le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

mardi 24 mai 2005

Et sinon, Jussieu...

Un petit moment qu'il n'y a pas de Jussieu sur ce blog - pas très envie d'en causer je suppose ? J'y passe pourtant toujours une partie non négligeable de mes journées...

Pourtant, grâce à des problèmes de climatisation à répétition (ne l'oublions pas : sans climatisation, pas d'informatique), j'ai pu faire ma promenade favorite : les toits, un des rares endroits de Jussieu où l'on se sente au cœur de Paris.


Vue du toit de la barre 65-66, 10 mai 2005.

Autre point de vue, autre ville - comme découvrir une représentation nouvelle de la ville qu'on connait.

Le Plume vous salue bien.



mardi 7 juin 2005

Comme ça pousse à cet âge là...

Vous vous rappelez du chantier du bâtiment dit « des seize milles, » les 16.000m² que se fait offrir notre chère consœur, l'université Paris 6 Pierre et Marie Curie - dont un rapport de l'inspection des finances devrait confirmer l'inutilité, le campus de Jussieu comptant à l'horizon 2010 environ 50.000m² non affectés ? Je vous l'avais montré une première fois le 24 juin 2004, puis les 20 juillet, 30 novembre et 7 décembre 2004. Je n'avais pas remis ça depuis, et pourtant, ça a un tout petit peu changé :


Le chantier des seize milles à Jussieu, en fin d'après-midi aujourd'hui.

On est loin des espèces de fouilles archéologiques de la dernière fois. Les six niveaux de dalle sont coulés, les cloisons commencent à pousser. Bientôt la façade commencera à apparaître - je suis curieux de voir le degré de disharmonie avec les barres plus anciennes que ce bâtiment prolonge. Affaire à suivre...

Le Plume vous salue bien.



jeudi 16 juin 2005

Une fleur à l'ombre

Dans un recoin de Jussieu, un petit pavillon en tôle verdâtre a été construit l'an dernier pour abriter, je crois, des unités de climatisation. Du coup, la pelouse qui se trouvait là a été supprimée et remplacée par un espèce de faux plancher en grille galavanisée, à une cinquantaine de centimètres au dessus de la bouillasse.

Le printemps est arrivé et la bouillasse s'est transformée en groupement végétal pionnier : au travers de la grille ont pointés chardons, folles avoines, herbe-à-robert et sénéçon jacobée. Des coquelicots aussi, que j'avais apperçu de mon troisième étage et que je voulais prendre en photo - mais quand je suis descendu tout à l'heure ils avaient fanés déjà. Sauf un, qui était resté caché derrière les barreaux. Je vous l'offre donc :

Le Plume vous salue bien.



mardi 20 septembre 2005

Switch cintré pour tirer dans les coins

Il m'est arrivé ces derniers temps de me plaindre de mon travail. C'est normal, après tout, tout le monde fait ça ; d'après les cafetiers, c'est la première cause des lamentations de leurs clients au comptoir. Mais tout de même, un petit exemple, pour montrer qu'il ne s'agit pas de paranoïa de ma part, que les objets me veulent vraiment du mal :

On avait envoyé un commutateur Ethernet en réparation il y a plusieurs mois suite à une panne logicielle. Il nous a été retourné la semaine dernière seulement, en principe réparé. Pour fixer les idées, c'est du matériel robuste, d'une quarantaine de centimètre de long, sa carrosserie en tôle bien échantillonnée. Comme nous n'en avions pas un besoin urgent (heureusement !), il était resté dans son carton jusqu'à ce que, ce matin, un technicien de la société qui en assure la maintenance me demande de lui renvoyer le numéro de série. Je le déballe donc et je trouve ça :

Complètement tordu, le machin, pratiquement un centimètre de décallage entre les deux bouts. Totalement impossible de le remettre en service : physiquement, on ne pourra même pas le racker dans nos armoires techniques... Sans compter que, n'ayant guère de goût pour les chocs électriques, je n'ai pas l'intention de le brancher dans cet état.

Sinon, vous vous rappelez de ma fibre optique problématique ? J'ai donc trouvé les coordonnées de la société qui exploite la fibre optique que nous voulons retirer pour mettre la nôtre à la place. Coup de chance, cette société travaille déjà avec nous sur une autre affaire, on me conseille donc de me mettre en contact avec notre commercial attitré. Qui était injoignable; sa femme venant d'accoucher. Je le recontacte à son retour, c'est à dire aujourd'hui, et après les félicitations d'usage m'enquiers de mon problème : c'est très simple, il y a quelqu'un qui connaît parfaitement le site et pourra me donner une réponse. Comment puis-je le joindre ? Ah, il y a un petit problème : il est hospitalisé jusqu'à vendredi, il me rappellera à son retour lundi prochain...

Bah, tout vient à point à qui sait attendre, dit-on. On a même maintenant un commutateur cintré pour switcher dans les coins.

le Plume vous salue bien.



mercredi 14 décembre 2005

Dis, Monsieur, c'est par où l'internet ?

À lire les entrées de ces derniers jours, on pourrait croire que je suis historien à plein temps. Hélas, il n'en est rien - ou alors, en plus du reste. Ces deux derniers jours étaient même particulièrement chargés en ce qui concerne mon vrai travail, celui pour lequel vos impôts me nourrissent.

