le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

jeudi 10 janvier 2008

Le monde automobile

Sortez de Paris et vous changez de monde : vous entrez dans le monde automobile. Paris forme comme un îlot, où il est tout à fait possible de mener une vie économique, sociale, culturelle sans prendre la voiture - même si par contre je constate de plus en plus qu'un deux-roues motorisé, ça aide bien !

Dépassez Paris et la toute petite couronne et cela devient, sinon impossible, du moins pénible. Des complications qui s'accumulent, des opportunités qui filent... On se retrouve fatalement en marge. Logique, dès lors, que le taux de motorisation des ménages parisiens soit nettement inférieur à celui du reste du pays, et particulièrement de l'Île-de-France.


Une bretelle de la départementale 311 à Argenteuil (Val d'Oise), 15 décembre 2007.

Cette constatation (car il ne s'agit pas ici de juger, même si cette réalité a, bien entendu, des conséquences politiques) était l'un des sujets que je voulais aborder dans le cours que je donnais ce matin, que j'avais intitulé de l'objet automobile au monde automobile. Il s'agissait de passer de la voiture en tant qu'objet technique (avec ses évolutions, ses permanences, ses possibilités) au complexe qui l'environne (des routes aux raffineries) et, plus généralement, à l'espace social dans lequel elle existe et que nécessairement elle modifie. J'utilisais pour cela notamment la très bonne synthèse du géographe Gabriel Dupuy, Les territoires de l'automobile (Anthropos/Economica, 1995).

J'y suis peut-être parvenu, un petit peu. Pas simple de sentir à quel point on parvient à communiquer ou non ce que l'on veut transmettre à ses étudiants, surtout sur un volume horaire aussi faible. On fait de son mieux !

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 135mm f:3.5]



mercredi 9 janvier 2008

Fenêtre sur cour

Journée remplie, bien remplie, un peu trop remplie. Et demain, on remet ça... Alors, pour ce soir, on se contentera du gris nostalgique du zinc des toits de Paris. Il me semble que si une couleur devait définir Paris, à côté du vert bouteille des autobus et des cages d'escalier, ce serait le gris très particulier, mat, clair et opaque à la fois, avec un soupçon de jaune peut-être, qui couvre la majorité de nos immeubles.


Fenêtres sur cour dans le 3e arrondissement, 9 décembre 2007, fin d'après-midi.

Je sais : les reflets jaunes n'est pas flagrant dans cette photo. N'empêche : j'aime cette esthétique des vieux immeubles parisiens qui ne sont pas là pour l'esbroufe, de leurs cours qui sont faite pour être traversées, pas pour être regardées. Des immeubles pour vivre, pas pour le spectacle. Je préfère cent fois ça au marbre clinquant des « beaux quartiers », merci bien.

Le Plume vous salue bien.

[appareil YashicaMat 124G, film Ilford FP4+ (format 120)]



mardi 8 janvier 2008

Pour chanter sur l'eau

Les bords de Seine, ce n'est pas que pour Paris-Plage. Les bords de Seine, c'est aussi un lieu de travail - comme ici, juste en face des Grands Moulins.


Centrale à béton Lafarge, quai de Bercy, 18 décembre dernier.

Quelque chose qu'on ne m'entendra jamais dire, c'est que le travail humain est laid. Je photographie les travaux, plus que les travailleurs, certes - tout simplement parce que je ne sais pas faire autrement, techniquement et humainement. Ne serait-ce que parce que cela demande du temps : on ne photographie pas des gens dans leur travail en passant, comme ça, comme des animaux de zoo. Ce sont des projets à monter sur la durée, pas vraiment à la portée d'un amateur, surtout un amateur qui a déjà assez de choses à faire pour remplir plusieurs fois ses journées...

Je ne suis en tout cas pas mécontent que la première photo prise avec mon boîtier Pentax MX soit cette vue un petit peu inhabituelle sur les eaux de la Seine.

Le Plume vous salue bien.

Note à lire en écoutant : Franz Schubert, Auf Dem Wasser Zu Singen, transcription pour violoncelle, Anne Gastinel (violoncelle) et Claire Désert (Piano), 2005.

[boîtier Pentax MX, film Fuji Superia 200, objectif SMC-Pentax M 50mm f:1.4]



lundi 7 janvier 2008

Boulot

La ZAC Rive Gauche était dans l'état où nous l'avions laissé en sortant. Les chantiers continuent ; de nouveaux bâtiments se peuplent...


Le bâtiment Lavoisier (en cours d'achèvement) et l'ancienne usine SUDAC, devenue école d'architecture, 3 décembre 2007.

Bref : l'affaire suit son cours, à condition de l'y aider un peu !

