le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

mercredi 2 juin 2004

Mesdames et messieurs, votre temple accusera un retard de 24h environ.

Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Eh oui, la fascination pour mon nouveau GSM, un appéritif quelque peu prolongé, la taille du disque de l'ibook de la maison, tout a conspiré aujourd'hui pour que je n'aie pas les photos que je voulais au moment où je voulais.

En guise de compensation, je vous invite à vous réchauffer au soleil de Californie, comme les phoques qui tous les soirs se prélassent dans l'anse de la Jolla.


Phoques sur le sable, La Jolla, San Diego (CA), juillet 2003.

Le Plume vous salue bien.




Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 1 juin 2004

Le dieu des choses comme elles sont

Restons un moment en haut de la tour d'Osaka, mais regardons derrière nous : un petit autel et sa statue de bois.

Billi Ken, God of Things as They are, en anglais dans le texte. Si j'ai bonne mémoire, c'est le personnage d'une vieille bande dessinée qui est honoré ainsi. C'est un gag ? un canular ? oui et non, allez savoir. Après tout, croit-on vraiment aux pouvoirs surnaturels (et généralement déplaisants) d'Inari, le renard, dont les sanctuaires sont parmis les plus fréquents et les plus honorés ? Et inversement, le sanctuaire du boeuf qui domine le port de Kobe n'est pas là pour servir de publicité en 3D pour la fameuse viande locale...

Voilà une bonne base de réflexion pour ceux qui font du Zen, cet érémitisme de cour, l'alpha et l'omega de la religion japonaise. Ce serait trop simple.

Allez, demain, c'est promis, vous aurez droit à un temple. Si vous êtes sages.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 31 mai 2004

Osaka, Osaka

Osaka, deuxième ville du Japon ; sa tour, "tout comme la tout Eiffel", répètent les gens d'Osaka ; son district du meuble et de l'electronique, où les vieux atelier de fabrication de meubles sont peu à peu remplécés par des supermarchés de l'electronique et de l'informatique qui remplissent des immeubles entiers sur huit étages ; ses centres commerciaux souterrains géants ; ses pachinko, ses restaurants à sushi où le tapis roulant fait défiler les portions le long de la centaine de tables, on prend ce qu'on veux, facturé à la fin 150 yens par soucoupe vide (un peu moins d'1,5€) ; son immobilier hors de prix, battu par Tokyo seulement ; bref, "de tout, deux fois, avec de la sauce", comme dirait l'autre.


Le quartier de l'electronique à Osaka, vu d'Osaka Tower, août 1998.

Une journée à Osaka et on a l'impression d'être passé dans une machine à laver. A éviter aux amoureux intransigeants du calme ; pour tous les autres, ne pas rater ça. Celui qui n'aura vu que les jardins de sable des temples zen n'aura pas visité le Japon.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 30 mai 2004

Dépaysement japonnais

Je vous avais promis du Japon, en voilà (et du bon, croyez-moi) :


Fin de journée, Kyoto (Japon), août 1998.

Je crois ne m'être jamais senti aussi dépaysé qu'au Japon. D'abord, on ne comprend rien à rien : sans quelques rudiments de caractères, on court le risque perpétuel de faire irruption dans les toilettes des dames (ou réciproquement), de confondre les stops et les cédez le passage, etc. Bon, j'avais juste assez farfouillé les manuels de caractères pour éviter ce genre d'impairs et je rendais visite à un hôte parfaitement bilingue. N'empêche, en arrivant chez lui, je rentre dans les toilettes et là, le choc : ça n'est pas un chiotte, c'est un satellite espion qui a atteri là par erreur, avec écrans, boutons et instructions, illisibles pour moi bien entendu. Renseignement pris, il suffit d'appuyer sur le seul bouton qui ressemble à un bouton de chasse d'eau : c'en est un, en effet. Les autres permettent d'opérer, m'a-t-on dit, un rinçage à l'eau fraiche des parties basses, configurable suivant la taille, le sexe et les goûts de l'utilisateur (je n'ai pas essayé : on peut avoir dégusté avec plaisir des termittes grillés et être moins aventureux dans d'autres domaines).

On ne comprend rien, donc, parce que l'analphabétisme étant pratiquement inexistant, les caractères remplacent efficacement les innombrables pictogrammes qui envahisse notre espace quotidien. Il n'y a guère que les feux tricolores qui renvoient les signaux auxquels nous sommes habitués.

