 ni Paris 7 ne le sont, bien que les cours soient interrompus depuis mardi dernier. Résultat, étudiants et personnel envisagent les moyens de durcir le mouvement, puisque visiblement pour le ministre ce n'est pas suffisant comme ça. Quel talent. Ça me rappelle Juppé qui, droit dans ses bottes, déclarait qu'il ne bougerait pas tant qu'il n'y aurait pas un million de personnes dans les rues. Évidemment, à la manif' suivante, on y était, et bien d'avantage.

À l'autre bout de la France, le président de l'unversité de Toulon demande la suspension du CPE. Il est élu UDF, comme le ministre de l'éducation déjà cité. Pendant ce temps, Chirac garde un mutisme assourdissant : il n'a jamais oublié les grandes manifestations de 1986. Ça fout le camp dans tous les sens, cette affaire ; à mon avis ça sera réglé dans les huit jours.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 3 août 2007

Signalisation

Si jamais les forces de l'ordre vous interpellent pour une entorse au code de la route sur les chaussées parisiennes, vous pourrez repondre ceci : « Monsieur l'Agent, je suis désolé : j'avais lu sur un blog généralement fiable que tous les panneaux de signalisation étaient rangés pour le mois d'août contre le mur d'une cabane de jardin, pas très loin du Périphérique. »

Pas sûr que ça marche, en fait. Et pourtant...


Au coin du Boulevard Poniatowski et de l'Avenue de la Porte de Charenton, 1er août 2007.

À part ça : dernier jour de travail avant congés d'été, dernier couscous boulette chez M. Richard avant fermeture annuelle... Ça va plutôt pas mal, quoi. Et je me suis acheté un autre boîtier Pentax. Oui, encore un autre. Mais c'était pour les objectifs qui vont avec ; promis, je ne commence pas une collecque !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 2 août 2007

La flèche du temps

Le monde occidental s'est construit sur une idée centrale : l'imminence de la fin du monde. À chaque période de crise le refrain revient, entêtant : ce monde est trop vieux, ce monde est mourant - cavaliers de l'apocalype ou hiver nucléaire, cette fois, ça y est, c'est sûr, on est bon.


Un paysage de fin du monde : les emprises SNCF vues du boulevard Poniatowski, Paris 12e, hier en début de soirée.

Que cette flèche du temps qui va droit dans le mur soit au cœur de nos manières de penser, ce n'est pas une grande découverte. Peut-être parce que se construire un monde infranchissable à l'horizon temporel évite le vertige de l'infini : si l'axe du temps se prolonge sans fin, nos jours deviennent infinitésimaux, insignifiants ; et, signifier, on y tient.

J'ai grandi dans les années 80. No future, ce n'était pas seulement un graffiti : l'idée que l'an 2000 n'arriverait jamais, que tout péterait avant, elle était bel et bien là. Et puis voilà : la fin du monde semble avoir été reportée sine die. Depuis, on avance, un peu désorienté ; peut être pour ça que ma génération peine à trouver sa place - nos cadets sont bien plus dynamiques que nous, ils nous rattrapent déjà...

Chaque moment, chaque déception, chaque bonne surprise sont de petites fins du monde en ce qu'ils anéantissent des mondes possibles qu'on avait rêvés ou qu'on avait craints. Le temps qui passe, c'est nous.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : d'autres photos de ce même coin sur la pellicule en cours de développement. Si elles en valent la peine, vous les verrez, et tant pis pour la quasi répétition.



lundi 6 août 2007

Rhapsodies

Je réécoute la rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov. Peut-être pas ce qui se fait de plus raffiné (sans compter que le passage la plus célèbre, la variation 18, est une soupe sans nom) mais ça correspond bien à mon état d'esprit du moment. Le thème qui apparaît, disparaît comme un chemin couvert par la végétation, revient sous une toute autre forme... La vie est comme ça.


Emprises SNCF, boulevard Poniatowski, 1er août 2007 (Pentax P30, obj. 50mm).

À part ça, reçu le numéro de juillet de Technology and Culture. Encore un très bon article sur les débuts de l'automobile (en l'occurence sur la naissance de la Ford T) : ça tombe bien, j'ai toujours un cours à préparer là-dessus pour la rentrée.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 14 mars 2007

Coup de Saint-Émilion

Vu le temps et tout, j'ai ce midi franchi la Seine comme César (Jules) le Rubicon, et tenté de grignoter quelque chose du côté de la cour Saint-Émilion, juste en face.

bah, déçu, alors, déçu comme tout ; on m'avait dit grand bien de cette rénovation, mais franchement... Le « Village » de « Bercy Village » doit être le même que celui de « Beaujolais Village », qui comme chacun sait est une verte piquette. Des cadres sup' qui mangent en terrasse, des boutiques style rue piétonne de province... Yet another shopping mall, quoi. Le jardin public lui-même est assez décevant, tout petit, ses buttes de terres paysagées ont plus de prétention que d'allure. Un seul élément pour racheter le tout : un joli pavillon au milieu et un petit étang avec canards et roseaux. Ouf.


Cour Saint-Émilion, ce midi

N'empêche : si ça, c'est une rénovation réussie, t'as pas envie d'en voir une ratée, hein. Je l'ai toujours dit : le Saint-Émilion, c'est très surfait.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 19 août 2005

Des quais de la Villette au quai de gare

Un petit tour et puis repart : mon ami, mon vieux frère, celui qui a la mauvaise idée d'habiter à l'autre bout de l'Eurasie et que j'avais récupéré à Roissy hier, est reparti avec armes et bagages (et gamin) vers d'autres horrizons.


Le TGV de 19h00 pour Lyon et Saint-Étienne, ce soir, Gare de Lyon,19h02.

J'essaye d'éviter de me la jouer « cher journal » dans ces pages - au point qu'on a pu y voir une certaine froideur. Mais, après tout, si on ne peut pas épancher ses coups de blues sur son blog, à quoi bon ?