Le Plume vous salue bien.



dimanche 6 janvier 2008

Avant que les affaires ne reprennent

Dès demain, les affaires reprennent full blast. J'avais prévu de prendre de l'avance pendant cette quinzaine sur tout ce que je pouvais, avant d'être submergé ; je n'en ai rien fait, ou presque.


Le port et les cités de Gennevilliers vus depuis le pont d'Argenteuil, 15 décembre 2007.

L'année commence à peine et je suis déjà crevé. Heureusement qu'on en attend de bonnes choses, de cette année !

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 200mm f:4]



samedi 5 janvier 2008

Précipitations

Averses sur l'Île-de-France. Pluie sur Paris. Gouttes d'eau sur les vitres...


Pluie à nos fenêtres, 8 décembre 2007.

Passé une bonne partie de l'après-midi le nez dans mes appareils photos : le flash du minuscule Pentax Auto110 n'avait besoin que d'un point de soudure : voilà qui est fait. À ce propos, j'ai reçu le stock de pellicules au format 110 que j'avais commandé exprès pour lui (commandé chez MX2 : rapide, pas cher, et sympa, je recommande). Par contre, toujours pas trouvé où les faire développer...

Emporté par mon succès, passé un peu de temps sur mon deuxième Pentax ME Super, que j'avais acheté quelques euros pour pièces à un sympathique photographe arménien. Moins de veine : le coupable est un tout petit ressort planqué dans le système d'armement et qui semble tout simplement avoir faibli avec l'âge. Pas compliqué, mais pas simple à ajuster... Et puis, par taille croissante de pellicules, petit coup de nettoyage aux rouleaux du Semflex 6×6 - qui doivent tourner rond au passage de la pellicule, sinon, gare aux rayures !

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 50mm f:1.4]



vendredi 4 janvier 2008

Bu qui s'avance, bu qui s'avance...

Décidément, pour des airs entraînants qui tiennent bien en tête, les classiques, ça marche bien : ça fait bientôt une semaine que j'ai le Voici les rois de la Grèce d'Offenbach qui tournent en boucle dans le crâne. Tout ça à cause de La Belle Hélène dirigée par Marc Minkovski qu'on avait vu au Châtelet il y quelques années et dont j'ai acheté l'enregistrement récemment...

Pas mal du tout, comme enregistrement - on pourrait lui reprocher un découpage des plages un peu approximatif, peut-être, mais on ne va pas se fâcher pour ça. Et puis, ce spectacle était vraiment à péter de rire. En pleine grisaille hivernale, ça ne fait pas de mal de retrouver ça en disque (le spectacle, pas les pets).


la Sortie des théâtres, boulevard de Strasbourg, dimanche 9 décembre 2007.

La Belle Hélène, c'est la tragédie grecque transformée en pièce de boulevard : Achille est un jocrisse, les deux Ajax, des brutes, Oreste, un fils de famille débauché, et le pauvre Ménélas, un pitoyable cocu. Ou pas ? C'est que la belle Hélène (jouée par Felicity Lott, inénarrable) n'est pas si légère qu'elle en a l'air... Il faut que les dieux s'en mêlent, au troisième acte (qui se déroule à Nauplie, nous dit le livret, station balnéaire des environs de Sparte), pour que Pâris parvienne à faire sa conquête. La guerre de Troie aura bien lieu !

Le tout entremêlé demarches, de chansons à boire, de bouffonneries diverses, d'une partie de dés (pipés, sus à Calchas !), d'un concours de charades et bouts rimés, etc.

C'est pas du raffiné, tout ça, mais ça n'est pas fait pour. Une antidote contre ceux qui prennent tout au sérieux. Le morceau le plus connu, c'est celui dont je parlais : la marche des rois, qui fait défiler les grands personnages de l'Illiade avec un petit couplet pour chacun, terminant par le pompeux Agamemenon...

Agamemnon :
Ce roi barbu qui s'avance
-Bu qui s'avance, -bu qui s'avance
C'est Agamemnon
Tous :
Aga, Agamemnon
Agamemnon :
Et ce nom seul me dispense
Seul me dispense, seul me dispense
D'en dire plus long.
Tous :
D'en di-, d'en dire plus long.
Agamemnon :
J'en ai assez dit je pense
En disant mon nom.
Ce roi barbu qui s'avance
-Bu qui s'avance, -bu qui s'avance
C'est Agamemnon, Aga, Agamemenon.
Tous :
Ce roi barbu qui s'avance
-Bu qui s'avance, -bu qui s'avance
C'est Agamemnon !
Aga, Aga, Agamemenon !
(Air connu)

Par une époque où les jocrisses ne manquent pas, frimant dans les palaces égyptiens en s'enivrant de leur propre nom ou jouant les miséreux au bas de la tour Eiffel (si vous avez cinq minutes, allez donc jeter quelques cacahouètes transgéniques), on a encore bien besoin d'opéra-bouffe, allez !