Ensuite, le dépaysement que l'on ressent à la rencontre d'une autre civilisation est surmultiplié  parce que l'on n'a pas le ressort usuel du touriste pour sauvegarder ses a priori : la condescendance, l'apitoiement sur ces pauvres indigènes, si fiers dans leur misères, que leur dénuement rattachent à notre mère la terre, etc. Là, on n'est dans un pays radicalement différent, et pourtant du point de vue technologique largement égal au nôtre ; vu la provenance de mon scanner, de mon disque dur et de mes appareils photos, c'est bien le moins. Le niveau de vie est tous comptes faits nettement plus élevé qu'en Europe : on est toujours le tiers monde de quelqu'un. En bref, tout est pareil, mais tout est différent.

Grâce aux ressemblances de surface, on peut savourer pleinement l'infra-mince du culturel. Et s'offrir le luxe de renoncer à comprendre.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 29 mai 2004

Pendant ce temps là, à Kobe...

A propos de porte-containers géant, voici l'endroit où ils poussent : je ne sais plus trop si ce sont les docks Kawasaki ou Mitsubishi, mais ça fait une belle collection de grosses bébètes en construction : l'un est pratiquement terminé, deux autres en sont encore loin ; à eux trois, ils pourront transporter de 15 à 18000 petites boîtes...


Kobe, Japon, les chantiers navals, août 1998.

Et nous voilà transportés dans le sud-ouest de Honshû. Ca tombe bien, ça vaut le détour. A suivre...

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 28 mai 2004

Le roi des océans

Zone portuaire : aujourd'hui comme hier, le transport des marchandises, c'est d'abord la mer. Alors un petit cargo rouillé peut bien s'appeler "Ocean King" si ça lui chante.

Zone portuaire : souvenirs d'enfance, le port du Havre dans les années 70, avant le règne des portes-containers géants.

Zone portuaire, le Cap, Afrique du Sud, février 1997.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 27 mai 2004

"Il n'y a pas de poésie dans le coucher du soleil"

(Jacques Roubaud)


Et c'est vrai : le coucher de soleil n'est qu'un effet de prisme lorsque la lumière solaire devient tangente à la surface du globe. Une expérience d'optique amusante, si l'on veut. Il n'y a là que des rayons lumineux et des indices de réfractions et d'absorbtion. Pas de poésie là dedans.



Coucher de soleil sur Gibraltar, juin 1992.


Par contre, dans le fait qu'homo sapiens puisse interrompre toute activité raisonnable pour regarder bouche bée le soleil descendre, quitte à se faire piquer par les moustiques, perdre de vue sa proie ou rater son autobus, dans ce fait, il y a, à tout le moins, du potentiel.


Quand c'est fini, on repart, il fait sombre, on aurait dû prendre une lampe de poche ; mais il faudra rentrer à la maison et allumer la lumière pour réaliser que dehors il fait nuit noire.


Le Plume vous salue bien et va tâcher de rentrer avant la nuit.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 26 mai 2004

Le Plume chez les Burgondes, suite et fin

Péage de Joigny-sur-Yonne, dimanche, 9h30, fin de l'escapade. Plus qu'à rentrer, sur l'autoroute dite "du Soleil" par le parisiocentrisme des Trentes Glorieuses, avec ses chauffards et ses secteurs bétonnés, équivalents autoroutiers des pavés du Paris-Roubaix. Retour à temps pour distribuer des tracts sur les marchés parisiens.

On en retiendra le bonheur de rouler sur les routes de France par un printemps ensoleillé. Je suis un automobiliste tardif, c'est donc un plaisir encore frais pour moi. Et puis, comme beaucoup des mes contemporains, je suis un adolescent prolongé. Alors, On the road again, comme autrefois, avec la canadienne et le camping-gaz sur le porte-bagage du vélo.

le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 25 mai 2004

Plume au pays des Burgondes (suite)

A Vauluisant toujours : attention, mesdames et messieurs, ce que vous avez sous les yeux est... un étang !


Eh oui, il s'agit du grand étang de l'abbaye, vue de la digue qui le retenait. Les arbes au fond en marquent les limites, et la profondeur devait être de trois ou quatre mètres au niveau de la digue. Sur la droite, un petit bief partait alimenter le moulin. Il ne semble pas y avoir eu à Vauluisant d'autres activités que la meunerie aui utilise l'hydraulique, à part bien sûr l'indispensable pisciculture : Les cisterciens, au titre du strict retour à la règle de saint Benoît, ne mangeaient pas de viande. Et puis, dans les periodes difficiles, la vente de poisson représentait un revenu non négligeable pour les monastères.