Pour ceux qui l'ignorent, mon travail est (pour dire les choses rapidement) d'assurer l'accès internet aux diverses composantes d'une grande université parisienne. Je dis « l'accès internet » bien qu'il s'agisse tout autant de la connectivité interne, de l'accès aux bases de données internes, etc. Et qu'en plus, « l'accès internet, » ça ne veux pas dire grand chose : nous ne somme nulle part raccorder à un gros machin qui serait l'internet. Nos différents sites sont reliés à un réseau particulier, le réseau académique parisien, qui lui même est connecté au réseau national de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui lui même est interconnecté à différents réseaux - et c'est l'ensemble de ce maillage qui forme ce qu'il est convenu d'appeler internet. Simple, non ?


Ces câbles connectent des gens à internet, si, si...

La brique de base de ce jeu de légo, c'est le routeur. Un routeur, c'est une sorte d'ordinateur spécialisé qui, à un embranchement de réseaux, oriente les paquets de données du bon côté. Par exemple, dans une grosse structure, tous les réseaux locaux desservant des laboratoires, des bureaux, des bibliothèques etc. sont raccordés à un routeur, qui est d'autre par raccordé à notre fournisseur d'accès.

Sauf que dans notre cas, il y a plusieurs routeurs interconnectés, gérés par des services différents. Et que précisément nous devons récupérer vendredi midi le routage de tout un paquet de réseaux. Et avec ça leur filtrage, ce qui suppose de réécrire des quantités de règles de filtrage... Et ça, c'est une bonne galère, je ne vous dis que cela. J'aimais encore mieux les opérations commando pour changer du matériel sur des sites distants au quatre coins de Paris, comme ce matin, tiens.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

lundi 27 février 2006

Derrière les pavés, la pizzeria

Fallait vouloir, pour venir travailler aujourd'hui : Jussieu bloqué, avec un accès filtré pour le personnel par les quais Saint-Bernard. Quel que soit mon avis sur les revendications des étudiants grévistes, je suis fonctionnaire et il n'y a pas d'appel à la grève me concernant : j'ai donc le devoir de me rendre à mon poste. C'est comme ça dans le monde des grandes personnes : une grève, c'est encadré par la loi, ça a des formes bien établies, et ça correspond à une perte de salaire.

Ceci dit, le CPE mérite que l'on se mobilise contre lui, je suis d'accord. Je ferais toutefois observer que c'est au Sénat qu'il se discute, pas à Jussieu.


L'entrée principale du campus de Jussieu, aujourd'hui, vers midi.

Indépendamment de ces considérations stratégiques, on distingue clairement sur cette photo ma pizzéria habituelle, de l'autre côté de la barricade. Malicieux hasard : j'ai petit-déjeuné léger, et j'ai d'ores et déjà les crocs !

Le Plume vous salue bien.



mercredi 1 mars 2006

Ménage

On nous annonce pour demain la levée du blocage du campus - rien n'est moins sûr, évidemment, à ceci près que les services compétent ont entrepris ce soir l'évacuation des déchets de ces trois jours.


Nettoyage en grand, vu de la fenêtre de mon bureau ce soir.

D'après les rumeurs qui circulent, le blocus est suspendu jusqu'à la journée d'action de mardi, où de toute façon je serais en grève, puisqu'il y a un préavis pour la catégorie de personnel à laquelle j'appartiens.

Résumons : je suis tout à fait hostile à ce mauvais coup du gouvernement et j'estime que ça vaut le coup de se mobiliser. Pas certain cependant que les blocages de campus soient la meilleure manière de s'y prendre... Sauf que, la mobilisation étant faible, une simple grève ne se verrait même pas - si tant est qu'on puisse parler de grève pour le fait de se rendre en cours : c'est ce que font les étudiants même quand il n'y a pas grève, non ? J'entends bien que d'un point de vue tactique, ce type d'action est censée permettre une certaine fermentation sur les campus et donc une extension du mouvement. Sauf que bien sûr à Paris c'est l'échec assuré : les étudiants sortent du métro, voient que l'entrée est bloquée et filent boire un pot, faire du shopping ou, tout simplement, rentrent déjeuner chez papa-maman à Bécon-les-Bruyère. D'après les echos que nous avons eu, les AG (qui se tenaient dans un bâtiment voisin) étaient loin de faire recette, sauf peut-être celle d'aujourd'hui qui a plus ou moins voté la plus ou moins suspension du mouvement. Pas si simple de créer un mouvement de foule quand on est si peu nombreux - à vue de nez, les étudiants qui « tenaient » le campus n'était pas beaucoup plus de 100 ou 200.

Pendant ce temps, le gouvernement profite de l'actualité sanitaire et sociale chargée pour faire toute les saloperies possibles. La privatisation quasi-totale de GDF à la sauvette et sans aucun bénéfice pour le trésor public est un scandale gigantesque et tout le monde s'en fout. Bah. Ferais mieux de préparer ma communication de samedi, moi.

Le Plume vous salue bien.



mardi 9 mai 2006

La ronde des routeurs

Bien finies les vacances. C'est reparti pour de bon cette fois-ci, entre les demandes quotidiennes et la préparation de déménagements universitaires qui s'annoncent pour l'été.