Le Plume vous salue bien.

Offenbach, La Belle Hélène, avec Felicity Lott, Yann Beuron, François Le Roux, Laurent Naouri..., dirigé par Marc Minkovski, double CD Virgin Classique, 2001.

[appareil YashicaMat 124G, film Ilford FP4+ (format 120)]



jeudi 3 janvier 2008

Du haut du pont

Puisque je viens de récupérer la pellicule commencée le jour où j'avais pris la photo d'hier, je continue sur ma lancée : le nouveau quartier Paris-Rive Gauche vu depuis le milieu de la Seine.


Vue au Nord-Ouest depuis le pont national. À droite, un signal de l'ancien chemin de fer de petite ceinture.

Cette pellicule est la première prise avec mon boîtier Pentax MX, une acquisition récente. Un des modèles les plus populaires auprès des pentaxistes purs et durs ; je commence à voir pourquoi.

Dans un tout autre registre : avoir la Marche des Rois de la Grèce d'Offenbach dans la tête aide à avoir une conduite dynamique en scooter dans la circulation parisienne. « Je suis le bouillant Achille, le bouillant Achille, le bouillant Achille, le grand mirmidon (le mir- le mirmidon) »... J'en reparlerai.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 2 janvier 2008

Au fil de la Seine

Les moulins sont le plus souvent au fil de l'eau ; c'est on ne peut plus le cas de mes Grands Moulins à moi. Évidemment, dans ce cas, la Seine n'a jamais été chargée de faire tourner les meules, mais tout simplement de transporter les chalands qui amenaient le grain.

Maintenant, la proximité de la Seine ne sert plus guère qu'à distraire ceux qui ont un bureau avec vue sur la Seine. Ce qui n'est pas mon cas. Même si aujourd'hui, j'aurais eu du temps pour regarder : j'étais rentré de vacances, mais nos utilisateurs, non !


Les Grands Moulins et la Halle aux Farines vus des quais de la rive droite, 18 décembre 2007.

Cette photo faisait partie d'une série de vues au grand angle prise depuis les quais d'en face, dans le but de reconstituer un panorama suivant la Seine. Seul hic : un Point P occupe les quais, prétextant sans doute que les quais, pour le transport fluvial, c'est plutôt commode - raison de la présence des Grands Moulins à cet endroit, voir plus haut. Bref, ces structures ne sont pas particulièrement faites pour faciliter la tâche au panoramiste...

Il y aurait toujours la solution de prendre contacte avec les gérants du site et leur demander, non de tout démolir (ils seraient fichus de refuser), mais d'ouvrir leur porte à un photographe amateur qui prendrait quelques photos de chez eux. Un peu compliqué, comme plan, pour quelques photos...

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 35mmm 1:2.8]



mardi 1 janvier 2008

Une année, un chantier

Les langoustines sont mangées*, l'argenterie est rangée, les vacances, terminées : demain, l'année peut commencer pour de bon. Le jour de l'an, c'est une mesure pour rien, on prend sa respiration ; après, il faut la construire, cette année. À nous de jouer.


Gennevilliers : chantier près du pont d'Argenteuil.

Bref : Le monde sera ce que tu en feras etc. Ce qui ne m'empêche pas de vous souhaiter, à tous, une excellente année 2008.

Le Plume vous salue bien.

* Cuites dix minutes dans un court-bouillon maison, miam miam.

[boîtier Pentax ME Super, objectif SMC Pentax M 200mm f:4, film Fuji Reala 100]



lundi 31 décembre 2007

Crépuscule

Les ombres se sont étirées, et puis le soleil s'est couché. Pour la dernière fois de l'année. Tout laisse cependant penser qu'il se relèvera demain.


Angoulême, rempart de l'Est, jeudi dernier.

Bon réveillon à tous ; rendez-vous en 2008 !

Le Plume vous salue bien.



dimanche 30 décembre 2007

Photographies

Plongé jusqu'au cou dans les images d'il y a longtemps, images d'enfance - Le Havre, Lannion, des anniversaires, des jardins sous la neige ou en été, des vêtements d'enfant franchement pas très seyant (même pour les années soixante-dix. Et dans les vêtements, ma sœur et moi. Des images dont je me sens plus proche que je l'aurais cru.


De bas en haut, un Agfapan 400 (1980), un Fujicolor (1976),
un film de marque inconnue (1979) et un Kodak Veripan au format 120 (1971).

Pour ce Noêl, j'ai offert pour à ma sœur un appareil photo (numérique). Pour qu'elle puisse photographier son petit dernier. Le temps, le temps, etc.

