le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

mercredi 26 janvier 2005

C'est parti !

Eh oui, après deux semaines un peu rudes (d'ailleurs vous m'avez entendu râler copieusement), je pars quatre jours souffler un peu. Enfin je pars... s'il y a des trains. Apparemment il risque de ne pas y en avoir des tonnes... Normalement, j'ai pas mal la baraka pour ce genre de choses : je me rappelle avoir fait un aller-et-retour à Paris pendant la grande grève de l'hiver 1987 sans le moindre retard. On verra bien.

Si tout ce passe bien, quatre jours à Angoulême. Parents, festival de la BD, un peu de repos peut-être aussi. Mais ne vous inquiétez pas : je n'oublie pas le cordon du modem ! Et puis je reviens dimanche.


Le bateau-phare entre BNF et Bercy, 19 janvier 2005. J'en reparlerai.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 25 novembre 2004

« Tolbiac »

Juste en face de ma photo d'hier, à deux pas donc de l'UFR d'histoire, géographie et sciences sociales de l'université qui me paye, la plus grosse implantation de l'université où j'étudie (mais dont l'UFR d'histoire est ailleurs) : le centre Pierre Mendès-France de l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. Tolbiac, quoi.


Rue Baudricourt, Paris 13e, mardi 23 novembre 2004.

Evidemment, ça ne ressemble ni au Panthéon, ni à la Sorbonne, mais plutôt à une réplique en brique, verre et acier d'une fusée lunaire un peu décrépie. Mais bon, si on va par là, 70% des étudiants de la « Sorbonne nouvelle » étudient non pas à la Sorbonne mais dans un avatar universitaire de la cité des 4000...

Indépendamment de son esthétique, c'est un bâtiment que je n'aime guère. Impression de claustro, de désaccord entre la forme du bâtiment et sa fonction. Comme pour donner raison aux théoriciens de l'architecture, l'ambiance est à la mesure du bâti : à la fois hall de gare, vite rentrer chez Papa-Maman, et cocotte-minute à idées reçues.

Bon, OK, je ne l'ai jamais vraiment pratiqué, ce bâtiment, à part pour mon inscription en licence il y a deux ans. J'ai essayé d'y repasser l'an dernier, comme électeur, à l'occasion d'élections étudiantes, mais des « syndicalistes » interdisaient l'accès au bâtiment...

Peut-être que sous des dehors bourrus ce bâtiment cache un cœur tendre. Qu'en pensent les habitués ?

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 24 novembre 2004

«à vot' bon cœur, m'sieurs dames»


Dalle des olympiades, hier, vers 15h30.

C'est pas pour râler sur le budget des universités. Bon, on n'est pas Harvard ou Columbia, mais ce n'est pas non plus la misère noire, sauf peut-être dans certains secteurs. Et puis, on doublerait les budgets que ça ferait comme dans le secondaire, on entendrait toujours parler du "manque de moyens".

En fait, c'est pour évoquer la dernière trouvaille de notre cher ministère de tutelle. Les universités, pour les ministres, c'est casse-pied, parce qu'elles sont autonomes : les décisions, ce sont les conseils de l'université et le président qui les prennent ; il y a souvent moyen de leur tordre le bras, mais pas tout le temps. Des vraies bourriques ces universités.

Or notre ministre avait son Grand Projet : l'ordinateur portable à un euro par jour jusqu'à la la fin de votre existence pour les étudiants. Après avoir lancé ce beau coup de pub qui ne lui coûte pas un radis, il fallait la promouvoir. Le mieux, pour ça, c'est d'annoncer l'accès internet gratuit dans toutes les universités pour les étudiants, et ce grâce au WiFi parce que c'est la mode. C'est facile de l'annoncer ; le problème, c'est d'obtenir des universités qu'elles le fassent. Pas moyen pour le ministère de faire ça lui même : d'abord, il n'est pas chez lui chez nous ; en plus, le coût d'une couverture totale des campus français en WiFi serait astronomique, Sarko ne serait jamais d'accord. Ou qui que ce soit qui le remplace.

Donc, il faut que les universités le fassent. Si on essaye de les obliger, elles vont râler, trainer et ne pas le faire. Pour faire la tête de mule, les informaticiens des universités, ils savent y faire, et je sais de quoi je parle. Alors on leur donne un peu de sous, de quoi couvrir quelques antennes et les équipements qui vont avec, à la condition expresse qu'elles lancent immédiatement un projet ambitieux de WiFi pour les étudiants.

Et évidemment, comme les présidences d'universités passent leur temps à crier misère, elles sautent dessus. Et c'est parti, même si ça ne colle pas du tout avec les déploiements prévus et que du coup on est obligé de monter ça en urgence, qu'on n'a pas assez de bras pour gérer ça sérieusement, etc.

Pas tout ça, mais j'ai un rapport à écrire là dessus pour avant-hier dernier délai, moi.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 13 mars 2007

Colonnade

Sous le ciel printannier, le chantier du prolongement de l'Avenue de France vers le boulevard Masséna se hâte avec lenteur, précédé par d'énormes poteaux qui ne portent pas grand chose...


Les voies de la gare d'Austerlitz à la sortie de la station « bibliothèque ».

Quant à la rustine que j'avais posée dimanche, elle a eu l'amabilité d'attendre que je sois à 100 mètres de ma destination pour lâcher. Merci à elle. Rien d'inattendu, de toute façon : avec 7 bars de pression aux fesses, elles n'ont pas la vie facile, les rustines.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 14 janvier 2005

Pour l'eau tiède, on verra lundi

Encore quelques heures passées dans un local technique ce soir, tout au bout de la rue du château des rentiers, à deux pas de la porte d'Ivry. Un joli local pour un nouveau bâtiment à raccorder de toute urgence, au prix d'acrobatie plus ou moins sordides. Côté réseau, ça n'est pas encore gagné ; par contre, pour la clim', ça baigne :


Eau froide et froide à tous les étage, rue du château eds rentiers, Paris 13e, vers 18h ce soir.

Je suis resté accroupi dos à ces tuyaux, avec mon portable sur les genous, essayant tant bien que mal de démerder d'obscurs problèmes de translation d'adresses à deux ou trois niveaux (je vous passe les détails, ça n'a rien de bien passionnant) ; en tout cas, c'est vrai qu'ils n'étaient pas bien chauds, les tuyaux.

Heureusement, la traversée de Paris qui a suivi, avec les raidillons successifs de la place d'Italie et de la montagne Sainte-Geneviève, était idéale pour se réchauffer, nonobstant la météo. C'est la joie du vélo en hiver : on grelotte pendant les deux premiers kilomètres, et on sue comme un bœuf à partir du cinquième.

La semaine est finie. Plutôt rude : ces gens qui me payent et qui prétendent me faire travailler, c'est vraiment trop injuste !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 25 janvier 2005

La vie au fond du puit

les puits de lumière, c'est très bien. Sauf que, quoiqu'on fasse, le fond d'un puit c'est pas idéal comme lieu de vie.


« puit de lumière », rue du château des rentiers, Paris 13eme, 19 janvier 2005.

Une nouvelle semaine à avaler des kilomètres à vélo en me tuant le dos et les épaules à force de trimbaler mon sac à dos avec l'ordinateur dedans ; à rentrer à la maison à des heures sans nom pour essayer de sauver la galaxie ou au moins quelques uns de nos utilisateurs ; à essayer de tirer de choix techniques que je n'ai pas fait plus que ce qu'ils peuvent offrir ; bref à me faire chier comme un rat mort derrière une malle.