Voilà en tout cas un étang où on ne risque pas de se remplir les bottes.

Le Plume vous salue bien, les pieds au sec.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 24 mai 2004

L'amour, pas la guerre

Bon, vendredi, j'ai enfin été voir les collections d'artilleries de l'hôtel des invalides, dans l'espoir d'y trouver un canon de marine en fonte -- espoir déçu : comme d'habitude, il n'y a que des canons en bronze, plus spectaculaires et plus faciles à entretenir, avec en prime quelques pièces médiévales en fer forgé. J'y ai aussi vu ça :



Un canon qui n'a pas dû tirer beaucoup de coups, du strict point de vue de l'artillerie... Il s'agit d'une couleuvrine du duc de Wurtenberg, datée du XVIe siècle. A noter d'ailleurs la sculpture d'une couleuvre sur la volée du canon : puisqu'on vous dit que c'est une couleuvrine !

Sur ces martials (?) propos, le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 23 mai 2004

Le Plume chez les Burgondes




Week-end improvisé en Bourgogne, à l'ancienne abbaye cistercienne de Vauluisant, près de Sens  (ici, la porterie, sans doute le plus beau bâtiment de ce qui en reste) pour une conférence de Paul Benoit sur l'hydraulique cistercienne.

Conférence passionnante, suivie d'une ballade à travers les forêts de l'Yonne (très, très belle région), puis bonne bouffe, bon vin...  Ca vallait le coup de faire quelques kilomètres pour ça.

Reste que la Bourgogne, comme toute la France de l'Est d'ailleurs, est pour moi un dépaysement permanent. Comme quoi, on a beau se vanter de ne pas avoir de racines (et c'est pourtant vrai, j'ai vérifié sous mes pieds, il n'y en a pas), il y a des régions où je me sens plus chez moi que dans d'autres.

Le Plume vous salue bien, et en particulier les copains bourguignons!


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 22 mai 2004

En réponse à la demande populaire...

...et malgré la fraîcheur de l'air ce matin, le retour des glaçons.

Ici, le passage au nord de l'Arve Prinsen Eijland, une île longiligne proche de l'Eqip Sermia (cf. ma photo de l'autre jour). C'était pas complètement gagné à l'avance qu'on puisse passer, mais finalement, pas de problème.

Eclairage de fin de journée, ce qui début août par 70° degrés nord veut dire tard le soir..

Pour une meilleure compréhension de ces photos, voir les cartes tirées du bouquin de de Cayeux dans la rubrique "histoire de dire" !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 21 mai 2004

Confort d'Orly

i>Il y a un confort d'Orly...

J'ai cherché désespérément à retouver cette citation tout à l'heure. Je la croyais tiré d'un entretien avec Georges Perec annexé aux Choses, mais il n'y a pas d'entretien avec Perec dans mon édition de poche, la seule que j'ai jamais lue. Alors si quelqu'un la retrouve, il aura droit à un mail individuel et signé.
Tout ça pour introduire cette photo, prise ce matin (beaucoup trop tôt à mon goût).



Orly, c'était la ballade du dimanche avec les cousins d'Athis, pour regarder les avions depuis la terrasse; c'était cet espace à la fois si loin du quotidien (dans ma famille, on ne prenait jamais l'avion) et tout proche, puisqu'on passait dessous en revenant de la Belle Epine...

J'assume mes contradictions : provincial proclamé jusqu'à mon émigration de jeune adulte, j'ai des souvenirs d'enfance de banlieusard des seventies.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 20 mai 2004

L'exploit du jour...


.. aider la voisine du dessus à cambrioler son propre appartement. Plus exactement, lui donner l'accès au toit du cinéma d'à côté et lui prêter escabeau, maillet et vieux tournevis pour qu'elle puisse entrer par effraction et récupérer ses clés. Et lui tenir l'escabeau avant qu'elle ne réussisse une gamelle spectaculaire qui aurait complété la réussite de la matiné. Ah, et des gants et lunettes de sécurité, parce qu'on a que deux yeux et pas beaucoup plus de mains.



La vie est dure pour les super-héros. Sinon, écrit une page et demi hier soir. Plus que 98,5 à pondre.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 19 mai 2004

Encore des glaçons ?

Même température -- même tarif, même punition.

Toujours août 1993, toujours le Groënland, toujours à bord de Nozas Sklaz, vaillant armagnac mauve (enfin, il est resté vaillant jusqu'à ce qu'il y ait un trou dedans, mais ça c'est produit 10 jours plus tard). Ici, dans l'Isfjord (le fjord glacé quoi) d'Illulissat, anciennement Jakobshavn, le plus gros fournisseur d'icebergs de l'hémisphère nord. Navigation déconseillée. Mais bon, par calme plat...