Le Plume vous salue bien.

Une note à lire en écoutant : Franz Schubert, Moments musicaux, n°3.



samedi 29 décembre 2007

Où les côtes sont raides

De retour d'Angoulême. Comme d'habitude, la partie la plus pénible du trajet commence à l'arrêt du train en gare de Montparnasse. Suit un grand trek dans la cohue, le long de tapis roulants en panne, jusqu'à un métro qui, pour une fois, n'était pas outrageusement bondé. Le tout avec notamment sur le dos quelques appareils photos, une bordée de négatifs familiaux à scanner et deux bouteilles de pineau des Charentes. Pour le pineau des Charentes, je n'étais pas forcé, mais fréquentant fort peu les hypermarchés, je me devais de visiter le centre commercial Auchan de La Couronne (Charente) le samedi précédant le nouvel an...

Sinon, j'avais dû le signaler : du côté du centre-ville, les pentes sont plutôt raides.


Angoulême, rue du Secours, jeudi après-midi.

À l'époque où j'étais étudiant, on disait d'ailleurs de ces petites rues montant vers le « plateau » que pour les monter et avoir l'impression qu'elles descendent, il n'y avait qu'une solution : être plus raide qu'elles. Ça c'est vu.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 28 décembre 2007

Lumière d'hiver

L'hiver, dans nos contrées, il n'y a pas de lumière tous les jours, mais quand il y en a, elle est particulièrement belle. Surtout sur la pierre de Charente à l'heure où les ombres s'allongent...


Angoulême, rempart Est, vers 4 heures hier après-midi.

Tiens, j'ai essayé un type de péloche que je n'avais jamais utilisé, ces jours-ci (pellicule pour diapos Fuji Provia 400). Il paraît qu'elle rend particulièrement bien les couleurs... On va voir ça. Sinon, dans les négs paternels, je découvre des marques de pellicules dont j'ignorais l'existence (Orwo, une marque tchèque je crois)... Il faut dire que les négs en question ont juste un peu moins que mon âge. D'un autre côté, c'est aussi le cas d'une bonne partie des appareils d'occasion que j'emploie. Question de mon neveu, à propos du réflex 6×6 Yashica à deux objectifs : « Et ça fait combien de mégapixels ? » Ce qui ne l'a pas empêché d'être content de prendre une photo avec.

Pas beaucoup de lumière aujourd'hui, alors on reste au chaud. Il y a de la famille, de la musique à écouter et de quoi faire une théière bien chaude. On fait pire.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 27 décembre 2007

Dans le lointain

Je vous écris d'un pays lointain. Pas très lointain en fait (Angoulême n'est pas Tamanrasset), sauf du point de vue de la connectivité réseau : une ligne téléphonique en mauvais état me prive même de la ressource de la connexion par modem...

Heureusement, les usagers de wifi du quartier ne sont pas des plus précautionneux. J'en profite lâchement et en vitesse pour faire passer mes habituelles salutations en nom collectif.


Passerelle Simone de Beauvoir (Paris 12e) un jour de brouillard, novembre 2007.

Sinon, je prends quelques photos, j'en trie beaucoup - j'ai entrepris de ranger dans des feuilles Panodia les négatifs familiaux qui traînent dans des boîtes de gâteaux en fer blanc : Gâteaux exquis, véritables Punchs, fabriqués en Bretagne, H. Jan et G. Duault (Sucr.), Uzel, Bretagne, ruban bleu de la biscuiterie Intersuc 1965 ; je pense que ce sont les mêmes qui se sont ensuite appelés Traou Mad pour faire plus couleur locale.

Des négatifs à foison que je compte trier, ranger, classer et numériser - cette deuxième phase du plan étant prévue pour une date ultérieure.

Le Plume vous salue bien.



mardi 25 décembre 2007

Bois et charbons

Dans la tradition anglo-saxonne, les enfants pas sages reçoivent reçoivent pour tout cadeau une poignée de charbon. Eh bien, il semble que le Père Noël avait été un peu trop pessimiste cette année : il lui en reste plein !


Barge de charbon au mouillage devant le port de Genevilliers.

Pour ma part, à défaut de train électrique, passé pas mal de temps à jouer avec mon nouveau scanner. Il y a de la photo dans l'air.

Départ demain pour un séjour express à Angoulême. Appareil en bandoulière, bien sûr.

Le Plume vous salue bien.



lundi 24 décembre 2007

Vœux de saisons

Bah, euh, joyeux noël, quoi.


Le National Christams Tree à Washington (D.C.), 25 décembre 2005.

Et soyez prudents en déballant votre train électrique : ce serait dommage de le casser !