Sans compter les super courbatures aux jambes que je me tappe : faire la cité des sciences avec, pour une bonne partie de la visite, un gamin de sept ans juché sur la pointe de mes godasses, ça fait du sport. Mais comme il est le fils de mon ami et quelque chose comme mon filleul, il a le droit inaliénable de m'exploiter de manière éhontée - et de s'endormir sur mes épaules dans un coin de l'exposition d'accoustique, si c'est ce qui lui chante.

Le Plume vous salue bien.



mardi 14 mars 2006

Dans la ville

Comme une majorité d'humains aujourd'hui, je vis en ville. D'ailleurs, j'ai toujours vécu en ville : grande ville portuaire, sous-préfecture de 18 000 habitants, ville moyenne de 50 000 habitants, métropole régionale et universitaire, et maintenant Paris - tout ça, ce sont des villes. Et franchement, je n'imagine pas sérieusement de vivre ailleurs, autrement que pour des vacances éventuellement prolongées.


Porte de Charenton, dimanche dernier, 17h48.

Je suis donc un urbain - pas forcément un parisien, même si à présent je suis ça. Ce qui veut dire que quand je sors de chez moi, je m'attend à ce qu'il y ait de l'humain tout autour. Enfin, de l'humain... toute la campagne européenne est elle aussi le résultat de plusieurs siècles d'occupation humaine ; je veux dire qu'il y a des gens. Trop de gens, parfois, ou un peu trop près ; d'ailleurs, je ne prend pratiquement plus les transports en commun, ça me fiche le bourdon. Deux roues, avec ou sans moteur, c'est parfait pour moi.

La ville, c'est plein d'humains dans un même lieu qui ont chacuns leurs petits itinéraires à eux, en essayant d'éviter les collisions tout en ayant des contacts. Un des trucs que j'aime bien, avec le GPS, c'est de télécharger mes trajets et de les voir sur une carte. Si on pouvait faire ça avec tous les habitants d'une ville pour une journée, on obtiendrait un fouillis indescriptible et incompréhensible de traits ; pourtant, chaque tracé pris individuellement avait ses raisons pour suivre ce trajet là.

Ce fouillis de trajectoires, c'est sans doute ça qui fait la ville. Non ?

Le Plume vous salue bien.



lundi 16 juillet 2007

On rentre du boulot....

Paris après le 14 juillet se vide comme si on avait ouvert la bonde de la baignoire. Terminés, les bouchons sur le pont de Tolbiac, terminé aussi le téléphone qui sonne toutes les cinq minutes sur le coin du bureau et la mailbox qui enfle démesurément dès qu'on tourne le dos.

Le boulot après le 14 juillet, c'est allegro ma non troppo, il faut bien le dire. On ne s'en plaindra pas.


Quelques véhicules professionnels au garage, quai de Bercy, vendredi soir.

Et du coup, on ressort les fiches, les photos d'archives, et les chapitres ! Il reste de la route à faire...

Le Plume vous salue bien.



mercredi 15 juin 2005

Un train peut en cacher un autre

Lorsqu'en bicyclette - ou d'ailleurs en voiture - je me rends de chez moi à la présidence de l'université, derrière la bibliothèque nationale, je rejoins d'une manière ou d'une autre la rue Proudhon, qui est la réponse du 12ème arrondissement à la rue Watt : un semi-tunnel sous le faisceau ferroviaire de la gare de Lyon, pour rejoindre le pont de Tolbiac, en contournant la petite église de Bercy, un peu pitoyable sur son petit terre-plein.


Au carefour de la rue Proudhon, de la rue Coriolis et d'un pont à deux étages de voies ferrées.
Paris 12ème, lundi 13 juin 2005.

En passant lundi, come la lumière était belle, j'ai pris une petite photo, un peu comme j'ai pu - j'aime pas trop rester planté sur mon vélo à un carrefour quand le feu passe au vert, même sur le bord du trottoir. Surtout au bas du raidillon de la rue Taine. Photo, donc, pas extraordinaire mais à peu près regardable - jusque là tout va bien.

C'est quand j'ai commencé à réfléchir à l'entrée qui irait avec que ça a dérapé. Car voilà : de rails en voitures et wagons, j'ai commencé à penser aux voyages en train qui ont compté - j'ouvrais la voie au train de la mémoire, qu'on dirait si on voulait faire des phrases.

Parce que des trains, il y en a eu pas mal. Un Paris - Le Havre un jour de canicule, par exemple ; je devais avoir 4 ou 5 ans. Plus tard, les changements de vitesse de la micheline Plouaret - Lannion que j'entendais de ma chambre la nuit. Ce n'était pas à proprement parler une micheline - plutôt un bon vieux "Picasso", avec la cabine de conduite qui dépasse du toit - mais tout le monde l'appelait comme ça.

Encore plus tard, on change de terminus parisien : après Saint-Lazare et Montparnasse, Austerlitz, avant que la grande vitesse nous ramène à Montparnasse, huit ans plus tard. Un trajet Angoulême - Paris un hiver d'inondations : passage d'un tunnel au ralenti, avec les roues qui barbotent dans l'eau.

D'autres crues, les voies seules émergées à travers la plaine inondée : entre Cognac et Saintes, entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle, entre Rennes et Redon... Des trajets en Corail à travers les plaines de l'ouest de la France, regarder de l'arrière de la voiture de queue les traverses qui partent vers le point de fuite. Un autorail entre Tours et Le Mans un 13 juillet au soir : de ci, de là, les petits feux d'artifices de village.

Un voyage en train de nuit depuis Auray (Morbihan) jusqu'à Castelnaudary (Aude) pour rejoindre une péniche-camp de vacances, je devais avoir quatorze ans - enfin, jusqu'à Castelnaudary, théoriquement : suite à un changement de train raté à Toulouse-Matabiau, me suis retrouvé à Carcassonne. Conséquemment, mes débuts en auto-stop.