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 18 mai 2004

Avec des glaçons ?

Bon. 35° dans le bureau dès le matin : il est temps de ressortir les photos du Groënland pour se raffraichir les idées... J'avais pris ces photos lors d'une navigation sur la côte ouest du Groënland avec un type qui semblait vouloir aller dans les eaux les plus inappropriées possible pour le type de bateau qui avait sa préférence, à savoir les plans Harlé en contrplaqué. Bateaux extrêmement marins certes, mais le contrplaqué n'est pas reconnu pour sa résistance au poinçonnement -- ennuyeux lorsque les eaux que l'on fréquentent sont susceptibles d'avoir pas mal de cailloux dans les lentilles...

Voilà : août 1993, dans l'Eqip Sermia, au nord de la baie de Disko, ancien point de départ des expéditions polaires françaises vers l'inlandsis tout proche (c'est lui qui produit cette luminosité blanche derrière le glacier).

Raffraichissant, non ?

le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 17 mai 2004

Do the locomotion with me

Pour le retour des beaux jours, une photo de l'opération choc réalisée par la SNCF et la ville de Paris en juillet 2003. Il s'agissait de promouvoir un nouveau "produit", le "Téoz" - nom ridicule pour un concept qui ne l'est pas moins : assujettir un Corail aux contraintes du TGV, tout en diminuant son confort et en augmentant son prix. Mais qu'importe le prétexte : voir rouler un train entre la Concorde et le rond-point des champs élysées, ça n'est pas rien ; admirer wagons et locomotives du musée de Mulhouse sans avoir à se rendre dans le Haut-Rhin, ça n'est pas pire.

À propos, d'autre que moi se souviennent-ils des serviettes en papier décorées de vieilles locos qui servaient d'essuie-mains dans les trains de grandes lignes ? J'étais tout môme, ce qui nous met dans les années 70 ; je serais bien empêché de préciser date ou lieu.

Revenons à nos moutons. Moi, contempler des bébêtes comme ça, j'aime bien :

Il s'agit de la locomotive Seguin de 1829, première locomotive de fabrication française, conçue pour le Lyon-Saint-Étienne. Elle inaugure la chaudière tubulaire ; les étonnants ventilateurs latéraux sont conçus pour accélerer la circulation des gaz dans les tubes. Ca n'a pas été une grande réussite, semble-t-il, et les locomotives Stephenson, plus rudimentaires, marchaient mieux et plus vite... Peu importe : c'est un bien joli monstre.

Et voilà, les historiens sont incorrigibles. Invitez-les à diner et ils vous endormiront l'assemblée avant même l'arrivée du gigot, retraçant en long, en large et en travers le glorieux passé de l'endive que vous leur avez servi...

Le Plume vous salue bien.



dimanche 16 mai 2004

Rétrovisage

Interrompons notre série des provinces de France pour revenir à des cieux moins maritimes. Pendant ce temps, rue Saint-Jacques, au rythme des feux,

la horde automobile se rue à l'assaut de la montagne Sainte-Genneviève alors qu'en musique et avachi derrière le volant j'attends la femme de ma vie entre Sorbonne et Louis le grand.

(photo du 10 mai dernier vers 19h)

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 15 mai 2004

Passages

Les tourelles : Gomonénou et Roc'hu (latérales babord), la Roche Bernard (latérale tribord, ma photo), la Pierre du chenal (danger isolé), Bilzic (latérale babord), la Horaine (cardinale nord).

Les perches : Linkin (lat. tribord) et la Durante (idem).

Les bouées : Cribineyer (lat. babord), Pierre Jean Rouzic (lat. tribord), la Fronde (idem), les Couillons (cardinale ouest), les Dervinis (card. sud), Roche Guazer (lat. babord, sifflante).

Ma photo : la Roche Bernard par une fin d'après midi, août 2003.

Devinette : à quel port de la Manche accède-t-on si on passe au voisinages des balises ci-dessus ?

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 14 mai 2004

Points de suspension

Le sillon de Talbert est un endroit unique : une languette de galets sur un plateau rocheux, entre les estuaires du Jaudy à l'ouest et du Trieux (avec l'archipel de Bréhat) à l'est. Plus tout à fait de la terre, puisque seule y survit une maigre végétation halophile, entouré par de la pas tout à fait mer, tellement le coin est pourri de cailloux. Deux littoraux bien différents, caillasse et goémon à l'ouest, du côté des coups de vents, vase, herbes et salicornes à l'est dans les eaux calmes. Et comme partout en Bretagne nord, deux paysages différents pour un même endroit, au rythme des marées.