Le problème d'avoir des UFR baladeuses, c'est qu'il ne leur suffit pas d'avoir des mettres carrés pour mettre leur tables et leurs chaise : il leur faut du téléphone, du réseau, avec de l'accès à internet mais aussi au réseau d'établissement... Tout ça coûte très cher à mettre en place, sans compter le temps et l'énergie dépensée. Sans compter les loyers qui s'accumulent, sur ces milliers de mètres carrés de bureaux loués dans tout Paris...

Bon, jeudi, je pars me ressourcer au salon de la BD ; la queue sous les bulles pour avoir mes petites dédicaces, comme quand j'étais môme. En plus, vu le prix qu'il faut payer maintenant pour accéder à la chose, je vais renflouer les finances publiques !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 3 mars 2005

Le matériel et le logiciel

C'est un vieux dicton informatique qui le dit : la différence entre le matériel et le logiciel, c'est que quand le matériel ne marche pas, on peut mettre des coups de pieds dedans. Mais alors, comment reconnaître le réseau informatique ?

Eh bien, le réseau, c'est la même chose, sauf qu'on se prend les pieds dedans...


Fibre optique au sortir de l'ovoïde d'égout, Paris 13e, mercredi 23 février 2005.

Cette photo représente une étape marquante d'une galère de plus de deux mois : relier au réseau de l'université une UFR récemment déménagée dans un immeuble de bureaux dans le sud-est de Paris. Pas vraiment de difficultés techniques, mais tout ce qu'on voudra de procédures administratives, auprès des égouts de Paris, auprès des propriétaires des immeubles aux deux extrémités, etc. Et de ces délais sont nés des difficultés techniques : nécessité de bricoler une solution provisoire pour permettre aux collègues de travailler pendant que les dossiers suivaient leur chemin, et ce pour le moins cher possible vu le caractère transitoire de la chose -- et ça, ça a pas été de la tarte.

Toujours est-il que les choses se sont décoincées la semaine dernière ; l'espèce de gros fil orange lové en 8, c'est ma fibre optique à sa sortie des égouts. Je vous rassure, c'est pas moi qui suis allé dérouler ma fibre là-dedans, c'est une boîte dont c'est le métier ! Depuis, ce fil a progressé dans le bâtiment jusqu'à mon local technique et s'est raccordé à des équipements prévu à cet effet... J'ai fait le branchement hier soir ; le temps de régler une petite merdouille de configuration et depuis ce matin, ça marche !

Ouf, une bonne chose de faite. On va maintenant pouvoir reprendre les dossiers qui du coup ont pris deux mois dans la vue...

Le Plume vous salue bien et file prendre son métro.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 24 mars 2007

Voie de garage

Bon : quelques instants en voie de garage. Il en faut.


Rue du Chevaleret : les anciennes voies du Sernam, face à la grande bibliothèque. 13 mars 2007, 13h43.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : les archives d'avril et mai 2005 sont maintenant sur Blogger. Ça, c'est un scoop, non ?



mercredi 5 janvier 2005

Ca ne marche pas tout seul...

Eh oui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, le réseau, ça ne marche pas tout seul : ça marche parce qu'il y a des mecs (ou des nanas) un peu étranges qui passent des heures à criser et à s'arracher les tifs dans des locaux sans fenêtres et remplis de boi-boites bizarres avec des diodes vertes qui clignotent dans tous les sens.

C'est précisément le genre d'activité que j'ai eu toute la journée sans interruption si ce n'est les trois minutes de silence de midi. Temps passé pour l'essentiel à triturer matériel, fibres optiques et configs dans un joli local qu'une climatisation maintenait à une température polaire...

Je vous présente, de haut en bas :

A ce petit monde s'ajoute les fibres optiques multimodes (en orange principalement), quelques fibres monomodes (plus vite, plus loin, plus cher, en bas, en jaune canari), des jarretières en paire torsadée (en bleu, pour l'essentiel)...


 

Tout ce petit monde étant organisé par ce qui ne se voit pas sur les photos, c'est à dire les configurations multiples et variées. Et au bout d'une trop longue journée émailée de plantages divers et de mauvaises fortunes à répétition, on se rend compte qu'on bloquait depuis une heure parce qu'on avait oublié de désactiver une option totalement inutile, au point qu'on avait totalement oublié qu'elle était là, sur un port d'un des équipements...

Ceci dit, quand ça ne foire pas au plus mauvais moment, je dois reconnaître que c'est plutôt rigolo, comme boulot.

Le Plume vous salue bien.

Photo : les coupables de cette rude journée, photographiés lors de leur reddition en toute fin d'après-midi.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 7 janvier 2005

"Informatique, un fort des halles"

C'était ce que disait un de mes anciens patrons en nous regardant les bras croiséq trimballer de gros cartons. Sur le moment ça ne m'avait pas fait rire, mais avec le recul, le celembour a son mérite.


Le routeur installé avant-hier : les interfaces GigabitEthernet. Mercredi 5 janvier 2005.

Activité du jour (enfin, comme toute activité à la durée imprévisible, activité commencée à 17h30) : soit une armoire technique, du type de celle représentée ici mais plus remplie. Les équipement sont "rackés" sur des rails verticaux (à droite de l'image ici, il a son frangin à gauche). L'armoire en question disposait de plus d'une porte avant. Problème : un nouveau matériel à installer suppose des interfaces qui dépassent en face avant plus que ne l'autorise la porte. Solution, reculer les rails verticaux, eux-même boulonnés en haut, en bas et au milieu sur des rails horizontaux.

Evidemment, la complication, c'est que lesdits rails étaient chargés jusqu'à la garde de matériel actif et de serveurs impossible à démonter sans interruption de service, ce qui aurait été un peu délicat. Donc, opération à faire en pleine charge. Pas question de tout démonter d'un coup, bien sûr, sinon tout se serait cassé la figure... Il a fallu tout de même déposer les deux onduleurs dont la trentaine de kilos rendaient l'opération physiquement impossible. Ah, oui, aussi, le système d'écrous-cages utilisé exige un parfait alignement de la vis et de l'écrou, et donc des pièces entre elles. Sinon ç'aurait été l'affaire d'une demi-heure. Mais là, ajuster au demi-millimètre des objets lourds dans des positions complètement tordues, c'était beaucoup plus drôle.

On y est arrivé, avec mon collègue, qui est à peu près aussi sportif que moi. En à peine plus d'1h30.Le plus étonnant dans l'affaire c'est qu'on ne s'est même pas fait mal, à part un hématome sous un ongle.

Décidément, l'informatique mène à tout.

Le plume vous salue bien et s'en va se remplir la panse. Na !


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 6 décembre 2004

Une rue en pointillés

Un des sites de l'université où j'exerce mes talents a son adresse postale rue du Javelot, Paris treizième. Si vous regardez sur un plan, vous aurez du mal à la trouver ; c'est sans doute une des rues de Paris qui existe le moins. Ou seulement en pointillés : partant de la rue de Tolbiac, pile en face de Paris 1, elle fait une grande boucle sous la dalle des Olympiades pour déboucher rue Baudricourt, à deux pas de son point de départ.

C'était l'époque où la grande mode était à la séparation des trafics, comme sur le parvis de la Défense, à l'Agora d'Evry ou à Cergy-Préfecture. Dans tous les cas, on aboutit à un résultat incomparable : une dalle piétonne absolument sinistre recouvrant des rues couvertes tendant vers l'égout. Parfait.

Tout au bout, là où la rue amorce son demi-tour vers son point de départ, une tache de couleur, la seule du parcours :


rue du Javelot, Paris 13e, lundi 6 décembre 2004, vers 15h30 (mais il y fait toujours nuit).

Ils vivent dessus,
Ils vivent dessous,
Ils se croisent sans se voir aux carrefours

Michelle Grangaud, Geste, P.O.L, 1991.