D'autres trains de nuit, généralement sans sommeil : Paris - Hambourg, vers la même époque, avec un arrêt interminable en gare d'Aachen, souvenir de néons au dessus de la gare. Paris - Rosporden, correspondance à Pont-Aven pour le Groenland. Et plus tard, Rennes - Grenoble pour y retrouver celle qui est devenue Madame Plume. Curieusement, cette fois-là, je n'ai aucun souvenir du trajet, seulement de l'arrivée.

Et puis, bien sûr :

E pericoloso sporgersi
Nicht hinauslehnen
Ne pas se pencher au dehors
Do not lean out of window

Le Plume vous salue bien.



dimanche 1 août 2004

Beau temps, par chez vous

Zoo de Vincennes cet après-midi : un peu chaud pour les manchots, peut-être.


Manchots de Humboldt, ou quelque chose comme ça, cet après-midi à Vincennes.

Par contre, les girafes allaient bien. Les antilopes à longues cornes du désert tchadien aussi. Le zoo lui-même, pas terrible. La seule rénovation sérieuse qui ait eu lieu depuis le 2 juin 1934, c'est celle du grand rocher. Le reste file à vaut l'eau. Pourtant, il est chouette ce zoo. Et son public, sympa. Un beau dimanche dans l'est parisien !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 9 juillet 2006

Tanière

Les drapeaux et les cocardes, j'ai beau faire, je n'aimerai jamais. Alors, comme on ne m'ôtera pas de l'idée qu'on en fait un peu beaucoup pour une partie de ballon, je rentre me cacher dans ma tanière.


Zoo de Vincennes, août 2004.

Heureuse coïncidence : il y a la télé, dans ma tanière. Je vous laisse, ça va bientôt commencer.

Le Plume vous salue bien.



samedi 14 octobre 2006

Groumpf

Soyons clair : le saligaud qui a de nouveau forcé le coffre du scooter entre 11h ce matin et 19h ce soir me donne envie d'utiliser ma perceuse sur autre chose que du bois. Et avec le mode percussion enclanché, que même le béton vibré n'y résiste pas. Non mais !


Ours à collier, zoo de Vincennes, août 2004.

À part ça et la méforme générale, on fait aller.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 2 novembre 2006

Bercy beaucoup

Pas trop le temps de rêver en rentrant : comme on dit outre-Atlantique, I hit the ground running. Faut dire, quand on a pris un jour de congé lundi et qu'on ne travaille pas le vendredi, ce n'est plus une semaine à trous, c'est des confettis...

Bref, l'installation suit son cours au bâtiment Condorcet (sic) - ce matin, pose d'un onduleur et de ses huit batteries. Informatique, un fort des halles, comme disait un de mes anciens patrons en nous regardant porter des machines, sans proposer de donner un coup de main d'ailleurs.

Mais bon : ça laissait tout de même le temps d'aller faire un tour en terrasse voir couler la Seine.


La Seine en aval de la ZAC Rive Gauche, ce midi.

Au loin Bercy veille sur la bonne utilisation des crédits que nous alloue la nation. Il y aurait sûrement à redire sur bien des points mais, pour ma part, je considère n'avoir pas volé l'argent que j'ai gagné aujourd'hui. Ah, mais.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 2 février 2005

on fera ceinture

Quelque part entre Géant Casino et la rue du Château des Rentiers, un petit bout du chemin de fer de ceinture :


Entre avenue d'Ivry et rue nationale, la petite ceinture.

Faut-il pleurer le chemin de fer de ceinture ? Quelques élus de droite des 14e et 15e arrondissement avaient entonné cet air-là à propos du débat du tramway. Mais si on l'a fermée, ce n'est pas entièrement pour rien : prisonnière de ses emprises, qui rendaient ses accès mal commodes (d'autant qu'elle est rarement au niveau de la chaussée) ; en retrait des quartiers de logement de l'ancienne zone des remparts, pour ne pas parler de la proche banlieue d'outre-périph... Son seul intérêt aurait été de ressuciter les anciennes correspondances ferroviaires (Masséna, Ouest Ceinture...) mais il aurait pour cela falu imposer un arrêt supplémentaire aux banlieusards.

Le butdu jeu, de la part de ces élus, ce n'était bien sûr pas de promouvoir le train (qu'ils pourfendent par ailleurs), mais bien de défendre la place de l'automobile sur les boulevards des maréchaux. Ceci dit, j'ai beau ne pas être un hystérique de la lutte contre la voiture, franchement, faut-il vraiment un périphérique-bis juste à côté du premier ?

La nostalgie du chemin de fer de ceinture est tout à fait sympathique ; ça n'en fait pas forcémentune bonne politique de transports !

Ca ne m'empêchera pas de regarder avec tendresse ces bouts de rail perdus dans la ville et surmontés de quelques carrés de choux.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 4 août 2007

Panhard et Levassor

Premier jour de vacances. Premières photos du Penatx P30 récupérées ce matin - pas mal, pas mal du tout : pas de problèmes majeurs en tout cas, ce qui pour un appareil d'occasion est déjà une bonne chose. Des photos un peu surexposées en général : ça m'apprendra à vouloir profiter de l'ouverture maximale du diaphragme même quand il n'y en a pas besoin, because it's there.

À l'avenir, je pense plutôt utiliser cet appareil pour les photos d'intérieur ou en faible lumière ; d'ailleurs, je l'ai chargé d'une pellicule Fuji Pro400H, excellente dans ces conditions.


Usine Panhard et Levassor, avenue d'Ivry, Paris 13e.

En 1891, Émile Levassor sortit de son atelier de l'avenue d'Ivry au volant d'une automobile et circula de la porte d'Ivry à la porte de la Plaine. C'était la première circulation d'une voiture automobile sur la voie publique - pas franchement la dernière. La société Panhard et Levassor est restée un des principaux fabricants français d'automobiles jusque dans les années 60.

Les usines occupaient une grande partie du quartier des portes d'Ivry et de Choisy. leur démolition a permis la construction des tours et des centres commerciaux actuels. Reste ce bâtiment au pignon de brique rouge à toiture en shed et façade en meulière, entre rue Nationale et avenue d'Ivry. En face, des tramways flambant neufs s'élancent de leur terminus. Vers la porte de la Plaine.