Dans nos armoires techniques, 19 avril 2006.

Noter les deux routeurs identiques (bleus et blancs, en haut de l'image) : ils nous permettront diverses gymnastiques visant à simuler l'ubiquité - dans la mesure où l'université ne déménage pas d'un bloc, loin de là, il faudra bien à un moment donné être à la fois au départ et à l'arrivée. J'avais justement pris la photo lorsqu'on a installé le deuxième.

Bref, ça avance, tout ça, ça avance. À condition de faire avancer !

Le Plume vous salue bien.



mardi 23 mai 2006

Une journée dans la ruche

En sortant de ma tour ce soir (les barres de jussieu sont appelées des tours, allez savoir pourquoi) jolie lumière sur le nouveau bâtiment de Paris 6 en cours d'achèvement. Pas villain, surtout quand on ne vois pas l'immonde peinture orange du rez-de-chaussée.


Le nouveau bâtiment « des 16.000 » - qui en toute logique aurait dû s'appeler barre 63-64, d'ailleurs.

Détail amusant : ce bâtiment sera livré en même temps que les premiers bâtiment du campus Paris-rive gauche (les grands moulins de Paris et tutti quanti), au moment même par conséquent où des barres entières commenceront à se vider sur le campus de Jussieu. Marrant. Positivement marrant. Comme dirait l'autre.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : je comptais vous parler des films que je n'irais pas voir ces jours-ci, mais est-ce bien nécessaire ? J'attends par contre avec impatience qu'Over the Hedge traverse l'Atlantique. Et en V.O., S.V.P.



mardi 6 juin 2006

Pendant les travaux, le travail continue

Mémoire ou pas mémoire, le travail pour lequel le contribuable me rétribue, si peu grassement que ce soit, demande au moins une partie de mon attention. Et en ce moment, le travail, c'est de gérer le quotidien tout en préparant un changement complet de campus, de bâtiment et donc de réseau. Difficulté supplémentaire : du point de vue du réseau, les scénarios changent du tout au tout suivant l'ordre de livraison des bâtiments. Or l'un d'entre eux, dont la livraison était donnée comme imminente, part en glissade sur le planning tandis qu'un autre, donné troisième, tient la corde pour arriver en tête. Le deuxième potentiel prend plusieurs mois de retard ; le dernier reste dernier, mais encore plus.

Donc on jongle, avec des bâtiments et avec du matériel. Qui en attendant est livré dans les bureaux de quelques collègues, que ça finit par agacer, allez savoir pourquoi :


Ceci n'est pas un entrepôt. Ceci est un bureau. Si, si.

Ceci étant dit, il me reste maintenant 16 jours pour écrire un demi mémoire... Au demeurant et vu que le rush ne commencera réellement que quand les bâtiments seront livrés, je vais prendre quelques jours de congés pour avancer. Sinon, ça va faire juste.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 30 juin 2006

Voir rouge

Une gentille lectrice d'Eure-et-Loir s'étant plainte de la mauvaise image que donnait de son département mes archives photographiques (dont je suis enfin en train de terminer l'accès par lieux), je lui avais promis une entrée sur la cathédrale de Chartres. J'espère qu'elle ne m'en voudra pas si la promesse n'est tenue que demain, un autre choc architectural ayant pris le dessus...

Il s'agit du fameux bâtiment atrium que l'on construisait depuis quelques temps à deux pas de mon bureau. Voilà la chose : ce bâtiment, même si son intégration au reste du campus est discutable, a des qualités - ses formes sont élégantes, ses façades vitrées munies de pare-soleils métalliques sont d'un effet heureux ; je vous les avais d'ailleurs montrées le mois dernier. Mais voilà : la peinture adoptée pour le bas du bâtiment et la dalle de béton qu'elle surplombe prête un tantinet à discussion.


Les mots m'en manquent. Jussieu, aujourd'hui, 16h08.

Le problème n'est pas que ce soit pas beau ; le problème est que ça donne le tournis et même, physiquement, la nausée. Noter que, pour renforcer l'impression d'un feu d'enfer, les lucarnes éclairant les amphis du sous-sol sont en forme de brûleurs. Approprié.

Je ne sais pas si c'est le genre de bâtiment qui permet d'être en couverture d'Architecture aujourd'hui ; je sais seulement que c'est de l'ordre de l'insupportable quand on y est en vrai. Et pourtant, comme je le disais, le bâtiment n'est pas sans qualités ; pour ce que j'en est vu, l'intérieur est une vraie réussite. Du coup, c'est un peu comme si on vous jouait La jeune fille et la mort, de Schubert, les arpèges au piano, la voix qui monte doucement, Meine Ruhe... Et là, le Gégé qui fait irruption avec un couac retentissant au trombone à piston.

Soyons honnête : le bâtiment est plus proche du free jazz à l'acide que des lieder romantiques. Mais d'un autre côté, cette peinture, ce n'est pas une fausse note, c'est les ongles sur le tableau noir dans la sono du Teknival !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 12 octobre 2006

Je pensais vous présenter les affleurements de serpentine dont je vous parlais hier mais, alors que je faisais le tour de la rotonde d'étage la plus proche (une rotonde, à Jussieu, c'est l'espace sur lequel débouchent escalier et ascenceurs, à la croisée des barres du grill), une petite scène de la vie des bêtes m'a attiré l'œil : une épeire diadème de beau calibre faisait sa tournée sur un poteau métallique, à côté des baies en verre blindé. J'aime bien les épeires, moi. Pas comme les grosses tégénères, berk.