Le Plume vous salue bien.



dimanche 23 décembre 2007

Superman et moi

Une fois n'est pas coutume : nous avons été visiter une exposition dans un musée, si si. C'est suffisamment rare pour être noté. Il faut dire qu'à dix minutes en scooter, ça n'est pas une grande expédition...

Il s'agissait de l'expo « De Superman au Chat du rabin », au musée d'art et d'histoire du judaïsme. Chouette petite expo, d'ailleurs - surtout ce qui concerne sa partie américaine, des premiers Comics des années 1920 à l'underground des années soixante et soixante-dix. Où je retrouvais une « vieille connaissance » : Robert Crumb, un classique du genre.


Robert Crumb, autoportait, craie sur tableau noir de mon lycée angoumoisin, janvier 1986.

Il était venu en effet dans notre classe d'Angoulême, à l'invitation de nos profs d'arts plastiques, faire une causerie pour les élèves et les enseignants, à l'occasion d'une édition du festival qui lui consacrait une expo déjantée au possible...

Pour revenir à l'expo dont il était question ici, beaucoup plus sage, on peut regretter qu'elle ne parle de bande dessinée française que fort récente. Il me semble pourtant que l'influence de la culture juive (puisque c'était le propos de l'expo) sur la bande dessinée française des années 1970, en particulier la BD d'humour, est tout sauf négligeable. Du coup, la BD européenne fait un peu pièce rapportée, au bout de la dernière salle de l'expo, avec quelques planches de Pratt (très peu) et des vitrines consacrées au travail de Joann Sfar - qui avait certes toute sa place, mais il n'y a pas que lui... À l'inverse, moyennant de développer un tout petit peu la salle consacrée à Mad Magazine, par exemple, on aurait pu avoir une très bonne expo consacrée entièrement à la bande dessinée américaine, vue pour une fois dans sa totalité, de Superman à Spiegelman.

Ceci dit, l'expo vaut cent fois la peine d'être vue.

Le Plume vous salue bien.



samedi 22 décembre 2007

Dock flottant

En fait de cale sèche, le dispositif que je vous montrais hier était bien entendu un dock flottant. On le remplit d'eau jusqu'à ce que son plancher soit largement submergé et que seul le haut des parois lattérale sorte de l'haut ; on fait rentrer le navire à radouber ; on pompe l'eau, et le tout se soulève. Il y en a de bien plus gros, d'ailleurs.


Dock flottant au quai de Bercy, 28 novembre 2007.

Mieux qu'un bateau en cale sèche : un dock flottant dans le brouillard... Ferais aussi bien d'aller me coucher, moi !

Le Plume vous salue bien.

[appareil YashicaMat 124G, film Ilford FP4+]



vendredi 21 décembre 2007

En cale sèche

Le porte-avion Charles de Gaulle est en cale sèche pour quelques temps, disent les journaux. Moi, c'est pareil : je suis dès ce soir hors de service, et ce jusqu'au 2 janvier 2008. C'est qu'il a été rude, ce semestre !


Un bateau au radoub le long du quai de Bercy, 17 novembre 2007.

Les habitués de ce weblog auront peut-être reconnu la scène (ainsi que la Seine, mais ça il n'y a pas de mérite) : elle avait en effet figuré ici sous un angle différent il y a quelques semaines, en illustration d'un texte de Cendrars. Un angle différent et des couleurs différentes : la pellicule employée était bien différente, quoi que de même marque. Un des multiples paramètres qui font les joies de la photographie « argentique »...

Depuis quelques années, je suis fidèle client des pellicules Fuji. J'en utilise pour l'instant trois types : la Reala 100, pellicule au grain fin appropriée aux fortes lumières ; la Superia 200 - la plus vendue, avec sa sœur Superia Xtra 400 - au couleurs très saturées ; la Pro400H, pellicule plus sensible (donc idéale en faibles lumières) et au couleurs plus neutres. cela couvre la totalité de mes besoins en pellicules couleur au format 135, même si j'ai bien envie de faire quelques pellicules de Velvia, un film inversible (pour diapos) au grain extra-fin et réputée pour ses couleurs. S'ajoutent à cela les pellicules 120 pour le 6&time;6 : j'ai utilisé pour l'instant du Ilford (HP5+ et FP4+) mais je vais tenté la Fuji Neopan, qu'on m'a dite plus contrastée.

J'avoue : j'aime bien cette profusion de choix. Si je voulais absolument « avoir un style », je suppose que je devrais choisir une pellicule et m'y tenir, mais ce serait moins rigolo.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 50mm f:1.4]



jeudi 20 décembre 2007

Hissez Haut !

J'oubliais de mentionner le mini-évènement de la semaine : j'ai reçu ma nouvelle carte d'étudiant. Je suis donc maintenant très officiellement thésard. Ça fait bien douze ans que ça ne m'était pas arrivé !