Le Plume vous salue bien.

Référence : Marie-Françoise Laborde, Architecture industrielle, Paris & alentours, Parigramme éditions, 2003.



mercredi 12 janvier 2005

Viiiitrier ! Viiiitrier !

Le brave vitrier des "portraits de Paris" de jadis avait son porte vitre sur le dos et dans son havresac un pain de mastic, un couteau et un marteau, agrémentés le cas échéant d'un litron de gros bleu qui tache et d'un sauciflard. Maintenant, il a besoin de quelques accessoires supplémentaires :


Pose de vitrages au coin de l'avenue de France et de la rue neuve Tolbiac, lundi dernier vers 16h.

Genre : un camion-grue gros calibre ("convoi exceptionnel") armée d'un outil spécifique et une nacelle élévatrice. Evidemment, les vitres blindées des immeubles de bureau modernes, ça ne se soulève pas à la main. Et ça a intérêt à être blindé parce qu'on n'a pas envie de les changer tous les jours, justement.

Dans le style "nous vivons une époque moderne", je suis en train de vous mitonner les pages web de cette rubrique, que vous allez voir ce que vous allez voir. PHP, mySQL, tout ça, tout ça. Je vous donne pas le lien tout de suite ; il y a encore quelques améliorations à faire d'ici là...

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 13 juin 2005

Avis de travaux

Chers lecteurs,

veuillez nous excuser de cette interruption momentannée de l'image et du son.

En fait, comme je le disais jeudi, c'était un peu la panne ces jours-ci. Tout bloggueur se demande un jour ou l'autre où l'emmène son blog... Plutôt que de rester embourbé de la sorte, je vais m'en sortir par le haut : je décrète donc ouvert le chantier de rénovation de ce blog.


Travaux en profondeur, avenue de France, Paris 13e, cette après-midi.

Dans les jours qui viennent, vous devriez voir apparaître une nouvelle maquette, couplée à des pages persos elles-même profondément renouvelées. Le but est d'utiliser un outil unique pour blogguer et pour mettre à jour les pages persos. J'en profiterais sans doute pour régler quelques petits problèmes que j'ai pour blogguer par GPRS.

Ceci dit, pendant les travaux, le blog continue. J'ai des idées d'entrées à la pelle, maintenant !

Le Plume vous salue bien.



mardi 14 juin 2005

En vrac...

Les observations du jour, dans le désordre :

  1. Le bleu du ciel fait bailler dans les bureaux.
  2. La rue de Vaugirard n'est pas le chemin le plus court entre le boulevard Raspail et la rue des écoles.
  3. Sous le soleil, la grande verrière d'Austerlitz a d'intenses reflets dorés.
  4. Le vélo quand il fait chaud, c'est bien quand on roule mais pas quand on s'arrête.
  5. Les arbres un peu rabougris de l'avenue de France sont des Gingko Biloba - depuis le temps que je les connais, je n'avais jamais remarqué ça.


Avenue de France, hier après-midi.

Sinon, mes travaux sur ce blog n'avancent guère faute de documentation appropriée sur les fonctionnalités avancées de 20six*. XML-RPC, c'est bien, mais si on n'a pas la description de l'API, on est bien avancé... Qui sait, peut-être aurais-je une réponse du support technique à ce sujet ?

Le Plume vous salue bien.

* La version originale de cette entrée était sur la catastrophique plateforme 20six.



vendredi 16 juin 2006

Fin fructidor, début messidor

Derniers jours de fructidor, bientôt messidor. Déjà, sur l'avenue de France, les blés poussent dru sur leurs plaques d'aggloméré ; la moisson s'approche.


Avenue de France cet après-midi. Ne me demandez pas pourquoi.

Dans la série des caprices onéreux, on annonce tambour battant le début des travaux pour « rendre son caractère maritime » au Mont Saint-Michel. On doit pouvoir trouver plus idiot, comme projet, mais pas beaucoup. Pourquoi pas rendre leur caractère maritime à Brouage, Aigues-Mortes..? Et le bassin parisien, il était couvert par la mer aussi, tant qu'à faire. Le plus grotesque étant qu'on arrive à mettre ça au compte de je ne sais quel environnementalisme, alors qu'il n'y a rien de plus naturel que l'ensablement d'une baie. Ça m'énerve, ça m'énerve...

Allez, je retourne à mes métrés d'architecte de l'an II. Bon, toisés, techniquement, mais c'est pareil.

Le Plume vous salue bien.



mardi 11 janvier 2005

Marquise, vos beaux yeux...

Hier, en remontant le premier tronçon de l'avenue de France avec mon switch sur le porte-bagage, je n'ai pas pu m'empêcher de m'arrêter pour regarder le beau soleil d'hiver (rappelez-vous, il ya avait du soleil, hier) derrière la grande marquise de la gare d'Austerlitz :


La marquise d'Austerlitz, hier après-midi.

Un objet architectural que j'aime bien, ça, les verrières de gare. Parce que j'aime bien les trains, déja. Et puis parce que c'est un souvenir d'une époque où les locomotives avaient besoin de volume au dessus de leur têtes pour évacuer leur fumée. Et puis tout simplement parce que c'est un bel objet, léger et imposant à la fois.

Inutiles, aujourd'hui, ces verrières : un plafond de quelques mètre suffit, dès lors qu'on arrive à loger les caténaires. Mais voyez Montparnasse : le style parking souterrain en béton brut et les marquises d'antan, on a beau dire, ce n'est pas la même chose.

Le Plume vous salue bien.

 


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 20 novembre 2004

The Best Minds of My Generation

 

 

 

Toutes les générations aiment à penser qu'elles sont

la génération perdue.