Une araignée universitaire à Jussieu ce midi.

À propos d'araignées dans le plafond, ça ne s'arrange pas, chez nous : la presse annonce à cor et à cri l'inauguration des nouveaux bâtiments alors que les premiers services concernés n'ont toujours pas de calendrier fiable pour leur mise en service... Tout va très bien, Madame la Marquise.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 14 décembre 2006

Effigie

Bon, d'accord, avant de me rendre à une réunion cet après-midi, j'avais un peu fait l'andouille avec un rouleau de scotch sur les affaires d'un de mes collègues. Mais tout de même : je ne m'attendais pas à trouver, au sortir de cette réunion, mon remplaçant déjà installé à mon bureau !


Le Plume au travail, scultpure (presque) anonyme, 14 décembre 2006.

Les matériaux de cet œuvre composite : un carton de commutateur Cisco, la garniture polystyrène dudit carton, un gobelet, mon manteau, mon écharpe, mon pull et mon casque de vélo. Et une bonne dose de scotch. Et mon téléphone.

M'ont remonté le moral, ces couillons-là. Chapeau, les mecs !

Le Plume vous salue bien.



vendredi 22 décembre 2006

Fermer boutique

Et voilà : les dernières heures avant les vacances ont été employées à mettre les derniers bouts de scotch sur les derniers cartons. Le 2 janvier, lorsque l'aurore au doigts roses viendra gratouiller les gueules de bois, les déménageurs s'en empareront pour les conduire dans nos nouveaux bureaux.


Prêts à partir, Jussieu, cet après-midi.

Je ne regretterai pas Jussieu un seul instant, même si les premières semaines de cette installation risquent d'être un petit enfer - toutes les livraisons de bâtiments se téléscopent sur cette période. Mais bon, on est là pour ça.

En attendant, on va tâcher de reprendre des forces, parce que là, la fin de l'année, c'était limite.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 14 juin 2007

Recoins

Beaucoup de boulot ces jours-ci, dans une atmosphère chaude et poisseuse, berk, berk, berk. Y compris des allers-et-retours à Jussieu ; le vélo c'est idéal par ce temps. Et ça permet de revoir le campus universitaire le plus moche de France, et peut-être du monde...

Mais je dois le reconnaître : certains coins peu fréquentés ne manquent pas de chien, à force de crasse.


Jussieu, un local réseau non rénové, hier après-midi.

Une citation de circonstance :

- Mon enfant, c'est bien lourd pour vous ce que vous portez là.
Cosette leva la tête et répondit :
- Oui, monsieur.

Victor Hugo, Les Misérables, 2e partie, livre 3, chapitre VII.

Bon, au moins, dans ce local-là il n'y a pas juste derrière la baie technique un trou donnant en chute libre jusqu'au sous-sol.

Le Plume vous salue bien.



jeudi 5 juillet 2007

Avec ou sans fil

Me voilà jusqu'au cou dans un dépouillement d'appel d'offre un peu compliqué : il s'agit d'évaluer des catalogues de produits qui devraient nous permettre de construire le futur réseau wifi de l'université.

Rien à voir évidemment avec la réalisation d'un réseau sans fil pour soi tout seul chez soi : dans le cas d'un réseau d'établissement, il faut que l'on puisse ocnfigurer des dizaines, voire des centaines de bornes sans avoir à refaire autant de fois les mêmes manipulations ; il faut que les bornes ajustent automatiquement leur puissance en fonction du taux de couverture ; que différents niveaux de sécurité soient disponible en focntion des besoins des différentes population, avec un cloisonnement raisonnable... Du coup, on se retrouve face à des offres compliquées, certaines très voisinnes et d'autres complètement séparées, à faire des calculs d'apothicaire en fonction de tel ou tel scénario...


Les restes de notre ancienne salle-machines, Jussieu, 28 juin dernier.

Évidemment, dans ce genre d'environnement, le sans fil ne peut entièrement remplacer le réseau filaire, ne serait-ce que parce qu'il y aurait une trop grande densité de connexions pour qu'un débit convenable soit maintenu...

Sinon, la photo ne représente bien sûr pas l'état normal d'un câblage Ethernet. Les câbles arrivent sur des platines qui étaient élégament fixées dans une armoire technique - armoire technique qui a quité les lieux pour cause de déménagement. Et comme on s'est rendu compte après coup que l'on avait encore besoin de quelques raccordements entre câbles bleus et câbles gris, il a fallu que je m'y retrouve dans ce fouillis.

Heureusement, 36 ans d'expérience et de pratique du foutoir intensif sont derrière moi pour me faciliter la tâche !

Le Plume vous salue bien.



vendredi 3 décembre 2004

Sans titre

Au début, une belle matinée d'hiver. Meilleure forme qu'hier, meilleur moral donc ; petite brume sur le jardin des plantes :


Le jardin des plantes vu de Jussieu, ce matin, 10h45.