Le Plume vous salue bien


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 27 juin 2007

Paris Rive Gauche

Pendant que la pseudo-ministre à l'enseignement supérieur essaye de bricoler une réforme des universités dont personne ne veut mais qui a été conçue dans ses moindres détails par un président qui ne comprend rien à la question, je m'affaire parmi tant d'autre à déménager une université, une vraie. Ce fameux déménagement, initié par le président d'avant qui n'y connaissait rien du tout non plus.

Une chose est sure : qu'il y ait 20 ou 60 membres au conseil d'administration est le cadet de nos soucis. À ceci près que, compte tenu du mode d'élection des membres des conseils (scrutins de listes au plus fort reste), plus l'effectif est restreint et plus le conseil risque d'être totalement hétérogène et sans majorité claire...


Rue Jean Fautrier, Paris 13e, 21 juin 2007.

En attendant, on court partout : le déménagement concerne les gens qui déménagent, évidemment, mais aussi certains labos qui restent en place, pour cause de changement aux infrastructures des réseaux voix et données. Ça donne l'occasion d'explorer les recoins du 13e, par exemple, avec quelques cartons de téléphones Cisco sous le bras !

Demain, fin du vidage du site temporaire où nous avions à grand peine installé nos service centraux il y a trois ans. Il faudra débrancher des centaines de cordons de brassage, démonter et récupérer le matériel actif réseau qui avait été installé à cet effet. Faire et défaire...

Le Plume vous salue bien.



vendredi 13 juillet 2007

Paris et le désert (français ?)

On le croyait parti sans laisser d'adresse ; on ne l'attendait plus. Et ça y est : le réchauffement climatique est revenu. Aux confins Sud de la capitale, des palissades tentent de contenir l'avancée des dunes...


Le futur jardin public des Grands Moulins vu du bâtiment du même nom.

Rue Marguerite Duras, 17h26 ; une jeune fille marche le long des barrières illustrées qui entourent le terrain vague destiné à devenir un jardin public. De l'autre côté de la barrière, les engins de chantier dorment déjà.

Deux minutes plus tard un jeune homme vient à sa rencontre ; il porte un sac en bandoulière sur sa chemise beige. Ils discutent au milieu de la chaussée déserte.

Un homme d'un certain âge passe, un cartable au bout du bras. Avec l'université sont arrivés les universitaires. Croise les jeunes gens et tourne en direction du métro.

19h40, rue Thomas Mann. Le drapeau tricolore officiel de l'université Paris-Diderot s'enroule autour de son mât en volutes imprévisibles. Deux cyclistes passent. C'est le week end.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 23 février 2005

Une autre ville

Une semaine sans photo de Paris, voilà qui change un peu mes habitudes, dans la mesure je me suis rendu compte que 112 des 282 photos de cette rubrique ont été prises à Paris. Ce qui n'est pas illogique étant donné que c'est là que je vis, volens nolens. Retour à Paris donc, mais est-ce bien Paris ? Il suffit d'un épisode météorologique somme toute parfaitement normal en février pour que la ville change, à la fois plus chaotique et plus souriante.

Les enfants et les étudiants se lancent des boules de neige ; des bonshommes de neige collaboratifs naissent ici ou là. Des gens vous parlent dans la rue. Pour les rendez-vous, par contre ça n'est pas gagné, mais qu'importe ?


Paris 13e, rue nationale, ce matin, 8h20.

Bien que la neige se soit raréfiée dans les rues de Paris, elle va faire un retour en force sur les blogs ce soir, c'est sûr. De vrais gamins, on vous dit. Ou des faux. Mais on aime ça !

Le Plume vous salue bien.

P.S. : Coup de gueule au passage sur la fermeture des jardins (le jardin des plantes en l'occurence) dès qu'il tombe trois flocons ou qu'il y a une bourrasque de vent. La mairie de Paris avait promis l'an dernier de cesser ces âneries ; il faudrait transmettre la consigne à la direction du muséum national d'histoire naturelle...


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 11 février 2006

Brouillard au pont de Tolbiac

Suite du précédent. Vous voyez ce que je veux dire.


Rue Neuve Tolbiac, 23 février 2005.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 5 avril 2007

Le chant du houblon

Entre démontage d'équipements réseau dans des locaux libérés et installation d'autres équipements dans d'autres locaux en instance d'être occupés, petite pause au pub du coin...


Cuve de brassage, Frog & British Library, Paris 13e.

Avant de replonger dans les problèmes de clés manquantes, d'ascenseurs en panne et de câbles à déméler, il fallait bien ça.

Le Plume vous salue bien.



lundi 24 janvier 2005

Petite ceinture

Prenez à gauche après les Olympiades en descendant l'avenue d'Ivry et vous emprunterez la rue Regnault, que vous suivrez, toujours tout droit, rejoignant la tranchée de l'ancienne petite ceinture, puis plongeant vers la rue de Patay, tout au bas de la butte. Si vous continuez, négligeant l'appel de la rue du Chevaleret qui tente de vous ramener vers des lieux plus civilisés, vous fiinirez en impasse entre les emprises ferroviaires : c'est l'ancienne gare du boulevard Massena.


L'ex-gare Masséna, 19 décembre 2005, cinq heures du soir.

Je l'ai utilisé une fois, il y a pas mal d'année -- non par nécessité (il n'y a pas grand chose à voir ni même grand monde à visiter dans le coin) mais par curiosité, pour voir à quoi ressemblait cette gare que les BALI et autres YETI du RER C traversaient à vive allure.

On descendait de l'omnibus, on montait jusqu'à ce petit bâtiment tout en hauteur. De là, on pouvait soit redescendre sur cette petite place, soit emprunter un vieux pont en poutrelles métalliques qui vous amenait jusqu'au quai d'Ivry, par de petites cours aux pavés disjoints. La correspondance ferroviaire qui faisaient sa raison d'être n'existatit plus bien sûr depuis bien longtemps.

La gare est fermée, maintenant, comme avaient fermé quarante ans plus tôt ses consœurs de la petite ceinture. Elle est emplacée par le béton précontraint flambant neuf de la station "bibliothèque François Mitterrand", à deux pas de là, où même les BALI s'arrêtent, c'est dire. Du coup ce petit bout de rue Regnault n'a vraiment plus grand chose à faire de ses journées ; juste un petit bout de XXe siècle qui attend la retraite et nous rappelle que nous aussi, nous sommes du siècle dernier.

Le Plume vous salue bien. 


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 13 juin 2006

Au soleil

Du matin au soir la radio nous cause de canicule. C'est idiot, la canicule ce sont les jours du petit chien, quand Canis minor et ses deux stars d'étoiles, Sirius et Procyon, montrent le bout de leur nez au confins Sud du paysage céleste. En d'autre terme, en août. Et il y a pas de métonymie qui tienne, non mais.

Un peu chaud pour le vélo tout de même, donc aujourd'hui c'était scooter - dans les rues de Paris désertées dès 17h30, il doit se passer quelque chose de particulier, je me demande bien quoi. Mais hier, c'était vélo, tout doux, dans les petites rues du 13e en rentrant de PMF.


Rue Stephen Pichon, Paris 13e, 12 juin 2006, 14h16.

Ah, Stephen Pichon, l'un de ces obscurs de l'histoire, bras droit de Georges Clémenceau pendant près de trente ans... Il méritait bien cette rue un peu à l'écart, calme et arborée. Et sur le côté, les halles aux machines de l'école nationale supérieure des arts et métiers sont tout un programme : la façade, sur le bruyant boulevard de l'hôpital, ce pourrait être n'importe quel lycée du siècle dernier, austère et symétrique ; l'arrière, c'est une usine, c'est l'industrie.