Au large, le phare des Héauts de Bréhat est le point le plus septentrional de Bretagne et marque de son feu visible à 24 milles nautiques la frontière marine entre Trégor et Goëlo. Entre le phare et le Sillon, la passe de la Gaine, large de quelques dizaines de mètres, permet aux petits navire de profiter par beau temps d'un raccourci conséquent entre Tréguier et Lézardrieux.


Photo prise à marée basse en août 2003 à Pleubian-Larmor (22).

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 13 mai 2004

Petit pont (mais pas de bois)

Bon, puisque ce sont les saints de Glace paraît-il ("saints", j'ai dit, pas de mauvais esprit s'il vous plait), je ressors une photo de décembre dernier. Il s'agit du pont de Guillot sur le Bandiat, à Feuillade (Charente). Je n'en connais pas la date de construction, mais je le soupçonne du XVIIIe siècle.


Pont de Guillot, Feuillade, 29 décembre 2003.

Ce qui est amusant, c'est qu'il y a un pont, mais pas de route : celle-ci atteint le moulin qui se trouve à gauche du cadre, puis se transforme en chemin agricole pour desservir les champs de l'autre côté du Bandiat.

Alors, pourquoi un pont s'il n'y a pas de route ? C'est que le moulin de Guillot n'était pas un moulin ordinaire, mais un moulin à minerais et une forerie de canons. On y lavait et concassait le minerai avant de l'envoyer dans les hauts-fourneaux des environs (il y en avait trois ou quatre dans un rayon de quelques kilomètres) et surtout à la fonderie de Ruelle. Ce pont était donc tout indiqué pour supporter les tombereaux de minerais en provenance des bois de Varaigne, sur la rive droite.

Donc non seulement c'est un joli petit pont, mais en plus il intéresse l'historien. On peut être dans une région à forte histoire sidérurgique sans que ça ressemble à une zone industrielle !

Le Plume vous salue bien.



mercredi 12 mai 2004

Marines

On peut avoir ricanné toute sa vie sur les affiches "la marine, moi j'aime" et sur les campagnes de recrutement au bord des plages au mois d'août et se laisser emporter par la magie du musée de la marine, au palais de Chaillot. J'avais tout de même pris soin de me munir d'un alibi solide (comment faire une maîtrise sur les canons de la marine sans aller au musée du même nom ?) mais aussi d'un ami cher, avec qui il soit bon de retourner en enfance pour l'après-midi.

Et ça ne loupe pas : entre les maquettes spectaculaires et les tableaux des peintres de marine, on se laisse aller, avec la foule de petits garçons qui peuplent ce musée par un samedi pluvieux de printemps. Evidemment, on photographie consciencieusement canons de 18 en bronze et reste d'affut de calibre 36 ; on observe avec soin les détails d'un tableau de Vernet montrant le dépôt d'artillerie de l'arsenal de Toulon en 1780 ou bien l'habit des représentants du peuple de l'an II sur un tableau de Hue. Mais finalement, même si on ne court pas sur les parquets sonores comme les gamins qui s'ennervent sur le coup de cinq heure, on se laisse aller à un enthousiasme peu raisonnable pour des bateaux miniatures, et on se réinvente un coucher de soleil sur un vaisseau de 64...

Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 11 mai 2004

Sur les routes de France (et retour)

Eh oui, me voilà de retour après une éclipse un tout petit peu plus longue que celle de la lune l'autre jour (que je n'ai pas vu de toute façon, vu que j'étais de retour à Paris). Il y a eu ce voyage à Lorient pour consulter des archives, suivi par un raid express en Bretagne nord pour consulter un spécialiste du moteur hors-bord à Penvénan. La photo du jour a d'ailleurs été prise au cours de ce trajet, quelque part entre Callac et Loguivy-Plougras (Côtes d'Armor). La maréchaussée ne verrait sans doute pas d'un bon oeil qu'on photographie au volant, mais bon, la vitesse n'était pas excessive...

Et puis à mon retour, je n'ai pas eu le courrage de m'y remettre. Petit coup de blues lié sans doute au décès d'une soupape d'échappement sur la route du retour (peu après avoir franchi le Couesnon) et aux dépenses qui s'en sont suivies ; reprise du boulot difficile ; et puis la rame d'une nouvelle interface qui visiblement défiait les capacités CPU du serveur...