 

 

Le problème c'est que,

bien sûr,

elles ont raison.


immeuble RFF, ZAC Paris rive gauche, vendredi 19 novembre 2004.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 19 novembre 2004

Le grand combat

 

Il l'emparouille et l'endosque contre terre ;
Il le rague et le roupéte jusqu'à son drâle ;
Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ;
Il le tocarde et le marmine,
Le manage rape à ri et ripe à ra.
Enfin il l'écorcobalisse.
L'autre hésite, s'espudrine, se défaisse, se torse et se ruine.
C'en sera bientôt fini de lui ;
Il se reprise et s'emmargine... mais en vain
Le cerveau tombe qui a tant roulé.
Abrah ! Abrah ! Abrah !
Le pied a failli !
Le bras a cassé !
Le sang a coulé !
Fouille, fouille, fouille,
Dans la marmite de son ventre est un grand secret.
Mégères alentours qui pleurez dans vos mouchoirs ;
On s'étonne, on s'étonne, on s'étonne
Et on vous regarde,
On cherche aussi, nous autres le Grand Secret.

Henri Michaux.

Vu mon état en cette fin de semaine, j'aime autant vous lire les mots d'un autre. les miens ne diraient pas grand chose.

Le Plume vous salue bien et va se coucher.

Photo : ZAC Paris Rive Gauche, vendredi 19 novembre 2004.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 16 avril 2004

Il y a de la joie

Pour compléter une note récente de la_machine_a_ecrire, voici le pimpant immeuble du ministère des sports. Ca donne envie de se mettre en short et de faire un petit match entre copains, non ?

En guise de complément, il y a sur l'avenue de France ce trottoir central où cohabitent une piste cyclable et un trottoir, séparés par une ligne blanche ; autrement dit, le cycliste qui veut rouler normalement est obligé de pousser des hurlements de fauve pour que les promeneurs daignent le laisser passer... Qu'on m'amène l'urbaniste, pieds et poings liés !

Photo prise mardi matin par devinez qui.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 29 novembre 2004

treizième

Il y a toute une partie du treizième arrondissement qui ne s'est pas remis des trente glorieuses : ce secteur entre la rue Jeanne d'Arc et l'avenue d'Italie, adjacent aux nouveaux chantiers de la ZAC rive gauche. Impression de reconstruction hâtive après des bombardements qui n'ont pourtant pas eu lieu... Alexandre Vialatte habitait dans le coin et se désolait de la destruction du quartier, sans cesser pour si peu d'être une baderne réactionnaire, d'ailleurs.

Quartier détruit, sans avoir été vraiment reconstruit : des tours, des barres, quelques écoles, des terrains de sports ; par-ci par là, des lambeaux de Paris qui sont resté là, on ne sait pas trop pourquoi.


Avenus Edison (je crois, qui connait ces rues ?), Paris 13e, 23 novembre 2004, 16h13.

Voilà : les affreuses tours des olympiades, dans le fond ; le centre universitaire, à gauche (un bâtiment architecturalement réussi, quoique totalement inapproprié, mais j'ai déjà dit ça la semaine dernière). Et devant, des courts de tennis, terrains de baskets et, pour une raison qui m'échappe complètement, un fronton, pour la pelote basque.

Me rappelle Pessac, ça, au delà de la fac de lettres, entre les villages universitaires n°3 et n°5. Déjà loin de la ville...

le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 2 août 2004

Quartier de haute sécurité pour conifères

Bon, on a beau apprécier l'architecture contemporaine et passer son temps à la justifier entre la poire et le fromage aux repas de famille, la BNF, j'ai un peu du mal. Arriver à faire un site aussi peu accueillant, aussi pénible à accéder, aussi peu fonctionnel, je crois qu'il fallait le faire. En plus, ça n'est pas particulièrement beau, ni dedans, ni dehors, et ça promet de mal vieillir (carreaux cassés un peu partout dès que le thermomètre ose monter d'un cran, l'impudent). Et puis qu'ont fait ces misérables  pins pour être emprisonnés comme ça ?


BNF, site François Mitterrand, vers 15h aujourd'hui.

Ceci dit, il y fait frais (à quel prix ?) et les tables de travail sont agréables (sauf quand on a le soleil dans l'œil, à quoi ça sert qu'un pauvre type se soit crevé le train à inventer les stores ?). Le système informatique est toujours à moitié en vrac grâce à l'excellence des société de services informatiques françaises, mais bon, on s'y fait, et sinon ça ferait rougir la SNCF. Mais, joie, on y trouve des bouquins. Parfois même les bouquins qu'on cherche.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 17 avril 2004

Lasciate ogni speranza, voi, ch'entrate!

(Dante, Inferno, III, 9)

Ca faisait un moment que je n'avais pas été à la BNF. Alors voilà, à chaque fois, la descente vers les enfers du rez-de-jardin, ça me fait un effet beuf.

 

Passé cette épreuve, les salles de lectures sont des lieux de travail plutôt agréable finalement, même si l'éclairage naturel y est plutôt mal pensé. Mais pourquoi, pourquoi ces puits sinistres pour descendre au rez-de jardin ? Avec cette épouvantable toile d'acier sur les murs... Vraiment, il faut vouloir. C'est peut-être ça l'idée, d'ailleurs ; la dissuasion, première étape de la défense du Livre contre le Lecteur, cet être abominable et papivore...

Ceci dit, j'ai pas mal bossé. Belle récolte iconographiques et quelques éclaircissements bienvenus sur des points qui restaient obscurs. Trouvé aussi un document de 1807 sur une usine du quartier (10 rue Martel, à 100m d'ici) -- faudrait que j'en fasse quelque chose, mais quoi ?

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 10 octobre 2005

retour à la bibliothèque

La recherche repart d'un bon pied : après être aller refaire ma carte aux archives nationales vendredi (j'en avais profité pour vérifier quelques références et réserver une place « photo » pour vendredi prochain), j'ai remis les pieds aujourd'hui à la bibliothèque nationale.


Bibliothèque nationale de France, site françois Mitterrand, samedi 8 octobre 2005.