On peut penser, et c'est mon cas, que le système des écoles d'ingénieurs tel qu'il se perpétue en France est à bout de souffle, qu'il interdit toute réforme un peu structurée de l'enseignement supérieure. N'empêche, à une épouqe où l'enseignement supérieur se limitait aux péroraisons mandarinales en Sorbonne, les sheds de la rue Stephen Pichon ouvraient sur un autre monde.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 31 mai 2007

De tous petits déserts

C'est comme ça dans nos villes : entre nos rues se glissent de tous petits déserts.


La ZAC Rive Gauche vue des Grands Moulins

Il y a aussi de toute petites traversées du désert, des journées qui commencent en retard, essayer de retrouver un état de conscience en écoutant les dernières nouvelles de la démagogie ambiante à la radio - ah, la France de propriétaires, ce vieux fantasme Louis-Philippard...

Et puis, la frustration de ne pouvoir faire plus, mieux et plus vite qu'un historien à plein temps tout en exerçant une autre activité, à plein temps également. Au bout du compte, il n'est pas anormal que mon employeur ait droit à une part substancielle de mon énergie lorsque celle-ci est nécessaire. Une part substancielle de pas grand chose, certes, mais tout de même. Alors il faut s'adapter, changer les projets, froisser des gens peut-être. Pas le choix.

À part ça, ça va.

Le Plume vous salue bien.

Musique : Franz Schubert, « Gute Nacht », lied d'ouverture de Winterreise.



mercredi 7 février 2007

Neige sur un patio coréen

La pénombre d'hier, ce n'était pas l'effet de mes paupières à moitiés closes ni d'un pare-brise à moitié crade - c'était un ciel de neige, tout simplement. Hier on a eu les nuages, ce matin la neige ; elle ne faisait que passer. Même pas fait semblant de tenir sur les chaussées, et tant mieux pour le trajet en scooter, mais ça faisait plaisir de la voir quand même.


Les Grands Moulins sous la neige ce matin.

Ah, oui : ce patio est un jardin coréen, inauguré en grande pompe par M. l'ambassadeur de Corée il y a quelques mois de ça. Juste à côté de la bibliothèque de l'UFR des langues et civilisations orientales, il est vrai. Et je crois qu'à terme il y aura plus de plantes.

Parce que là, il y a pas, même avec la neige, c'est sobre.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 13 juin 2007

Orages désirés

En plus de trois ans d'existence, il est difficile pour un weblog, fût-il de bonne tenue, de ne pas radoter un tout petit peu. Tout ça pour dire que je m'apprête à râler sur un truc contre quoi j'ai sûrement déjà râlé dans le passé : l'utilisation à toutes les sauces et à contre-emploi du terme « romantique ».

Oui : j'ai beau me dire que le langage, les mots évoluent, je trouve insupportable qu'on qualifie de romantique du sentimentalisme mièvre et sucroté. Le romantisme, c'est le moment où les structures collectives anciennes s'effondrent et laissent l'individu seul avec ses passions - passions amoureuses le cas échéant, mais pas forcément : c'est l'affirmation du Je dans toute sa violence, créatrice ou destructrice. Les nous de la société d'Ancien Régime sont dépassés, annulés, ordres ou corporations : le Je peut prendre toute la place.


Grands Moulins de Paris, ce soir, vers 19h.

Le romantisme, c'est : Levez-vous vite, orages désirés, qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie ! Et, au paragraphe suivant :

La nuit, lorsque l'aquilon ébranlait ma chaumière, que les pluies tombaient en torrent sur mon toit, qu'à travers ma fenêtre je voyais la lune sillonner les nuages amoncelés, comme un pâle vaisseau qui laboure les vagues, il me semblait que la vie redoublait au fond de mon coeur, que j'aurais eu la puissance de créer des mondes.

Châteaubriand, René

Évidemment, la phrase suivante, c'est Ah ! si j'avais pu faire partager à une autre les transports que j'éprouvais ! Mais bon, je n'ai jamais dit que le romantisme ne parlait pas d'amour, juste qu'il ne parlait pas que de ça, et sûrement pas avec des petites fleurs roses partout sur les pages.

Ce qui vous vaut cette péroraison, c'est que précisément, d'orage, on en a eu un beau ce soir. Pluie, vent, tonnerre, ciel d'encre derrière les toîts des Grands Moulins de Paris... Et, preuve s'il en fallait des affinités du romantisme avec l'orage : comme ambiance musicale, un concerto de Brahms, ça collait bien avec la météo.

Demain, il faudra se bagarrer avec des câblages pas terminés et des adresses IP rebelles. Je me demande quelle musique il faudrait pour ce genre de galère.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 21 juin 2007

Zizique

Suivant une tradition bien établie, pour la fête de la musique, je reste à la maisonà l'abri de mon double vitrage. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai : je suis allé gagner mon pain à la sueur de mon front, et ce sur trois sites différents de mon université bien-aimée (celle qui m'emploie, pas celle où j'étudie). J'ajoute que dès le milieu de l'après-midi, le franchissement de la place Denfert-Rochereau était rendue délicate par l'installation du légendaire podium Ricard... Mais la fête de la musique étant devenue, à paris surtout, une fête du bruit, lequel n'est pas une denrée rare dans le secteur, je m'en dispense, merci bien.


Avant le concert, Grands Moulins de Paris, vers 18h.

Ceci dit, si tu ne vas pas à la fête de la musique, la fête de la musique viendra-t-à toi : une petite formation classique se produisait sous la fenêtre de mon bureau, dans la cours intérieur des grands Moulins. Je l'ai loupé, d'ailleurs : j'étais occupé à former un collègue qui passe un concours très bientôt. De toute façon, d'après ce que j'ai entendu, la programmation était de bric et de broc, Marseillaise comprise : pas loupé grand chose. Seul regret : il y avait une harpe ; j'aime bien regarder jouer de la harpe.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 11 juillet 2007

Moi, mes universités...

Bon : on râle, on peste, mais finalement, en regardant les photos du bâtiment où j'ai mon bureau maintenant tel qu'il était il y a 18 mois, on se rend compte qu'on a un peu progressé depuis.


Grands Moulins de Paris, octobre 2005.

Évidemment, si on avait laissé le chantier se terminer complètement avant d'aménager, ça aurait été mieux. Et encore mieux si l'on n'avait pas sans cesse demandé aux entreprises de rogner sur tous les budgets - ce qui fait qu'au bout du compte on a ce pour quoi on a payé et non ce qu'on voulait avoir. Mais ça avance. Et voir, comme ça, en direct, un nouveau campus se mettre à exister, c'est plutôt exaltant, quand même.

Tiens, la preuve que c'est bel et bien démarré : le problème, maintenant, c'est d'empêcher les parasites de l'OFUP de trop harceler nos étudiants à l'entrée du bâtiment. En octobre 2005, il n'y avait ni OFUP, ni étudiants, mais des casques de chantier obligatoires pour franchir cette même entrée.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 5 août 2007

Comment j'ai failli faire du sport

C'est l'histoire d'un mec qui, après une après-midi partagée entre rangement et rédaction décide d'aller faire un petit tour de vélo, histoire d'éliminer une partie des Plume Burgers de midi. Je prépare donc mon attirail : tenue réglementaire, chaussures adaptées, bidon d'eau (grand format), nécessaire de réparation (petit format), mes clés et une barre de céréale : tout est prêt.