Il ne me reste plus qu'à séjourner dans les salles de lecture de la bibliothèque nationale ou de quelque dépôt d'archives, pour que ma thèse établisse sa voilure pour explorer des mers inconnues...


Le gréement de La Boudeuse devant la Tour des Temps de la Grande Bibliothèque, 17 novembre 2007.

Ce qui m'inquiète, c'est que mes précédentes inscriptions en doctorat n'avaient pas débouché sur grand chose. Et j'étais doctorant à plein temps, à l'époque... Il est vrai que mon sujet avait une difficulté insurmontable : il ne m'intéressait ni de près, ni de loin. Ça n'aide pas.

Comme je dis toujours : on verra bien.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 200mm f:4]



mercredi 19 décembre 2007

Chameau !

Récupéré ce soir mon rouleau coté 2007 PM5 - oui, j'ai développé un système de cote pour mes pellicules photos, on est fou à lier ou on ne l'est pas. Pas très compliqué, comme système, d'ailleurs : l'année où le film a été terminé ; un code d'une ou deux lettres indiquant l'appareil utilisé et un numéro d'ordre. Il s'agit donc du cinquième rouleau pris avec le Pentax ME Super cette année, sachant que je n'ai l'appareil que depuis cet été de toute façon.

Bref, ce film, il n'est pas mal du tout. Pas loin d'une vingtaine de photos sur 37 dont je suis nettement satisfait. Évidemment, je ne peux pas vous les infliger toutes ce soir... Vous ne perdez rien pour attendre.

Pour commencer, une photo prise du côté de la maison de la culture d'Argenteuil, charmante sous-préfecture du Val d'Oise...


Ménagerie du cirque Zavatta à Argenteuil, samedi 15 décembre.

Les chameaux et dromadaires qui paissaient sur les bords de ce terrain n'étaient pas là tout à fait par hasard, ni entièrement de leur plein gré : ils faisaient partie de la ménagerie du cirque Zavatta - ou du moins d'un des cirques Zavatta : depuis la mort du patriarche, il y a au moins autant de cirques Zavatta que de tendance au FLNC...

Inattendu en tout cas. Ajoutons que les chameaux de Bactriane qui grattaient nonchalamment leur énorme fourrure contre un poste électrique n'avaient pas l'air de souffrir du froid. Contrairement au photographe.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax ME Super, film Fuji Reala 100, objectif SMC Pentax-M 50mm f:1.4]



mardi 18 décembre 2007

Rive gauche

Le ciel était dégagé ce matin, j'étais un peu moins en retard que d'habitude : je suis allé sur les quais prendre quelques photos du nouveau quartier où j'ai le plaisir de travailler.

Certaines de ces photos seront développées demain ; pour d'autres, il faudra attendre un peu. Et les quelques photos prises avec le compact numérique sont déjà là, bien sûr - comme celle-ci.


La ZAC rive gauche vue du Pont national ce matin.

Visite guidée, de gauche à droite et en faisant abstraction des installations portuaires : le bâtiment pas très beau, avec la façade plus ou moins bleue, c'est l'hôtel industriel Biopark, récemment rénové, mais qui a été construit avant que l'aménagement de la ZAC ne commence pour de bon ; du coup, il a salement mal vieilli. De l'autre côté de la rue Watt, en rouge et gris, c'est le bâtiment Condorcet, notre UFR de physique. Ensuite, une parcelle d'immeubles d'habitation, la halle au farine (trop basse pour être vue ici), l'esplanade (même motif, même punition) et les Grands Moulins, seul bâtiment du coin à avoir une vraie toiture. Et derrière, les tours de la Grande Bibliothèque... Bienvenue dans un nouveau quartier.

Au passage : je n'avais jamais remarqué que le Pont national (celui qu'emprunte les boulevards des maréchaux) avait des voies ferrées sur son côté aval. Maintenant, je le sais, et vous aussi. Je suis sûr que ça va transformer votre quotidien.

Le Plume vous salue bien.



lundi 17 décembre 2007

L'air de la mer

Gamin, quand arrivaient les vacances, j'attendais le moment où, du viaduc de Saint-Brieuc, je verrai la mer par la fenêtre de la voiture. Et au retour, en passant au même endroit, je me tortillais pour la voir le plus longtemps possible.


Port de l'île de Ven, Suède, 19 août 2007.