J'aime bien ces brouillards d'hiver ; l'air pique un peu le visage, ça sent bon. Ca me rappelle marcher le long de la rivière de Lannion en allant à l'école, tout gosse. Chez nous aussi il y a des petits matins calmes.

Après-midi moins calme, par contre : chantier prévu hier et remis aujourd'hui, retards, stress, ça a l'air de marcher puis le routeur concerné se vautre complètement, politique de sécurité à refaire pour économiser ses vieux os sans être ouverts à tous vents. Sale temps pour la sécurité informatique, ces jours-ci, je ne vous dit que cela. Bon, ça semble à peu près stable maintenant, on va bien voir si ça explose lundi.

La semaine se termine. Pour moi, en tout cas : ma chère épouse va avoir plusieurs heures à passer devant un jury demain. La tension monte un peu. Même si objectivement, il n'y a pas à s'en faire.

Le Plume vous salue bien et rentre chouchouter la candidate.



samedi 10 avril 2004

un pied-à-terre pour le printemps

Quand il est de passage à Paris, le printemps peut s'installer au jardin des plantes, où il a ses habitudes. Ce qui permet d'avoir un peu de verdure en vue, depuis un campus qui n'en a guère.

Derrière les arbres, la galerie de zoologie,un endroit fantastique où je retournerai dès que j'aurais eu le temps de passer payer ma cotisation à la société des amis du muséum d'histoire naturelle. Un peu plus loin, le complexe de bureau libéral et avancé de la place Valhubert. Seule consolation : pour les privilégiés du dernier étage de ce bâtiment, vue imprenable sur le plus moche profil de Jussieu !


photo du 8 avril 2004, par votre serviteur.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 2 mars 2005

Mais où sont les neiges d'antan ?

De la neige encore - moins drôle : comme ça n'a commencé qu'en début d'après-midi, ça n'a pas tenu. Par contre, Jussieu - porte d'Ivry en vélo par ce temps, c'est un peu trop vivifiant tout de même. Le pire n'étant pas la neige mais le conducteur parisien dépassé par les événements, stressé comme un pou, ses deux petites mains contractées sur son volant et son regard fixé sur un point situé à 50cm devant son pare-choc...

Une photo des neiges d'antan (celles de mercredi dernier), que c'était quand même autre chose ma bonne dame :

Plus que l'été et j'aurai les quatre saisons du jardin des plantes vues de la tour 65 de Jussieu (cf. ici).

Le Plume vous salue bien.



mardi 28 juin 2005

Ciel d'orage (ou : quatrième saison)

Sur le ciel d'orage de ce soir, je boucle ma série de quatres photos d'un des rares angles de vues qui, depuis mon lieu de travail, me permet de voir passer les saisons - j'avais déja présenté ici la feuillaison printanière, les brumes de l'automne et la neige hivernale.


Le jardin des plantes vu de Jussieu ce soir vers 18h30.

Les ciels d'été les plus spectaculaires ne sont pas bleu azur : bien plus impressionnat quand d'un seul coup la lumière chute et que le ciel devient bleu-gris, parfois jaune ou orangé.

Mes souvenirs d'orage : en voiture avec mon père, je devais tout juste avoir l'âge de voyager à l'avant, entre Le Mans et le Vendômois, deux heures de route sur les lignes droites sans fin de la Beauce. À une dizaine de kilomètres devant nous, l'orage, gris sombre, les éclairs qui craquent toutes les quelques secondes. À l'arrivée : « Vous avez dû déguster, sous ce déluge ! » Non, pas une goutte, mais quel spectacle...

Autre trajet, moi et mon père toujours, mais moins sec : retour de Bordeaux, à peu près en cette saison, la voiture chargée de mes affaires d'étudiant - la rentrée suivante se fera à Paris. Le ciel qui s'assombrit, puis vire au jaune orangé avant que la pluie ne se déverse sur la route nationale. Quasi totalité des voitures, nous compris, à l'arrêt sur le bas-côté, attendant que ça passe, quelques autres se risquant à petite vitesse sur la chaussée.

À pied, cette fois, sortie de ma cagna parisienne avec mon équipement marin complet : salopette en ciré, veste de quart et botte Le Chameau, petite marche dans les rues de Paris complètement déserte, remonter le courrant du boulevard de Port-Royal transformé en torrent.

À vélo, bien sûr, c'est beaucoup moins sympa. Je suis encore reconnaissant à Madame Plume d'être venue me chercher alors que je m'étais fait piéger par un orage aoûtien plutôt rosse du côté de Chauvigny (Vienne), à une quinzaine de kilomètre de route de plateau (passablement exposées à la foudre) de notre port d'attache du moment.

Au fait, devinez quel est mon moyen de transport aujourd'hui ?

Le Plume vous salue bien.

P.S. : Vous pouvez voir les quatre saisons en un coup d'œil sur les pages perso.



jeudi 16 décembre 2004

Bâtiment de la baleine

 

Le bâtiment de la baleine, c'est un des bâtiments du muséum national d'histoire naturelle, le jardin des plantes quoi.  Un assez joli bâtiment, le long de la rue Cuvier, pas loin de Jussieu. Il est en cours de rénovation -- apparemment, c'était ça ou l'évacuation de l'ensemble sous forme de gravats à très court terme.