Mais bon, c'est reparti. Je ne vous garantis pas une régularité parfaite (j'ai une maîtrise à écrire moi), mais on va essayer de produire de temps à autre !

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 21 avril 2004

le blog, j'arrête quand je veux

http://www.20six.fr/le_plume/archive/2004/04/21/3uawh0cjjy21.htm


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 18 avril 2004

Afrique du Sud, 10 ans après

En 1994, l'Afrique du Sud tournait la page de l'Apartheid. L'inévitable bain de sang que nous annonçaient les défenseurs de l'Apartheid (y compris en France d'ailleurs) n'a pas eu lieu. Après deux années de transition chaotique, l'ANC arrivaient au pouvoir à la suite d'élections démocratiques irréprochables.

Il y a huit jour avaient lieu pour la troisième fois les élections générales, ouvertes à tous les Sud-Africains. L'ANC, en position nettement dominate, a réussi à éviter de tomber dans un système de parti unique. Le pouvoir y est beaucoup moins personnalisé que beaucoup ailleurs, grâce notamment à la démocratie interne à l'ANC et à une tradition parlementaire intacte. La corruption existe, mais est vivement dénoncée par une presse libre. En définitive, l'Afrique du Sud est aujourd'hui la seule social-démocratie du continent africain. Espérons qu'elle ne reste pas la seule trop longtemps !

Il y a un revers à cette médaille, évidemment. La politique hallucinante du président Mbeki à l'égard du problème de santé numéro un, le SIDA -- qui démontre, s'il y en avait besoin, que les imbécilité propagées par certains "intellectuels" afrocentristes peuvent faire des dégâts. Il semble que les critiques très vives de la presse et des associations aient finalement été entendues : wait and see.  Et puis, si le bain de sang n'a pas eu lieu, la violence qu'on avait vu monter pendant le struggle n'a pas disparue. Elle s'exerce notamment contre les femmes et les jeunes filles : l'Afrique du Sud a, de très loin, le triste record du nombre de viols, souvent accompagnés de sévices et se terminant parfois par la mort de la victime.

Alors, non, la société Sud-Africaine n'est pas guérie. Mais tous les espoirs sont permis : le système scolaire s'améliore progressivement ; parions qu'il fournira à l'Afrique du Sud une génération Mandela qui la rendra moins violente, plus belle encore. Alors... ces quelques fleurs !

Protéas sauvages dans le bush du Western Cape, février 1997.

 Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 17 avril 2004

Lasciate ogni speranza, voi, ch'entrate!

(Dante, Inferno, III, 9)

Ca faisait un moment que je n'avais pas été à la BNF. Alors voilà, à chaque fois, la descente vers les enfers du rez-de-jardin, ça me fait un effet beuf.

 

Passé cette épreuve, les salles de lectures sont des lieux de travail plutôt agréable finalement, même si l'éclairage naturel y est plutôt mal pensé. Mais pourquoi, pourquoi ces puits sinistres pour descendre au rez-de jardin ? Avec cette épouvantable toile d'acier sur les murs... Vraiment, il faut vouloir. C'est peut-être ça l'idée, d'ailleurs ; la dissuasion, première étape de la défense du Livre contre le Lecteur, cet être abominable et papivore...

Ceci dit, j'ai pas mal bossé. Belle récolte iconographiques et quelques éclaircissements bienvenus sur des points qui restaient obscurs. Trouvé aussi un document de 1807 sur une usine du quartier (10 rue Martel, à 100m d'ici) -- faudrait que j'en fasse quelque chose, mais quoi ?

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 16 avril 2004

Il y a de la joie

Pour compléter une note récente de la_machine_a_ecrire, voici le pimpant immeuble du ministère des sports. Ca donne envie de se mettre en short et de faire un petit match entre copains, non ?

En guise de complément, il y a sur l'avenue de France ce trottoir central où cohabitent une piste cyclable et un trottoir, séparés par une ligne blanche ; autrement dit, le cycliste qui veut rouler normalement est obligé de pousser des hurlements de fauve pour que les promeneurs daignent le laisser passer... Qu'on m'amène l'urbaniste, pieds et poings liés !