Tout ? Non : je n'arrive pas à remettre la main sur mon GPS, et j'aime bien l'avoir avec moi. Il se fixe sur le guidon et me sert à la fois de pendule et de compteur de vitesse. Pratique. Quand l'avais-je utilisé pour la dernière fois ? Sans doute en voiture. Il est sans aucun doute resté dans son vide-poche habituel. Un détour à notre parking souterrain s'impose donc : j'ajoute à mon attirail les clés de voiture et, bien entendu, le bip qui donne accès au dit parking. J'attire l'attention du lecteur sur ce point.


Les tuyaux, c'est mieux vu de l'extérieur : terrasse des Grands Moulins, la semaine dernière.

Arrivé sur place (la descente, en vélo, c'est pas compliqué), je retrouve sans problème le GPS là où je pensais qu'il était, le récupère, l'installe et m'apprête à repartir. Ce faisant, un truc non identifié m'échappe des mains ; me retournant pour le récupérer, je donne un coup de pied dedans et ne peux que voir le bip du parking se diriger à grande vitesse vers une évacuation d'eau dont la grille manque depuis des années...

La demi-heure suivante s'est passé à plat ventre sur le sol à essayer de le récupérer, le tuyau faisant fort opportunément le diamètre de mon bras. Mon butin : deux ou trois paquets de Marlboro avec mégots assortis et un sachet d'huile pour pizza. De bip, point.

Après ça, il ne me restait plus qu'à profiter d'un (rare) passage de voiture pour sortir du parking et rentrer à la maison. Et prendre un bain.

Bilan de la journée : j'ai presque été faire une promenade à vélo.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 19 janvier 2005

De l'autre côté

Petit tour cet après midi par la face cachée du treizième arrondissement : depuis la rue du château des rentiers, la rue Regnault et sa descente de casse-cou le long de la petite ceinture -- sous la pluie battante, j'ai bien fait de régler mes freins il y a peu. Puis, par la rue du Loiret, on rejoint la rue Watt, qui mérite plus que jamais son titre de plus belle rue de Paris que lui avaient décernés Raymond Queneau et Boris Vian. Ce qui la connaisse comprendrons ; pour les autres, je mettrais une photo un de ces jours.

Après les rails, on se retrouve tout près de l'avenue de France et de ses immeubles de verre et d'acier. Mais on est au verso de ce recto, entre vielles clôtures, carcasses de voiture et la boue des engins de chantier. La pluie s'arrête ; nuages bas. C'est cinq heures, les chantiers sont arrêtés, les ouvriers sont parti se changer ; encore un peu et leurs voitures traverseront le silence de ce petit no man's land.


Rue Watt, cet après midi, 17h06.

Derrière les clôtures, derrière le périphérique, la centrale des Ardoines turbine dur pour éclairer, chauffer, machine-à-laver les Parisiens. Ses volutes sont belles, elles aussi.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 20 janvier 2005

Bien fait pour moi.

M'apprendra à pas faire grève.

je n'ai pas fait grève parce que j'hésite toujours à faire grève pour des questions salariales, lesquelles à ma connaissance étaient les seules revendications concernant l'enseignement supérieur ; je n'ai pas fait grève parce que mon absence aujourd'hui aurait retardé considérablement des projets que j'ai envie de voir aboutir depuis longtemps ; je n'ai pas fait grève parce qu'un certain nombre de collègues qui aménagent sur un nouveau site sont tributaire de nous pour pouvoir travailler la semaine prochaine... bref, je n'ai pas fait grève.

Et j'ai été bien puni.

De 9h30 à 17h, rien que de très normal, je suivais une formation pour pouvoir configurer le matériel WiFi que nous sommes en train d'installer ; intéressant, pas simple du tout, et quelques moments de solitude pour cause de sous-dosage de caféine.

Après ça, on passe dans la quatrième dimension. Ne cherchez pas à régler votre moniteur...


Une passerelle pour nulle part, rue Watt, hier soir


Je réussis à récupérer les clés d'une voiture de service, le vélo ayant ses limite, et je file vers le point d'origine du déménagement dont je parlais plus haut. Enfin je file... La guimbarde arthritique qui tente de se faire passer pour une voiture de service m'y amène poussivement, à condition de toujours garder une main sur le starter (le baisser en ligne droite, le remettre à fond dès qu'on rétrograde, au moins pendant le premier quart d'heure ; après ça, il suffit d'en remettre un coup aux feux rouges).

Arrivé là bas, je galère comme un perdu pour essayer de déméler parmis les 150 et quelques cordons de brassage quels sont ceux qui appartiennent aux gens qui déménagent tout de suite et quels sont ceux qu'il ne faudra débrancher que dans huit jours. Finis par y parvenir et à libérer les deux switchs dont j'ai besoin à l'autre bout. Les démonte (pas légers ces trucs là).
Quelques reconfigurations plus tard, me rend compte qu'il est 19h30 et que l'accueil du bâtiment de l'autre extrémité du déménagement ferme à 20h. Sprint, avec switchs, cordons, outils, etc. pour tout charger dans la tire&nbs;; accélérations du tonnerre dans la côte de la rue de Tolbiac ; tours de pâté de maison car pas de place pour se garer ; trouvé place à 200m, re-sprint ; enfin, arrivée vers 19h45 dans le hall de l'immeuble, avec mes deux switchs sous le bras (pas si léger, des commutateurs-routeurs 48 ports 10/100+2 ports gigabit), mes 50 cordons autour du cou et ma saccoche à l'épaule.

Et évidemment, à l'accueil, il n'y a personne. "Il y a quelqu'un ?" Non, il n'y a pas. Et comme personne ne s'est soucié de nous trouver les badges d'accès nécessaires, je suis comme un con.

Et je retourne au point de départ, toujours avec le matériel. Le stocke dans un local adéquat. Remonte finir quelques trucs que je n'avais pas eu le temps de faire pour ne pas rater l'heure. Repars pour ramener la tuture.

Là, calages à répétition, jauge au plus bas... J'ai bien failli la laisser au bord du trotoir et rentrer en métro. Mais non, j'ai fais le plein, bien sagement. Et je suis rentré à Jussieu, ai récupéré mon vélo, et suis rentré à la maison.

Heure d'arrivée : 21h30. Moralité : il faudrait que je pense à arrêter d'être con.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 31 août 2006

Derrière les barrières de chantier

Retour à Paris, retour au direct - après tout, les vacances, ça fait un moment que c'est fini maintenant.

Promenade en scooter dans la ZAC rive gauche cet après-midi. Enfin, ça s'est transformé en promenade parce que je m'étais trompé de chemin - oublié que dans ce coin là le périph avait plus de sorties que les Maréchaux. Au bout de la rue Watt, un des plus beaux bâtiments de ce quartier neuf me tombe sur la rétine : la nouvelle école d'architecture.


ZAC Rive Gauche, Paris 13e, cet après-midi.

Pendant les travaux, j'avais peur que l'ancien bâtiment industriel soit un peu trop écrasé par la partie neuve mais finalement, ça fonctionne assez bien je trouve. Le panneau tout blanc à côté de la façade déséquilibre un peu l'ensemble, mais bon, blanc, il ne va pas le rester longtemps.

Question métaphysique du jour : demain, archives nationales ou archives de la marine à Vincennes ? Sans doute Vincennes, tiens. Pas tout ça, mais c'est terminé, la trève estivale. Et j'ai un master 2 à faire, moi !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 7 décembre 2006

Bout du tunnel

Je parlais hier du bout du tunnel. Il existe bel et bien ; le voici.


Rue Watt, Paris 13e, 5 décembre 2006, 9h30.