Rien n'a changé : les couloirs et les escaliers sont toujours apocalyptiques ; les salles de lectures plutôt confortables ; et l'accès aux documents raisonablement rapide, surtout si on prend la peine de commander à l'avance. Pas dur : avant de partir de chez moi ou du bureau, je passe commande sur leur site web et, en arrivant, les documents sont là. Pas mal, finalement.

Évidemment, la perfection n'est pas de ce monde : le volume 73 des Transactions of the Newcomen Society (années 2001 et 2002), dont j'avais un besoin pressant, est parti à la reliure pour une durée indéterminée et indéterminable - probablement interminable. Me suis vengé en lisant la traduction française de 1839 d'un manuel de fonderie rédigé en néerlandais et dont une collègue étudiante à Paris 1 m'avait recommandé la lecture. Cette collègue a un sujet de recherche fort intéressant : à peu près le même que le mien, mais transposé à l'autre bout du monde, au Japon, et 50 ans plus tard. Je note d'ailleurs, à mon court regret, qu'elle entend en tirer une thèse, elle.

Le Plume vous salue bien.



samedi 26 novembre 2005

Bé ma bonne dame c'est qu'y nous ont détraqué le temps avec tous leur trucs !

Vu qu'on parlait de froid à la BNF hier et vu la météo de ce matin, j'ai peut-être une chance de faire passer cette photo pour une image du jour, non ?


Bibliothèque nationale de France, 23 février 2005, 11h36.

Mais soyons honnête : les flocons de ce matin, je les ai regardé tomber depuis mon lit douillet. Un très bon endroit pour ce genre d'observation, je dois dire.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 14 avril 2006

Mieux, beaucoup mieux

Journée nettement plus propice aujourd'hui - faut dire, vendredi c'est histoire. Déjeuner avec des copains, petit tour au Décathlon tout neuf des environs, et puis après-midi passée à la bibliothèque nationale, jusqu'à la fermeture, à huit heure.


Coucher de soleil sur la tour des Nombres, ce soir, 20h03.

Partagé mon temps entre trois pays aujourd'hui, Angleterre, Espagne et France. Angleterre d'abord, pour finir le travail commencé la semaine passée de dépouillement des Transactions of the Newcomen Society, avec entre autre un article intéressant sur les déboires d'Henry Cort, inventeur du fer puddlé et du laminage, considéré comme un des grands noms de la sidérurgie du XVIIIème siècle et qui meurt ruiné en 1800. J'en ai profité pour terminer la lecture d'un autre article qui apporte des informations intéressantes sur les problèmes que je mentionnais l'autre jour dans ma rubrique historique.

Espagne ensuite : lecture d'un recueil d'articles sur la fonderie de canons de La Cavada y Llerganes, dans la région de Santander. J'avais rencontré cette usine par le biais d'une lettre de 1778 envoyée par son directeur au ministère français de la marine et que j'avais trouvée lors de ma toute première séance de recherche sur mon sujet aux archives nationales - dont la salle de lecture était alors réfugiée dans l'ancienne salle des imprimés de la bibliothèque nationale, rue de Richelieu. Extrait :

De plus mon cher Monsieur, j'ai observeë de puis l'anne 1754 dans les forges de France comme ici en Espagne, dont je dirige les Fundicions des cañon de fer a la Cavada, de la methode de fondre masive, est y serat trez pernicieux aux canñons de fer, mais no a ceux de Bronce.

J'adore. D'un autre côté, le style du Señor José N. Alcala-Zamora y Queipo de Llano, auteur de l'ouvrage (cotemporain) que je lisais aujourd'hui, n'est pas beaucoup plus clair. Bon, évidemment, je ne suis pas hispanisant, ça n'aide pas pour lire l'espagnol. Mais tout de même, j'avais recopié une phrase qui me posait problème pour la soumettre aux talents polyglottes de ma chère épouse, et ça nous a pris un moment - phrase de 98 mots avec ces constructions biscornues dont les Espagnols ont le secret...

Et pour finir, retour à l'Angoumois, puisque somme toute c'est ça mon sujet ! J'avance, j'avance...

Mais pour l'instant, je vais allez faire un petit tour dans le New Jersey avec un épisode des Soprano.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 18 juin 2006

Roulez roulez

La tension monte... J'ai pris (perdu ?) un peu de temps pour une entrée histotico-cartographique qui ne pouvait attendre demain, j'abrège donc celle-ci.


Près de la BNF vendredi soir. De quoi zonzonner comme il faut.

Demain, on continue. Et après demain aussi. Et le jour d'après. Et le suivant. Et vendredi, 14h, boum ! 150 pages en deux exemplaires sur un bureau de la rue Malher.

(150 pages en comptant les annexes. On n'est pas des bœufs.)

Le Plume vous salue bien.



mardi 17 avril 2007

Summer in the City

Paris Rive Gauche, un nouveau quartier pour Paris, etc. Soit. Mais pas évident d'y acheter le journal... J'ai essayé ce midi ; le seul marchand de journaux du quartier était fermé sans raison apparente.


Les « frigos » vus de la BNF, 6 avril 2004.

D'un autre côté, ça m'a évité de passer pour une buse : j'étais persuadé qu'on était mercredi. Et le mercredi c'est le jour du Canard... Heureusement que c'était fermé, finalement.

Demain, c'est promis, on parlera de rivières et de vertes contrées. Avec ou sans centrale nucléaire, ça dépendra de mon humeur du moment.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 29 août 2007

Ultimes vérifications

Passé une partie de l'après midi dans le bâtiment le moins fonctionnel de la galaxie - la Bibliothèque Nationale de France. Quelques références à vérifier...


La « très grande bibliothèque » vue de la terrasse des Grands Moulins, fin juillet dernier.

En fait, mon dernier chapitre me coûte énormément. Il va bien falloir y arriver pourtant. Allez, en avant, une, deux, une, deux !

Il y a quand même de belles choses dans ce mémoire. Extrait :

Au forage proprement dit suivait au moins une phase d’alésage, auquel s’ajoutait le passage d’un foret spécifique pour mettre à sa forme réglementaire le fond de l’âme.
Je me demande si je ne devrais pas réécrire la fin de la phrase... Le fond de l'âme est frais.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 1 juin 2007

Avant la pluie, le beau temps

Pour faire exotique, une petite image de Paris par une belle journée de printemps, pour se rappeler qu'il y en a.