Curieux : dans le cadres de ces travaux, on construit une cage pour un arbre. Détail navrant : la cage prévue est beaucoup trop petite. Ou alors l'arbre est en train de s'évader. 


Paris, jardin des plantes, 2 décembre 2004.

A moins bien sûr qu'il y ait une autre explication rationnelle à cette structure métallique ?

Sur ce, dernier diner en ville avant un week-end prolongé au pays de mes marchands de canons....

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

jeudi 30 décembre 2004

L'arbre en cage (suite)

 

Bon, vous vous rappelez de mon fameux arbre en cage à côté du bâtiment des baleines, au jardin des plantes ?

On avait pensé un moment que c'était un dispositif de protection du tronc contre les baleines qui aiment, on le sait, se frotter le cos contre les arbres. Mais j'ai eu la confirmation ce matin que c'était bien une cage : il a tenté de s'évader. En utilisant le bon vieux coup de l'incendie du stock d'authentiques tapis de selle du général Custer !

Un peu avant midi ce matin, je lève les yeux de mon écran et je vois des volutes de fumée noire s'échapper derrière le bâtiment d'en face. Je descend les escaliers vite fait, et je vois que ça vient du bâtiment d'anatomie comparée, le bâtiment pas très beau en brique qu'on voit au fond et qui abrite divers labos. Je vois aussi que pompiers, police et gardiens du muséum sont déja sur le coup.

L'évasion a donc raté. D'un autre côté, pour un arbre, c'est pas évident. Avoir ses racines n'est pas forcément un atout...

Sinon, pas de dégâts majeurs, feu éteint au bout d'une heure. Et je n'avais pas mon appareil photo, sinon j'aurais joué les paparazzi de rencontre, évidemment.

Le Plume vous salue bien.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

vendredi 1 avril 2005

Cétacé, dit la baleine...

Rien à voir avec l'actualité : suis allé faire un tour pendant ma pause déjeuner dans la galerie d'anatomie comparée du muséum. C'est cette galerie à l'ancienne, restaurée à l'identique, avec seulement deux vitrines thématiques (l'une sur les oiseaux et l'autre sur les reptiles) qui font dans la muséographie contemporaine. Le reste, ce sont les squelettes allignés comme à la parade sur leurs socles de chêne, avec de plus petits spécimens ainsi que des organes dans des bocaux de formol dans les vitrines murales.

Je n'ai pas réussi à retrouver l'oryctérope, avec ses dents style clés à douille. Il n'aurait pas dû être bien loin des pangolins, mais vas savoir. De toute façon, toutes les familles de vertébrés sont là, de la lamproie à l'homme, avec toute la variété mais aussi l'unité que ça implique. Et puis, dans le genre spectaculaire, il y a les squelettes de cétacés, qui occupent une petite moitié de la galerie...


Eubalena Glacialis ssp. Australis ou baleine australe, au muséum, cet après-midi.

Un bel espace pour rêver, pour apprendre, pour flâner. Et dehors les cerisiers sont en fleur.

Le Plume vous salue bien.



mardi 5 avril 2005

Squelettes

Histoire de prendre ma revanche sur les télévisions, radios, journaux, etc. qui me servent du catafalque jour et nuit, j'ai bien l'honneur de vous présenter mes squelettes favoris.


Galerie d'anatomie comparée du muséum vendredi dernier.

Normalement, ils n'attaquent pas l'homme. Mais faudrait pas les énerver, non plus : les carnivores mènent la danse ; derrière eux, rhinocéros, buffles, éléphants... Alors, pas de mouvement brusques, je vous prie.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 13 avril 2005

Mammouth dégraissé

Bon, me voici de nouveau sur pied - et prêt à reprendre le boulot par voie de conséquence. Avec peut-être un ou deux kilos en moins dont je pouvais parfaitement me passer.

Et puisque mon boulot, c'est l'éducation nationale, et que je parle de maigrir, un avertissement... Si l'on dégraisse trop un mammouth, il risque de ne plus rester que ça :


Galerie de paléontologie, muséum national d'histoire naturelle, 1er avril 2004.

Sur ce, je vais me prendre une petite liqueur de café pour finir de me remettre sur pied.

Le Plume vous salue bien.



lundi 2 mai 2005

Et ça vous fait rire ? (ou : monotrème toi-même)

En classant mes photos du mois d'avril, je suis tombé sur un cliché pris à la grande galerie de l'évolution du Muséum :


Ornithorynques, muséum national d'histoire naturelle, 20 avril 2005.

Comme quoi on peut être empaillé et se gondoler tout de même. Peut être en imaginant la perplexité des naturalistes tentant de les classifier : un ovipare qui allaite ses petits (mais sans mamelles), à sang chaud mais à température variable. Le tout avec un bec de canard à la Donald Duck.

Un de ces jours, je vous présenterai l'oryctérope.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 6 mai 2005

Oryctérope

L'oryctérope et l'onithorynque ont un certain nombre de points communs, notamment des noms commençant par O, comportant un Y, et qu'on ne sait pas trop comment les écrire. Ils sont les représentants de familles ayant très peu d'espèces (trois espèces de monotrèmes, pour l'onithorynque, une seule espèce de tubulidenté, pour l'oryctérope. Ils sont aussi à peu près de la même couleur.