Pour Boris Vian et Raymond Queneau, la rue Watt était la plus belle rue de Paris. À partir du carefour des rues Oudiné, Cantagrel, du Chevaleret et du Loiret, à deux pas de la gare du boulevard Masséna, aujourd'hui fermée, la rue Watt traverse le faisceau de voix de la gare d'Austerlitz par un tunnel particulièrement bas de plafond. Une des rares rues de Paris où je baisse instinctivement la tête quand j'y passe en scooter. De là, elle rejoint le quai de la gare entre entrepôts et terrains vagues, qui font aujourd'hui place à de nouveaux quartiers. Mais tout de même, pour citer Vian :

La rue Watt, c'est la plus bath.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 28 octobre 2004

Chantier

Pour me venger du chantier où je passe mes soirées, entre enduit et pots de peintures, un beau chantier bien clean pour construire un beau quartier tout neuf.


Paris rive gauche, 25 octobre 2004.

Est-ce que ça aura une âme ? On ne sait pas. En attendant on peut regarder de la chair s'agréger sur les squelettes d'immeubles, c'est de la belle activité humaine. Ca fera de l'espace pour que des gens travaillent, dorment, ou les deux. Encore de l'activité. Est-ce bien raisonnable ? On ne sait pas.

Le Plume vous salue bien.

PS : je suis parti sur une série de format carré. Pourtant j'ai pas été élevé au 6x6... J'avais pas fait gaffe, j'ai remarqué en relisant.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 25 octobre 2004

Une journée au pas de course

Bon bon bon, maintenant que j'ai terminé mon dîner gastronomique (pâtes, suivies d'un yaourt), je peux penser à mon blog. Pas eu beaucoup le temps d'y réfléchir aujourd'hui. La course entre divers sites de mon cher employeur, puis la course après les tâches diverses qui s'étaient accumulées pendant que je courrais (enfin, pendant que je polluais le bon air parisien de mes mille centimètres cubes à quatre roues).

Une autre course, c'est la construction à tout va sur la ZAC Paris rive gauche, que j'ai pu observer depuis l'un des sites susdits.Est-ce que tout ça va finalement donner quelque chose qui ressemble à un quartier ? Les précédents dans les environs immédiats n'incitent pas à l'optimisme. Mais qui sait ?


La ZAC PRG (Paris XIIIème), aujourd'hui, en début d'après-midi. Demain ça aura déja changé.

Au moins, j'ai pu arrêter de courrir le temps d'une excellente lecture de poésie ce soir, un poète américain  qui en plus d'écrire des trucs intéressants est un performer de première. Un très, très bon moment. Lecture en VO par l'auteur, et en traduction (par la traductrice je suppose). Bon, c'est forcément un peu cruel pour les traductions ce genre d'épreuves... Mais ne pinaillons pas, pour une fois.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 18 octobre 2004

"comme dans un moulin"

Les mauvaises langues disent que le déménagement de Paris 7 aux grands Moulins de Paris n'est pas pour demain, que le chantier n'avance pas : voilà la preuve du contraire, même si on a un peu du mal à savoir si ce qui se passe est de l'ordre de la destruction ou de la construction.


ZAC Paris Rive Gauche, le chantier des Grans moulins de Paris le 14 octobre 2004.

En fait, à mon avis, le délais de septembre 2006 sera largement tenu, en tout cas pour les deux bâtiments neufs et les grands moulins proprio sensu. Le problème, c'est que le projet dans son ensemble n'a de sens que si on arrive à regrouper toutes les composantes de l'université sur le même site. Et ça, ça n'est pas gagné, même en faisant abstraction des UFR médicales... Pas avant un bon bout de temps en tout cas. En attendant, ça sera toujours le même merdier avec des sites aux quatre coins de Paris...

Bah, ça crée de l'emploi, dirons nous.

Le Plume vous salue bien


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 19 avril 2006

Campus

J'en parlais hier : petit à petit, un nouveau campus sort de terre entre les voies de la gare d'Austerlitz et la Seine. Visite guidée.


Le campus Paris Rive Gauche vu du siège de Réseau ferré de France, hier soir.

Sur la gauche de l'image, les grands moulins de Paris abriteront la bibliothèque universitaire, les services centraux et plusieurs UFR. En face, avec le toit arrondi, la halle aux farines héberge la majeure partie des amphithéatres, des salles de cours et le restaurant universitaire. À l'arrière-plan, deux bâtiments neufs aux noms moins poétiques : côté Seine, en orange et gris, le bâtiment M3C (c'est le nom de la parcelle de la ZAC où il se trouve) est destiné à la physique ; à sa droite, le retardataire de la première tranche : M3F, pour les sciences de la vie.

Évidemment ça ne résume pas notre université, la seule à Paris à être réellement pluridisciplinaire. Mais les études médicales restent sur leurs sites de la rive droite ; d'autres sont prévus dans la deuxième tranche, voire dans une tranche intermédiaire ; d'autres enfin pourraient se retrouver dans un bâtiment existant tout proche.

Voilà. Il n'y a plus qu'à...

Le Plume vous salue bien.



mardi 18 avril 2006

Le travail c'est la santé

(Air connu.)

Ça fait tellement longtemps que je n'ai pas parlé de travail que vous devez tous penser que j'ai gagné le gros lot... Je vous rassure tout de suite : pas vraiment, non !

Le grand jeu du jour, en préparation de notre installation sur le nouveau campus : réceptionner quatre armoires techniques en provenance directe des Pays-Bas et les stocker temporairement en attendant que les quatre bâtiments de la première tranche du chantier soient livrés - le lieu de stockage en question étant à trouver dans le bâtiment le plus avancé, celui qui aurait dû être fini en février dernier.

Nos espoirs : un petit camion qui puisse arriver sans difficulté jusqu'au bâtiment en question, d'une part ; une pièce en rez-de chaussée pour stocker les baies, d'autre part. Faut dire, ça fait ses deux mètres et quelque de haut, ces bestioles-là, et suivant les modèles, 600×1000 ou 800×800 mm au sol - 400 kg tout compris pour les quatre baies qui nous étaient destinées, d'après le manifeste du transporteur.

D'où un très léger désarroi en voyant un semi-remorque hollandais arriver du périph', rater le tournant, faire un tour de pâté de maison, revenir en sens inverse, tourner trois rues trop tôt et disparaître. Un petit coup de vélo et je retrouve le camion, qui se révèle être celui qu'on attendait, plus ou moins bien garé et parlant en batave au téléphone. Une demi-heure plus tard et sans dégâts majeurs (un enjoliveur et un clignotant, c'est bien peu de chose...) le camion était à bon port. Et là, on nous explique qu'il y a eu un malentendu, qu'on ne nous attendait que la semaine prochaine et que donc le local en rez-de-chaussée n'était pas libre, qu'il n'y avait que le local autocom de disponible... Bon, ça tombait pas mal, vu que c'est là que va l'une des baies. Mais d'un autre côté, c'est en sous-sol, avec à peine deux mètres de hauteur disponible dans les couloirs.


Le beau local autocom tout vide.

Bon. Le chauffeur, ce n'était plus son problème ; avec quelques difficultés et un coup de main de notre part, il amène les baies à l'entrées du bâtiment et repart, non sans rayer un tantinet sa remorque au tournant. Il nous reste donc à trimballer les quatre baies avec comme tout outillage un petit diable pliant...

On l'a fait. À deux, et pas des colosses ni l'un ni l'autre. J'anticipe quelques courbatures pour demain matin. « Informatique, un fort des halles » comme disait l'autre.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : en train de renumériser toutes mes photos de Rome, dans la foulée de celle d'hier. Dans les jours qui viennent, vous n'y couperez pas !



jeudi 8 mars 2007

Pourquoi les gros bateaux...

Vous connaissez l'histoire :

- Pourquoi les gros bateau ont-ils trois cheminées ?
- Parce que Transatlantique.
OK, ça n'est pas parce qu'elle est connue qu'elle est bonne. Mais ce bateau-ci, où va-t-il ?