Paris, boulevard de Port-Royal, 1er mai 2007.

C'était il y a un mois. Un mois seulement ? Que le ciel a vieilli, en un mois.

Le Plume vous salue bien



lundi 21 février 2005

objet urbain non identifié

Une note brève après celle d'hier, qui tombait un peu dans l'excès inverse.

Au hasard d'un économiseur d'écran, je suis retombé sur cette photo ; il m'a fallu un bon moment pour que je me rappelle de quoi il s'agissait. Mérite suffisant pour vous la soumettre...


Boulevard Masséna, 2 février 2005, vers midi.

À la réflexion, il ne s'agissait pas d'un silo pour ogive nucléaire nord-coréenne, ni d'un téléobjectif géant, ni même d'un bracelet pour éléphant, mais tout simplement d'une pile de colliers de serrage pour tuyaux d'égouts (diamète : 1,20m, à vue de nez), en attente pour le renouvellement des conduites qui précède le chantier du tramway.

C'est tout pour aujourd'hui.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 1 août 2007

Août à Paris

Peu avant minuit hier soir, sur le Boulevard de Strasbourg, un calme inhabituel régnait déjà. Et aujourd'hui, c'est officiel : le mois d'août a commencé.

Août à Paris, c'est à la fois un mouvement et une stase : ballet de ceux qui partent, qui reviennent, qui restent ; et puis, savoir que, travail ou non, on ne mènera pas grand chose à bien ces jours-ci. Et les touristes partout, venus nous rappeler que nous habitons une des plus belles villes du monde...


Hôtel industriel Berlier, Boulevard Masséna, Paris 13e, vers 19h30 aujourd'hui.

Pas beaucoup de touristes boulevard Masséna : l'hôtel industriel se vide à mesure que les hôtels de tourisme se remplissent. Au fait, ce n'est pas une typo, c'est bien Berlier, aver un R, en l'honneur de Jean-Baptiste Berlier (1843-1911), ingénieur français, inventeur de la transmission de messages par pneumatique et précurseur du métropolitain. La rue Berlier débouche sur la rue Pierre-Emmanuel Bruneseau (1751-1819), un homme prédestiné par son nom : il a consacré l'essentiel de sa vie à cartographier l'antique réseau d'égouts parisiens et à concevoir sa modernisation.

À vrai dire, j'ignorais jusqu'à ces derniers temps que ces rues avaient un nom : c'était juste ces bretelles incompréhensibles entre Masséna, le quai d'Ivry et le Périphérique. Mais voilà : à l'automne prochain nous aurons des locaux dans cet hôtel industriel - l'occasion de découvrir ce petit bout de l'ancienne « zone » autrement qu'à vive allure sur ses mauvais pavés.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 10 septembre 2004

Paris Banal

Il y a le guide du Paris pas cher, tous les guides des Paris extraordinaires, Paris caché, Paris historique, Paris artistique... Sur le Paris Banal, rien. Une page de Desproges dans son dictionnaire à propos du XIème, "lieu commun du non-tourisme parisien" (c'était avant que nos quartiers ne deviennent le dernier eldorado branchouille).

Si un tel guide existait, il devrait faire une bonne place au boulevard Vincent Auriol. Enfin, son côté impair. Le boulevard lui-même est sauvé par le métro aérien. D'ailleurs, en fait, c'est tout ce quartier, y compris la plus grande partie du quartier Jeanne d'Arc, qui a été complètement loupé. Immeubles de bureaux lourdingues  dont les façades devaient être super classes sur les dessins d'architectes, centres commerciaux, immeubles de logements qui tentent de se déguiser en immeubles de bureaux, s'il n'y avait des voilages tartignoles derrières le béton pseudo-post-moderne... Tout ça a autant d'âme qu'une banlieue de Tarbes (Hautes-Pyrénées). Ceci dit, l'immeuble que je visitais cet après-midi avait par endroit un charme un peu kitsch, comme un petit goût de l'enfance : l'encadrement en plexiglas orange de la porte d'entrée par exemple, ou les vitres teintées en jaune. Ah, et puis une partie du câblage qu'on aurait souhaité que je réutilise aurait pu être un souvenir d'enfance, si je m'étais intéressé aux câbles réseau dans mon enfance.

Hmm, j'arrête là, sinon les utilisateurs putatifs de cet immeuble vont déprimer. Non, non, moyennant un bon coup de peinture, ils seront très bien, ces bureaux. Ca peut pas être pire que les Olympiades, où sont relégués nos historiens, de toute façon. Et puis les vitrages jaunes donnent au monde extérieur des teintes style Amélie Poulain. Et puis, ya l'aérien. Ca change tout, ça l'aérien.

Le Plume vous salue bien.

[edit: j'avais bêtement laissé passer l'heure (m'apprendra à débuter à Flight Simulator), alors tant pis, j'antidate, na]

[edit 2: corrections de typos, solécismes et autres bourdes]


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 29 décembre 2004

En sous-sol

Bien faillis faire un don tout à fait involontaire à un gestionnaire de parkings souterrains ce soir : j'étais en voiture, le vélo étant en cours de réparation, et je me rendais au centre comercial Italie 2 (pour trouver de quoi réparer le vélo justement). Comme je n'avais pas envie de tourner 20 minutes pour me garer, je vais direct au parking souterrain.

A la barrière, gag habituel, je fais tomber le ticket ; je réussis -- non sans mal -- à le ramasser. Et vais donc faire mes courses, en prenant le temps de traîner un peu vu que je ne vais pas si souvent que ça dans un centre commercial.


Centre commercial Italie 2, ce soir, 20h.

En repartant, avec mes câbles de freins et de dérailleur et mes accessoirs variés sous le bras, je m'arrête à la borne de paiement. Je retrouve le ticket -- pour une fois je me souvenais dans quel poche il était ; je le glisse dans la fente prévue à cet effet et je prépare mes 2,20 €.