Photo prise mardi matin par devinez qui.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 15 avril 2004

mon quartier à moi

"le quartier est la partie d'une ville où l'on n'a pas besoin de se rendre parce que précisément on y est." (Georges Perec, Espèce d'Espace)

Mon quartier à moi c'est le faubourg Saint-Denis, ça grouille de monde jusqu'à la claustrophobie, il y a des copains, des commerçants avec qui causer, des Turcs debout sur le trotoir qui discutent, des Chinois avec des machines à coudre, des Zaïrois avec du mousseux, des voitures mal garées, des vélos, des enfants, des poubelles en double file, des fleuristes, des fruits et légumes que les fraises, les fraises, elles sont belles les fraises, des bazars qui vendent des jouets qui font bip bip, des boucheries de diverses obédiences, des cafés, des fleurs chez les fleuristes, des flûtes à l'anciennes à un euro dix chez mon boulanger et plein d'autres choses encore. On peut y trouver des piments verts et de la coriandre fraîche le dimanche soir à 19h30, acheter sur le champs la chaise qui manque pour le déjeuner de noël ou la casserole qui va bien pour ébouillanter le chapon. On ne peut pas flâner dans le calme d'un sous bois ou musarder près d'une marre en regardant les canards.

Tou ça pour expliquer que quand j'ai vu les rues du quartier toutes vides sous un soleil printanier, j'ai jugé la chose digne d'être photographiée. C'est la rue d'Enghien qui a gagné ce concours d'élégance : le canyon urbain proverbial, avec tout là bas, de l'autre côté de la frontière (la rue du Faubourg Poissonière, bien entendu), les clochetons croquignoles de la mairie du IXème.

Bon, il faut dire, c'était le dimanche peu après 8h (et encore, l'heure d'été n'était en vigueur que depuis quelques heures).  C'était le deuxième tour des élections régionales et je me rendais à mon bureau de vote accomplir mon devoir électoral - profitant du peu d'affluence pour m'absenter du bureau où j'étais assesseur, 100m plus loin.

Dois-je ajouter que la journée s'est terminée encore mieux qu'elle avait commencée ?

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 14 avril 2004

Le travail, c'est la santé

Bon, soyons honnête : assurer la continuité du service public alors qu'il n'y a pas de public, ce n'est pas le goulag. Plutôt calme, Jussieu, en période de vacances scolaires.

Ce qui me ramène à cette photo d'un des pandas du zoo de San Diego, qui n'a pas l'air entièrement traumatisé par l'existence, il faut bien le dire !

En Charente on a un mot pour décrire ça : "benaise". Là, le panda, clairement, il est benaise. Malgré le touriste qui défile en rangs serrés devant son petit chez lui.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 13 avril 2004

bons tuyaux (suite)

En notre époque d'inflation réglementaire, je me débarasse de la règle "pair-impair" que j'avais suivie jusqu'ici et qui nuisait nettement à la cohérence.

Par exemple, les tuyaux, j'en ai plein... Ceux-ci traînent à la fenêtre d'une cage d'escalier du Xème arrondissement.

Ils illustrent peut-être mieux que ceux d'hier soir ce que je disais sur l'humain/inhumain dans la ville. Paradoxe lexical : on qualifiera d'inhumain le palais de Ceaucescu ou la ligne 4 du métropolitain un jour de grève, mais pas un sous-bois au printemps ou un coucher de soleil sur la mer...

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 12 avril 2004

Un bon tuyau ?

Non, ce n'est pas parce que les ingénieurs réseau adorent les gros tuyaux que je choisis cette photo aujourd'hui ; plutôt comme incarnation de ce qui dans la ville n'est pas directement humain tout en étant totalement anthropique.  je ne suis pas sûr d'être clair, mais je me sens brumeux ce soir.

Et puis ces tuyaux-là, ils son mon petit coin de ciel à moi, l'arbre au pied duquel, etc. L'environnement n'est pas forcément un truc tout vert. Tiens, à propos de vert, il faudra que je pense à dire du mal des élus verts du Xème arrondissement dans Politix, parce qu'ils (et elles)  le valent bien. Photo prise hier matin avant dissipation temporaire des brumes matinales sur l'Ile de France.

Sur ce, le Plume vous salue bien ; il a finit ses rangements de fin de week-end, il n'a pas fait la moitié de ce qu'il voulait faire de ces trois jours, et il est soucieux ; bref, il ferait mieux d'aller se coucher.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

dimanche 11 avril 2004

California Dreaming

"I'll be safe and warm/if I was in L.A./California dreaming/On such a winter's day"

Non que le temps soit tellement hivernal : j'ai même pu faire une couche de vernis sur les boiseries du bateau rapatriées pour l'hiver. Mais voilà, les plans pour un nouveau séjour à San Diego se précisent. Et ça, c'est bon pour le moral ! On a beau dire, la Californie, c'est un bon remède contre l'anti-américanisme primaire...