Mais à part ça, ils ne se ressemblent absolument pas et vivent sur des continent différents. L'ornithorynque n'a pas de dent alors que l'oryctérope, est, comme on l'a dit, tubulidenté, c'es à dire que ses dents ressemblent vaguement à des tours de jeu d'échec. L'onithorynque fait s'exclamer d'étonnements petits et grands, alors que l'oryctérope, personne n'y fait attention.


Dans la grande parade de l'évolution de la galerie du même nom, l'oryctérope est un peu à la traîne.
Muséum national d'histoire naturelle, 20 avril 2005.

Je note d'ailleurs qu'il n'y a pas d'oryctérope dans les Histoires comme ça de Kipling, non plus que dans Les animaux de personne de Jacques Roubaud (Paris, Seghers, 1991) - qui mentionne pourtant le tamanoir noir, le gnou bleu et le zorille varié. Il faut dire que son nom français n'évoque pas grand chose et son nom latin (orycteropus afer) encore moins. L'anglais aardvark, importé de l'afrikaans, fait plus exotique. Il a de plus le mérite de faire la une, sinon des gazettes, du moins des dictionnaires.

Par contre, les oryctéropes ont de chouettes oreilles pointues, ce qui n'est pas rien.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 16 mars 2005

Quand zébu...

Je vous éparge la suite. Lame old jokes're us. Tout ça pour dire que, comme je le disais hier, il fait bon prendre sa pause déjeuner dans notre petit coin de verdure caché derrière les tours de Jussieu.


Ménagerie du jardin des plantes, hier après-midi.

Évidemment, on n'est pas forcés de partager aussi le menu des pensionnaires. Bah, après la récente vogue des régimes dissociés, on peut s'attendre à tout, y compris au retour de la frénésie chlorophyllienne des années 50-60, lorsque la chlorophylle sous toute ses formes était censée « tuer les mauvaises odeurs. » Un article du journal de l'association des médecins américains avait un petit peu calmé le jeu en rappelant que les boucs se nourissaient presque exclusivment de chlorophylle et n'étaient pourtant pas dépourvus d'odeurs corporelles.

Il fait beau, les éléphants volent, les mouches pètent, disions-nous dans nos années Biactol. Quel meilleur endroit que le jardin des plantes pour vérifier cette hypothèse ?

Le Plume vous salue bien.



mardi 15 mars 2005

Phrynops hilarii

C'est pas pour me vanter, mais aujourd'hui, il faisait beau.

Avec une journée pareille, difficile de ne pas me rappeler que je m'étais promis de reprendre ma carte de la société des amis du muséum d'histoire naturelle -- qui permet pour une somme finalement modique d'accéder gratuitement à la ménagerie et aux différentes galeries. Plutôt agréable, quand on bosse juste à côté, que de prendre sa pause déjeuner à vadrouiller entre orang-outangs et ibis rouges ou, s'il fait moins beau, dans la grande galerie de l'évolution ou dans sa compagne « à l'ancienne » qu'est la galerie d'anatomie et de paléontologie.

Aujourd'hui, donc, la ménagerie. Pas eu le temps d'y traîner beaucoup, l'acquisition de la carte ayant largement dépensé le capital-temps que je pouvais consacrer à ces questions cruciales ; petit tour au pas de course donc, qui a tout de même inclu le vivarium - un de mes coins favoris, il faut dire. D'où quelques photos en intérieur, ce qui est paradoxal compte tenu de la météo mais qui est tout à fait à l'honneur des capacité de l'Ixus 400 dans les petites lumières. Et tant qu'à faire, puisqu'une lectrice particulièrement assidue, bien qu'elle ne commente jamais, a un faible pour les tortues, et moi un faible pour cette lectrice (qui explique que je sois marié avec) :


La platémyde de Saint-Hilaire, ménagerie du jardin des plantes, 15 mars 2005.

Je n'avais pas pris le temps de regarder la petite étiquette ; nous en avons donc passé un peu dans Toutes les tortues du monde (Delachaux et Niestlé, 1998) pour la retrouver : la couleur, le liseré jaune, les barbillons (foncés à la base, clairs à l'exrtémité), les pattes noires dessus, blanches dessous, le trait noir le long de la tête et du cou, la « large tête terminée par un museau court et conique » - c'est bien elle, Phrynops hilarii (Duméril et Bibron), la platémyde de Saint-Hilaire, une habituée des étangs de la région du Rio de la Plata.

Ce qui est bien, à Paris, c'est qu'on y rencontre des gens qui viennent de partout.

Le Plume vous salue bien.



lundi 21 mars 2005

Pas trop vite le lundi

Une toute petite semaine commence - je prends deux jours de congés jeudi et vendredi - mais tout de même, un lundi, c'est un lundi. Le moment idéal pour trouver du réconfort auprès des reptiles officiels de ce blog :


Dipsochelys elephantina, la tortue géante des Seychelles, ménagerie du jardin des plantes, 15 mars 2005.

Voici l'habitat d'hiver des tortues géantes des Seychelles ; l'été, elles paissent aux abords du micro-zoo, dont elles constituent d'ailleurs l'unique intérêt. Au dessus, dans les branches, les voisins font un raffut du tonnerre : un couple d'unaus ou paresseux tridactyles.