« 30,50 € » ! Ecarquiller les yeux ne semblant pas devoir changer le montant demandé, je me rends à l'évidence : en tâtonnant dans une posture bizarre par ma portière entr'ouverte, j'ai ramassé un ticket qui datait de la veille... D'aileurs, à bien regarder, c'était marqué dessus.

Faute de meilleure idée, je file au pas de course en direction de la fameuse barrière -- qui par chance dans ce parking est raisonnablement accessible à pied depuis les places de stationnement, sans trop d'espoir, mais sait-on jamais ? Et.. je retrouve mon ticket, qui m'attendait bien sagement par terre depuis une heure.

Bref, je n'ai pas payé 30 € pour une heure de stationnement ; je n'ai pas eu à expliquer mon cas pendant une éternité à un vigile peu compréhensif ; j'ai pu rentrer chez moi rapidement ; j'ai fini de réparer mon vélo.

Donc, tout va bien, à part la guidoline gauche que je n'ai pas super bien posée.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 16 avril 2007

Moulinets

Allez, avec cette ambiance de vacances, ça mollit, tout ça. Pour une rentrée en forme, un peu de prose française du XVe siècle :

Pour ce que naguaire vent failli aux volans de mon molinet, qui multitude de nouvelles histoires debvoit tourner entre ses meules pour en tirer fleur et farine, pensant oublier mélancolie, je me tiray aux champs et, ainsi que par admiration, je reguardoye les plaisanz fiouritures dont les préaulx herbus estoient ricement parez, soubdainement s'ouvrit la terre [...]

Jean Molinet, La ressource du petit peuple, v. 1482.

Bref, il fallait bien que ça arrive : après mes petits moulins - des moulinets donc - sur la Nizonne, le Bandiat, l'Anguienne, l'Échelle ou la Tardoire, j'étais aujourd'hui de retour aux Grands Moulins.


Grands Moulins de Paris : la Seine vue de la bibliothèque universitaire, 6 avril 2004.

La Seine était toujours là ; le soleil aussi ; les emmerdements n'avaient pas disparus non plus. Business as usual.

Trenchiez, copez, détrenchiez, décoppez
Frappez, haspez banières et barons
Lanchiez, hurtez, balanciez, behourdez,
Quérez, trouvez, conquérez, controuvez,
Cornez, sonnez trompettes et clarons,
Fendez tallons, pourfendez orteillons,
Tirez canons, faittes grans espourris :
Dedens cent ans vous serez tous pourris.

Ibid., d'après Paul Zumthor, Anthologie des grands rhétoriqueurs, 10:18, pp. 78-81.

Pour terminer sur une note plus riante : j'espère que les futurs usagers de la bibliothèque ne se plaindront pas de la vue. Cette salle est une des plus réussies de tous le bâtiment, à mon humble avis.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 24 février 2005

Aménagement urbain tout temps

Une autre photo d'hier matin, prouvant la confiance sans borne des architectes dans les merveilles de l'ingénierie :


Dalle des Olympiades, Paris 13ème, hier, 10h07.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 28 mai 2005

Veille d'élection

Depuis que je milite dans un parti politique, les jours d'élection sont maintenant synonymes de petite nuit : la pénurie d'assesseurs est telle qu'il est difficile d'y couper. Les assesseurs sont, rappelons-le, les bénévoles théoriquement mandatés par les différents partis politiques et qui ont le double rôle d'assister le président du bureau (nommé par le maire) et de surveiller la validité des opérations. Je dis "théoriquement mandatés" parce que, depuis que le 10ème arrondissement de Paris a basculé à gauche, la droite fournit un total de 0 assesseurs pour la tenue des trente bureaux de l'arrondissement. Les écolos en fournissent généralement 4 ou 5, le PC sans doute une dizaine (alors qu'il fait nettement moins de voix que les Verts, mes compliments aux copains communistes - et pas aux Vert, par conséquent).

En clair, ça veut dire être là de l'ouverture à la fermeture du bureau - enfin, il y a généralement moyen de se ménager une pause, si tant est qu'on arrive à garder en permanence au moins un assesseur en plus du président (qui peut lui aussi se faire temporairement remplacer pour la même raison). Cete année, cerise sur le gâteau : il a été décidé que les bureaux de Paris (et ceux de Lyon je crois, mais pas ceux de Marseille, allez comprendre) ouvriraient de 8h à 22h. En ajoutant deux heures pour le dépouillement et le rangement - il faut bien que les bambins puissent utiliser leur gymnase demain matin - et en soustrayant deux heures de pause (soyons optimiste), ça fait une journée de 14h. J'avoue que ça me gonfle sérieusement, ce coup-ci - mais il faut bien que quelqu'un le fasse. Ceci dit, il va falloir que le ministère de l'intérieur révise sérieusement sa politique d'élargissement à l'infini des ouvertures des bureaus : le système actuel, basé sur le bénévolat et le civisme, est au bord de l'asphyxie, à force de tirer sans cesse d'avantage sur les bonnes volontés.

Puisqu'il est question de bonnes volonté, parlons du dépouillement : je rappelle que celui-ci est fait par des électeurs volontaires. L'idéal pour un bureau de taille moyenne est davoir trois ou quatre tables de dépouillements, chacune comptant quatre scrutateurs. Si on est suffisamment nombreux, ça prend une petite heure et c'est plutôt sympa. Alors, si vous n'avez rien de prévu demain soir après dîner, dites les mots magiques après avoir mis votre buletin dans l'urne et émargé le cahier prévu à cet effet : "vous avez besoin d'un coup de main pour le dépouillement ?"

Allez, pour célébrer la fin du beau temps - il y a une justice, il n'aurait plus manqué qu'il fasse beau demain - je vous propose une photo de la dalle des Olympiades (paris 13ème) écrasée par le soleil, en fin d'après midi vendredi.

Le Plume vous salue bien.