Quartier Tolbiac-Masséna, 25 octobre 2006.

Contrairement au bateau à vapeur de l'Éducation sentimentale, il ne va nul part ; c'est la Seine qui le dépasse jour après jour dans sa perpétuelle irruption en ville. C'est l'industrie qui, repoussée du faubourg Saint-Marcel, s'est installée là, en amont, Ivry, Vitry.

Mais quelle industrie ? la cheminée de brique de l'usine d'air comprimé ne fume plus ; c'est une école d'architecture maintenant. Et les deux cheminées à l'arrière plan ne sont pas des signes de production mais de d'élimination : on y brûle les déchets qui veulent bien l'être pour en tirer un peu de chaleur...

L'industrie anglaise est morte de de la surévaluation de la livre voulue par la City et de la haine vouée par la petite bourgeoisie thatcheriste aux classes ouvrière. Mais l'industrie française, de quoi meurt-elle ? d'ignorance et de mépris, sans doute ; d'une politique sociale de la facilité qui a brisé le continuum des niveaux de vie, recréant un Lumpen Proletariat qui, s'il n'est pas exploité comme ses prédécesseurs d'il y a 150 ans, ets totalement banni du monde économique.

L'industrie, la production tout ça, c'est démodé ; maintenant, on veut du naturel sans OGM et de l'artisanal ou prétendu tel. Au salon de l'agriculture on se presse pour voir les races bovines « authentiques » en ignorant les trésors d'ingéniosité et de manipulation du cheptel reproducteur dont on a usé depuis 250 ans pour les inventer. Et on a tellement oublié le miracle permanent qu'est la disparition de la famine dans notre pays qu'on se propose de changer les céréales en combustible...

C'est comme ça.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 25 octobre 2006

Un nouveau campus (ou presque)

C'est pas tout ça de causer Far West, bateau, week-end, tout ça : il y a du boulot. D'autant que depuis quelques jours, on commence à intervenir sur les nouveaux bâtiments de l'université qui m'emploie. Enfin, sur un seul bâtiment, et il n'est pas encore vraiment livré... Mais ça n'empêche pas les utilisateurs (dont les bureaux ne sont pas encore montés, d'ailleurs) de commencer à nous reprocher de ne pas aller assez vite. Bon, c'est toujours comme ça !


Université Paris-Diderot : le bâtiment Condorcet reflété par son voisin d'en face, Paris 13ème, cet après-midi.

Sic et re-sic : l'université Paris 7-Denis Diderot souhaite maintenant être nommée « université Paris-Diderot » parce que, parait-il, le nom complet est trop long pour pouvoir communiquer efficacement en Extrême-Orient. Et tant pis si la nouvelle version donne des initiales qui, dans nos contrées, manquent un peu d'élégance.

Je n'ai par contre aucune idée de la raison pour laquelle le bâtiment destiné à accueillir les physiciens de notre auguste maison avait reçu le nom de Condorcet. Moi, je trouve que c'est pas sympa pour les collègues d'Orsay, mais sinon, je n'ai rien contre.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 26 octobre 2006

Cheminées

Avant de faire les bagages, une photo en demi-tentes de fin de journées d'automne des confins de Paris et de leurs cheminées...


La future école d'architecture du quai d'Ivry et sa cheminée à la retraite, avec en arrière plan ses camarades encore d'active. Vue du 7ème étage du bâtiment « Condorcet, » hier soir.

Journée un peu lourde dans une chaleur moîte ; pas fâché d'aller chercher le frais plus au nord. Copenhague, ç'aurait peut-être été une bonne idée, finalement !

Départ demain matin ; connexion internet incertaine jusqu'à lundi. On verra bien.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 6 décembre 2006

Fin de chantier

Revenons un peu en bords de Seine, tiens. Ça fait longtemps que je vous parle du futur nouveau campus de l'université Paris-Diderot (puisque c'est comme ça qu'on est censé l'appeler maintenant). Dans ma première entrée à ce sujet, en octobre 2004, j'annonçais que le délais de septembre 2006 serait tenu. Bein tiens !

Résultat des courses : septembre 2006, rien ; décembre 2006, sur les quatre bâtiments prévus, l'un commence à être mis en service, le deuxième sera peut-être dans le même cas à partir de demain. On commence à voir le bout du tunnel !


Bâtiment Condorcet, rue Ernest Hemingway, Paris 13e, 5 décembre 2006, 9h30.

Évidemment, des deux autres bâtiments, l'un ne sera livré que dans un an environ. Évidemment, « mise en service » ne veut pas dire que le bâtiment est ouvert mais seulement que l'on commence à s'activer pour mettre le chauffage, la climatisation, le téléphone, les réseaux informatiques, etc.

Pour l'instant, le bâtiment Condorcet dispose du téléphone et du réseau. Par contre, il fait 30°C dans le local autocom, et 12°C dans les bureaux. On n'est pas encore sorti d'affaire.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 20 décembre 2006

ZAC rive gôche

Nous passons maintenant plus de temps sur le nouveau campus que sur l'ancien, et c'est tant mieux. Même si les conditions sont ce qu'elles sont.

Dans la ZAC rive gauche, chantiers de construction, bâtiments neufs et rénovations s'enchevêtrent ; un peu plus loin, la BNF fait figure de point de repère familier, déjà intégré au paysage.


La ZAC rive gauche vue du bâtiment Condorcet hier matin.

Sur la photo, du premier au dernier plan : tou à fait à droite, le parement de brique du bâtiment Condorcet (notre UFR de physique) ; derrière, un immeuble d'habitation en cours de construction ; derrière, en bas, la Halle aux farines (bâtiment d'enseignement) ; encore derrière, quelques morceaux des Grands Moulins ; au fond, la bibliothèque.

Sur ce, j'ai un train dans 50 minutes pour aller faire un petit tour au Mans. Retour demain... Hop, hop, hop.

Le Plume vous salue bien.

P.S., Le Mans, 19h15 : je l'ai eu, ce train, mais il s'est bien défendu. Réalisé au moment de partir de Condorcet que j'avais perdu mes billets ; cherché frénétiquement pendant dix minutes ; compte tenu que si je cherchais plus longtemps le problème était réglé pour cause de train loupé, sprinté jusqu'au terminus de la ligne 14 ; changé à Bercy à 17h20 ; arrivé sur le quai du métro Montparnasse Bienvenüe à 17h42 ; sprinté travers la foule, racheté un billet à un distributeur automatique à 17h47 et arrivé dans le quai au moment de la sonnerie du départ... Ouf !



vendredi 8 décembre 2006

Vent frais, vent du matin

Vent qui souffle à travers la salle de lecture du Service historique de la Défense, département de la Marine, site du château de Vincennes... oui, les fenêtres du pavillon de la Reine ayant connus des jours meilleurs, elles émettaient, au plus fort du coup de vent d'aujourd'hui, des sons continus, d'une hauteur différente d'une fenêtre à l'autre - quelque chose entre clarinette et saxophone alto. Intéressant.

Sinon, je vous parlais mercredi de la livraison de nos nouveaux bâtiments. Voilà : un de plus nous arrive lundi, en partie tout au moins.


Bâtiment des Grands Moulins de Paris, mardi dernier.

Eh oui : c'est le fameux bâtiment des grands moulins, le cœur du projet en quelque sorte. Le tout formant quelques ilôts de bâtiments terminés au milieu d'un océan de chantiers... Ça va être un peu curieux, comme ambiance de travail. En attendant, il va falloir l'équiper, ce nouveau bâtiment, pourque ses futurs occupants aient quelques loisirs une fois installés. Et ça ne va pas se faire tout seul.