Je n'ai pas vu la mer depuis cette excursion entre Danemark et Suède, sur les pas de l'astronomes Tycho Brahé, avec la joyeuse cohorte de la conférence ICOHTEC 2007. Ça commence à faire un peu longtemps à mon goût. À mettre au programme des vacances de noël qui s'annoncent, donc.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax MZ-10, zoom Pentax-F 35-80mm f.4-5.6, pellicule Fuji Reala 100.]



dimanche 16 décembre 2007

Batignolles

La tonalité de la semaine aura été franchement ferroviaire ; je termine donc à l'avenant, par le plus ancien axe ferré de la capitale : la tranchée des Batignolles, qui permet de relier la gare Saint-Lazare à la Seine, en franchissant à mi chemin de la butte Montmartre et du parc Montceau les hauteurs du Nord-Ouest parisien.


Place de l'Europe, 25 novembre dernier.

Les voies franchissent alors la seine au pont d'Asnières avant de se partager en trois : l'une remonte la Seine à flanc de coteau pour rejoindre Saint-Cloud et Versaille ; l'autre contourne par le Nord le Mont-Valérien, vers Saint-Germain-en-Layes, via Nanterre et Rueil. La dernière continue tout droit, coupant par Colombes et Argenteuil, pour rejoindre la Seine bien plus bas, du côté de Meulan et Mantes-la-Jolie - en direction de Rouen et du Havre.

Les voies à quais de Saint-Lazare sont d'ailleurs distinctes en fonction de ces trois branches : c'est finalement trois gare en une, réunies pour bénéficier de cette fameuse tranchée des Batignolles.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Semflex Otomatic B, pellicule Ilford HP5+]



samedi 15 décembre 2007

Safari

Le samedi, quand les temps (celui qu'il fait et celui qu'on emploie) le permettent, c'est un bon moment pour le safari photo, enfourcher le scooter et partir, fourre-tout photo en bandoulière... Continué l'exploration commencée il y a trois semaines dans le Nord-Ouest parisien.


Pont d'Argenteuil à Gennevilliers, vers 15h.

Le port de Gennevilliers est fermé au public ; le photographe amateur doit donc se contenter des berges de Seine environnantes. Tout près de là cependant, il y a les vrais Grands Moulins de Paris, ceux qui produisent la farine de notre baguette vespérale. Il y a des chantiers ; il y a la ménagerie d'un cirque qui pâture face au centre culturel Jean Vilar ; il y a la lumière du soir sur le fleuve ; il y a des petits coins oubliés d'Ile-de-France, entre A15 et A86.

Il y avait aussi un vilain petit vent du Nord absolument glacial sur les bords de la Seine et sur la route du retour. Avantage du Pentax ME Super sur le MX : le réglage automatique de la vitesse, ça aide très nettement par temps de doigts gourds... En rentrant, il m'a fallu un bon moment et pas mal de thé brûlant avant de réussir à me réchauffer.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : pas fini la péloche, il faudra patienter un peu pour avoir le résultat !



vendredi 14 décembre 2007

Pas perdus

le point commun entre les gares et les tribunaux : on y trouve des salles des pas perdus. De grands espaces où il fait souvent un froid polaire et où l'on marche de long en large pour se réchauffer, en attendant un train ou un verdict.


Gare de l'Est, 25 juillet 2007.

Pour ma part, je l'avoue : aujourd'hui, c'est le week-end, que j'attendais. L'informatique actuelle ne prévoit pas de salle des clics perdus mais c'est parfois tout comme. La bonne nouvelle, c'est qu'il est arrivé, le week-end.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : cette photo était la première prise avec le Pentax P30t, remier appareil que j'aie acheté d'occasion sur la baie - et que j'ai revendu depuis, d'ailleurs. Vous aviez eu droit à la deuxième hier, la troisième mardi et la quatrième lundi.

[boîtier Pentax P30t, objectif AutoChinon 50mm f:1.7, film Fuji Superia 200]



jeudi 13 décembre 2007

L'heure des trains

Lorsque les chemins de fer ont fait leur apparition, « avoir l'heure », sous la forme d'une pendule et plus encore d'une montre, était encore un privilège. Les autres avaient le son des cloches - mais le temps des cloches n'était pas un temps universel, établi de manière uniforme pour tout le territoire1. Il était, bien plus, une scansion sonore du rythme variable des levers et couchers du soleil.

Le chemin de fer ne peut s'accommoder de cette temporalité là : la « culture des réseaux »2 qui se met en place est faite de coordination et d'horaires bien mûrement étudiés, sinon toujours respectés. Du coup, la gare, c'est l'espace où s'entrechoquent les temporalités populaires et savantes - ce n'est pas un hasard si la grande porte de la gare est souvent surmontée d'une horloge : en pénétrant dans l'édifice, le voyageur fait soumission à ce temps nouveau, précis et mécanisé.


Gare de l'Est, 25 juillet 2007.