Ci-dessus: l'Interstate 5 quelque part entre San Diego County et Orange County, août 2003, by yours truly.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

samedi 10 avril 2004

un pied-à-terre pour le printemps

Quand il est de passage à Paris, le printemps peut s'installer au jardin des plantes, où il a ses habitudes. Ce qui permet d'avoir un peu de verdure en vue, depuis un campus qui n'en a guère.

Derrière les arbres, la galerie de zoologie,un endroit fantastique où je retournerai dès que j'aurais eu le temps de passer payer ma cotisation à la société des amis du muséum d'histoire naturelle. Un peu plus loin, le complexe de bureau libéral et avancé de la place Valhubert. Seule consolation : pour les privilégiés du dernier étage de ce bâtiment, vue imprenable sur le plus moche profil de Jussieu !


photo du 8 avril 2004, par votre serviteur.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 9 avril 2004

Où sont les cloches ?

Les cloches disaient-on partent à Rome avant Pâques. Si c'est le cas, je leur recommande chaudement une promenade dans les jardins du mont palatin, un des plus beaux lieux d'une des plus belles villes du monde. A côté de ça, le petit Liré (Maine-et-Loire), franchement, ça va un peu...

(photo par yours truly, février (si si) 2001)

Sur ce, bon week end pascal à vous tous : oeufs en chocolat pour les uns, chevreaux pour d'autres, perspectives d'une bonne baguette fraîche lundi soir pour ceux qui sont à la matza depuis mardi dernier.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 8 avril 2004

En Sorbonne

Ce que j'aime à la Sorbonne c'est ce côté chaotique, accumulation plus ou moins contrôlée de lieux de savoir, de réflexion, un concentré d'universités dans ce petit rectangle du quartier latin (les connaisseurs reconnaîtrons la cour intérieur inaccessible sutuée dans le coin sud-ouest du quadrilatère ; photo prise ce matin du couloir qui longe la salle Perroy).

Entre les giboulées, les herbes folles profitent de cet interstice ; parfois, on peut voir une femme de ménage venir en déblayer quelques fagots.

 

Le Plume vous salut bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mercredi 7 avril 2004

Un peu plus loin

Quelques règles de base pour ce blog: une entrée par jour, une photo par entrée. Les jours pairs, c'est ici et maintenant; les jours impairs, ailleurs.

 

Commémoration aujourd'hui du 10ème anniversaire du génocide rwandais. La France complice? Au moins un peu -- coupable d'avoir ignoré le carractère raciste du régime Habyarimana, qui entretenait à dessin l'ambiguité en publiant des versions différentes de sa prose en Français et en Kinyarwanda (ces dernières n'ayant rien à envier à la propagande nazie); d'avoir soutenu ce régime au nom d'une solidarité francophone à l'odeur de colonialisme pré-Fashoda (pour Mitterrand, le FPR de Kagamé, c'était les méchants Anglophones venus grignoterla tache rose de l'Empire (et, oui, je sais que le Rwanda n'a jamais été une colonie française)); d'être intervenu à contre-temps avec l'opération Turquoise, permettant le départ des milices génocidaires vers le Zaïre voisin, laissant derrière elles les paysans que la propagande avait transformés en tueurs... Oui, il n'y a vraiment pas de quoi se vanter. Jean-Pierre Chrétien a montré depuis comment l'écran sémantique des "conflits ethniques" avait permis d'occulter totalement la monté en puissance d'un nazisme tropical qui peut se vanter d'une efficacité rare dans l'atrocité.

 

Pour illustrer ces peu réjouissant propos, on me permettra un contresens géographique avec cette photo que j'ai prise en 1997 du cimetière de Crossroad, en marge d'un bidonville des quartiers noirs de Cape Town.

 

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 6 avril 2004

Furtive tentative

Et pourquoi pas ? Lorsqu'on partage sa vie obstinément entre (dans le désordre) les réseaux informatiques universitaires, une maîtrise d'histoire, une femme de rêve, un bô batô que faut que je fasse mes vernis, le militantisme dans un parti politique, et j'en oublie, on peut bien faire sa petite crotte bloguesque de temps à autre non?

Et pour palier l'absence provisoire (comme on dit) d'une page d'accueil, j'ajoute une jolie photo prise par mes soins de la place Jussieu un soir de giboulée de printemps, comme ce soir, et je vais me faire rincer à vélo, et il est tard et itune me joue "au bonheur des dames", il est donc plus que temps de vous saluer!

Le Plume vous salue bien.




Afficher entrées trié par taille : mode :