Le Plume vous salue bien.



lundi 11 décembre 2006

Sous un ciel inoxydable

Des cieux moins Sturm und Drang que les parages de l'Inlandsis : première journée de travail dans les coursives de notre nouveau nouveau bâtiment, où nous commençons tout juste à mettre les pieds.


Grands Moulins de Paris, Paris 13e, ce matin.

Ce pourrait être n'importe où - un lieu de travail. Un bâtiment avant qu'il commence à vivre, juste une carcasse : ce sont ses usagers qui le feront vivre.

En attendant, c'est le chaos habituel des mises en service de bâtiments, les charrues avant les bœufs dans tous les sens, et il faudrait que tout soit fini avant qu'il y ait le nécessaire pour qu'on puisse commencer... La routine. Mais pas de tout repos, comme routine.

Bon : cette fois-ci, je n'ai pas eu besoin de transporter de commutateurs sur le porte-bagages du vélo. Ça tombe bien, il n'y a pas de porte-bagages sur mon nouveau vélo.

Le Plume vous salue bien.



samedi 23 décembre 2006

Crépuscule

C'est le crépuscule de l'année. Au dessus de nos têtes, le ciel est bleu comme une orange.


ZAC rive gauche, 20 décembre, 18h17.

Dans sa nacelle hydraulique, l'allumeur de réverbère a fort à faire pour illuminer la ville lumière. « C'est la consigne. Bonsoir. »

Le Plume vous salue bien.



mardi 2 janvier 2007

Le désert des Tartares

Et voilà : comme dans le roman de Buzzati, nous sommes dans la forteresse en attendant les Tartares - en l'occurence, les déménageurs qui doivent nous amener nos outils de travail. Un grand classique du genre : « Ah, mais on avait toujours dit le 4 » même si la veille des vacances le même type avait dit « le 2 sans faute, donc. » Normal, quoi.

Du coup, rentrée dans les mêmes conditions qu'avant les vacances : squatt dans les caves du bâtiment Condorcet. D'un autre côté, il commence à y avoir du monde, dans ce bâtiment, c'est plus sympa que dans un bâtiment tout vide...


Le bâtiment Codorcet vu du quai d'Ivry le 19 décembre dernier.

Par contre les conditions thermiques dans ce local ne s'améliorent guère. Va falloir sortir les maillots de bains !

Le Plume vous salue bien.



mardi 13 février 2007

Démarrages

Bien sûr, Julia Kristeva a raison : le projet de nouveau campus de l'université Paris-Diderot est sous-financé, pas forcément bien pensé et sa réalisation a été suivie par un incroyable empilement d'éléphants blancs. Mais quand même : après des années à en entendre parler, à y travailler un peu aussi, voir les premiers bâtiments commencer à vivre leur vie de bâtiments universitaires, ça n'est pas rien.


La Halle aux farines et les bâtiments Condorcet et Buffon.
Vue du huitième étage des Grands Moulins, vendredi dernier, fin d'après-midi.

Bon, il faudra que les étudiants s'y fassent plus nombreux pour que ça devienne intéressant ; que fritiers, barmen et bouquinistes s'installent dans les rues voisines. Une question de temps, sûrement.

Le Plume vous salue bien.



lundi 19 février 2007

Retour au turbin, tagada tsoin tsoin

Pour le lundi, une photo du quartier des Grands Moulins, puisque j'ai dû m'y traîner pour gagner mon pain à la sueur de mon front. N'exagérons rien - mais tout de même : six étages sans ascenseur, pensez-vous... Notons d'ailleurs une intervention magistrale du réparateur d'ascenseur qui s'est déplacé pour fixer à la porte une affichette « hors service ». Très fort, si, si.

D'un autre côté, je le comprends, cet ascenseur. On lui a expliqué, comme à la presse et au ministre, que le bâtiment était terminé, livré, inauguré, en service ; qu'il (l'ascenseur, pas le ministre) n'aurait plus à transporter que des étudiants malingres ou un occasionnel livreur. Mais voilà : au quatrième étage, plâtriers et électriciens sont en plein travail, y compris aux abords immédiats de la cage (sans porte) dudit ascenseur ; au sous-sol, on construit le compactus de la bibliothèque : on descend donc les plaques d'agglo et les rayonnages en tôle par palettes entières ; au troisième étage on voit encore des brouettes remplies de sable emprunter le même ascenseur, répandant à l'occasion une partie de leur chargement dans les délicats mécanismes. Finalement, il n'y a guère qu'à notre sixième qu'on utilise l'ascenseur comme un ascenseur et non comme un élévateur pour l'exploitation minière. Et du coup on monte à pied.


Les chantiers de la ZAC rive gauche vus du huitième étage des Grands Moulins cet après-midi.

À propos d'élévateurs : avez-vous remarqué que les constructions humaines les plus audacieuses et les plus graciles de nos villes sont des constructions temporaires - les grues. Autant de petites tours Eiffel unijambistes, au molet nettement plus fin et délié que la vraie en plus. Et tout compte fait, il n'en tombe pas si souvent que ça...

Notons d'ailleurs que malgré un ou deux accidents spectaculaires ces dernières années, personne n'a encore eu l'idée de les interdire, ces fameuses grues. C'est bon signe : l'imbécillité collective qui se fait appeler « principe de précaution » n'a pas encore tout envahi...

Le Plume vous salue bien.

P.S. : il y a un séminaire de philosophie des sciences sur cette notion qui se tient dans mes fameux Moulins ; je crois que j'irai y traîner mes guêtres à la prochaine séance. Ça pose des problèmes fort intéressants, malgré tout.



mercredi 28 février 2007

Après la pluie

Déjeuner ce midi dans un pub que les bourrasques traversaient à l'occasion d'une porte à l'autre ; avenue de France, les parapluies se retournaient, les passants couraient et la pluie tombait. Une averse particulièrement violente, survenue au moment des cafés, donne prétexte à prolonger des conversations qui ne demandaient que ça, d'être prolongées. Et puis, en sortant, ça :


Paris, entre Grands Moulins et Grande Bibliothèque, aujourd'hui, 14h15.

Ciel tout bleu. Pas pour longtemps certes. Mais comme digestif après un repas amicalement et culinairement réussi, c'est pas mal.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 4 avril 2007

Et tout et tout...

Aujourd'hui, pas grand chose : vélo, boulot, boulot, histoire, vélo, maison. Sais pas pourquoi mais j'ai comme un coup de barre là.


Un immeuble en construction entre Halle aux farines et Condorcet, 27 mars dernier.

J'ai une solution à ce problème : me pieuter. Mise en œuvre immédiate.

Le Plume vous salue bien.



lundi 30 juillet 2007

L'or du soleil

Retour au travail ce matin, coïncidant avec le retour du soleil. Du coup, tous mes appareils photos sont venus avec moi. Rien de tel que des tests comparatifs pour essayer le dernier venu de la collection ! Promenade méridienne entre les terrains vagues, les chantiers et les nouveaux bâtiments que j'ai vu pousser depuis trois ans.


ZAC Rive Gauche, Paris 13e, cet après-midi.

Du coup, c'est la première fois que je réalise que la peinture jaune sur l'immeuble de la parcelle M2C n'est pas jaune, mais dorée. Au point d'en être éblouissante quand le soleil brille vraiment. Faut dire : je ne suis pas sûr qu'il y ait eu un seul jour de beau temps depuis que cette peinture a été posée.

Juste à côté, sur les quais, ce n'est pas Paris-Plage, mais le chargement du gravier sur les péniches au port de Tolbiac. C'est, de très loin, plus agréable à regarder.

Le Plume vous salue bien.