Résultat : concrètement, dans une gare, on a deux possibilités : soit on court après son train parce qu'on est en retard, soit on l'attend parce que l'on est en avance - à moins bien sûr, horresco referens que ce soit le train qui soit en retard. L'espace des gares est manifestement pensé en fonction de ces deux possibilités : larges portes et grands escaliers (éventuellement glissants) pour le retardataire pressé ; pour le voyageur en attente, des salles du même nom. Et au milieu, une salle des pas perdus. J'y reviendrai.

Au fait : une des premières phrases enseignée par la méthode Assimil d'italien est : Il treno è in orario. Mais où vont-ils chercher tout ça ?

Le Plume vous salue bien.

P.S. : en l'honneur du premier cours que j'ai pu assurer depuis le 24 octobre, cette note est munie de notes de bas de page en guise de bibliographie.

1 Alain Corbin, Les cloches de la terre, Albin Michel, 1991, p. 111sq de l'édition de poche (Champs Flammarion, 1994).

2 François Caron, Histoire des chemins de fer en France, vol. 1, 1740-1783, Arthème Fayard, 1997, p. 171sq



mercredi 12 décembre 2007

Deux roues

Lors de ma séance de photos du côté de la gare Saint-Lazare, je suis tombé sur une carcasse de scooter fraîchement brûlée. Que je me suis employé à photographier, bien entendu.

Une brave dame très Ouest parisien qui passait par là, me voyant avec un casque de moto sur la tête en train de prendre ces photos, me demande, l'air inquiet, si c'est de ma moto qu'il s'agit. Je lui réponds que non, en la remerciant ; en même temps, je ne suis pas sûr que j'aurais eu besoin de porter un casque si mon véhicule avait été dans cet état...


Squelette de scooter, place de l'Europe, 24 novembre.

Mon scooter à moi, bah, je n'en ai pas. Ma chère épouse, par contre, en a un, et je le lui taxe de temps à autre. Aujourd'hui, d'ailleurs, j'ai rentabilisé cet emprunt : je m'en étais servi pour aller bosser aux Grands Moulins ce matin et, cet après-midi, j'ai dû aller intervenir à au centre d'études médicales Xavier Bichat, où le réseau était en rade. Quai d'Ivry - porte de Saint-Ouen : il n'échappera pas aux parisiens que ce n'est pas la porte à côté. En tout et pour tout, ça a dû me faire une cinquantaine de kilomètres dans la journée. Le tout dans un air plutôt vivifiant...

Ceci dit, rien qu'imaginer la galère absolue qu'aurait été la même intervention par tout autre moyen de transport, ça permet de relativiser la température du fond de l'air, si frais soit-il.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Semflex Otomatic B, pellicule Ilford HP5+]



mardi 11 décembre 2007

Gare de l'Est

Tout près de la gare du Nord, la gare de l'Est - prendre la rue des deux gares, descendre les escaliers, et vous y êtes.


Les verrières de la gare de l'Est vue des escaliers de la rue d'Alsace, 25 juillet 2007.

La gare des guerres allemandes et du service militaire à Épinal, disait Desproges ; il y a de ça. Jusqu'aux guichets des grandes lignes : des tables sont prévues le long des files d'attente, histoire que le conscrit repose son sac plein de linge sale. Mais c'est aussi une des gares parisiennes qui a le plus de voies à quais, et ce bien que je ne l'utilise pratiquement jamais - c'est ballot, d'ailleurs, c'est à deux pas d'ici. Ceci tendrait à prouver que le nombre de voies à quais des gares parisiennes n'est pas calculé (ou pas seulement) en fonction de mes habitudes ferroviaires. Cruelle déception.

Le Plume vous salue bien.

[boîtier Pentax P30t, objectif AutoChinon 50mm f:1.7, film Fuji Superia 200]



lundi 10 décembre 2007

Gare du Nord

On parlait hier de la gare du Nord... je n'ai pas toutes les gares parisiennes en photo, ou pas encore, mais la gare du Nord, ça, j'ai. C'est dans ce coin que j'avais été essayer mon premier appareil phto d'occasion - en juillet dernier, il y a bien longtemps.


Pignon Ouest de la garde du Nord, Paris, 25 juillet 2007.

J'ai reçu le quatrième* il y a quelques jours, je vous en avais parlé. Toujours pas eu le temps de l'essayer pour de vrai, d'ailleurs : la météo ne s'y prête guère. Il fait plus un temps pour le noir et blanc ; d'ailleurs, je n'ai pas non plus eu le temps d'aller chercher le rouleau 6×6 terminé hier avec le YashicaMat. Demain...

Demain, il fera jour. Au moins un tout petit, petit peu !

Le Plume vous salue bien.

* Sans compter les prêts, et un boîtiers H.S. acheté pour pièces...

[boîtier Pentax P30t, objectif AutoChinon 50mm f:1.7, film Fuji Superia 200]