Ne les confondez plus : l'unau a trois doigts par patte alors que l' n'en a que deux. Grâce à ce blog, la prochaine fois que vous rencontrerez un paresseux, vous pourrez l'identifier avec certitude.

À propos de paresse, je réalise que je me suis prévu plus de trucs à faire en trois jour que je n'en ai fait la semaine dernière. Quelque chose me dit que ça n'est pas gagné à 100%. On verra.

Le Plume vous salue bien.



mardi 6 avril 2004

Furtive tentative

Et pourquoi pas ? Lorsqu'on partage sa vie obstinément entre (dans le désordre) les réseaux informatiques universitaires, une maîtrise d'histoire, une femme de rêve, un bô batô que faut que je fasse mes vernis, le militantisme dans un parti politique, et j'en oublie, on peut bien faire sa petite crotte bloguesque de temps à autre non?

Et pour palier l'absence provisoire (comme on dit) d'une page d'accueil, j'ajoute une jolie photo prise par mes soins de la place Jussieu un soir de giboulée de printemps, comme ce soir, et je vais me faire rincer à vélo, et il est tard et itune me joue "au bonheur des dames", il est donc plus que temps de vous saluer!

Le Plume vous salue bien.



samedi 1 octobre 2005

Nocturne parisien

La bonne affaire : se prendre une nuit blanche ou quasi la veille des nuits blanches organisées à grand renfort de publicité.Pendaison de crémaillère d'une amie hier soir, retour vers les 4h30 - avec quelque titubation il faut le reconnaître.

Finalement, je sors (nous sortons) assez peu. Il se trouve que cependant s'accumulaient ce week-end les vrais raisons de sortir, qui sont les rendez-vous d'amitié.

Et puis après la fête, ce matin, rentrer seul, à pied, dans les rues désertes. Passer du tumulte des raports aux autres, de l'équilibres subtil des vieilles amitiés et des rencontres inopinées, de la tension chaleureuse de se cotoyer, au seul bruit de ses pas sur le trottoir et des gouttes de pluie sur un salutaire pébroque.

Paris la nuit : les quais de Seine, décembre 2004.

Paris la nuit, je le ressens, plus que sur les grandes avenues et les monumentales perspectives, dans les rues sans distinction du nord-est parisien : rue Edouard Pailleron, rue de Meaux, tant d'autres... des rues qui n'évoquent ni barricades ni grandes victoires ; qui à dire vrai n'évoquent pas grand chose à qui ne les habite pas. La ville ne s'y paye pas de mots : juste de l'humain, des gens qui vivent, qui dorment. J'aime bien marcher à l'étiage de la nuit dans ce Paris-là, seul mais pas solitaire, au cœur de l'humanité au repos.

le Plume vous salue bien.



vendredi 24 décembre 2004

Courses de noël, ou la caverne magique

Les courses de noël en avance, en théorie j'y crois, mais en fait j'en suis absolument, totalement incapable. Du coup, il y a bien des 24 décembres qui se terminent là :


Le sous-sol de La Route d'Alexandre, Paris 5e, ce soir, vers 18h.

Ca se passe toujours vers 6, 7 heure du soir, à la nuit déja tombée, rue de la Bûcherie, tout près de Maubert. « Je vous attendais ! » On discute, je regarde tout, les vitrines, les meubles, les tapis, au rez-de-chaussée, au sous-sol, sans trop savoir ce que je cherche au juste.

Mais au bout du compte, je trouve toujours exactement ce que je cherchais. C'est juste que jusque là je ne savais pas que c'était ça que je cherchais.

Le Plume vous salue bien et vous souhaite un joyeux noël.


Lire et commenter cette entrée sur 20six.fr

mardi 28 mars 2006

700.000 manifestants - et moi, et moi, et moi

À la manifestation parisienne d'aujourd'hui, j'étais le dernier des manifestants. Vraiment le dernier - derrière moi, CRS et balayeuses, et c'est tout. 699.999 gugusses devant moi, c'est tout de même quelque chose !

Non que je sois un fan des queues de cortège, évidemment. Seulements, nos chers dirigeants des fédérations franciliennes avaient jugé bon de nous donner rendez-vous très en aval du point de départ pour nous faire défiler complètement en dernier. Brillant. On a passé l'après-midi à regarder passer la manif', pour ne démarrer qu'après 18h30... On était abrité de la pluie par les rails du métro, mais tout de même... Nos V.I.P. se sont contentés de faire une apparition (« Ah, c'est bien, il y a du monde, bravo... Je dois m'absenter, je reviendrai peut-être tout à l'heure » - yeah, right!), à l'exception du brave Huchon, qui a patienté une bonne partie de l'après-midi avec nous. Il va y avoir des comptes à régler, je ne vous dit que ça.

Mais bon, ceux d'entre nous qui avaient tenu le coup jusque là (les autres étaient partis avec syndicats et associations) ont défilé vaillament jusqu'à Bastille, où nous avons décidé de ne pas prendre de risques dans les ambiances facilement tendues de fins de manifs. Ce qui ne m'a pas empêché de continuer à pied le long du parcours - somme toute, c'était mon chemin.

Histoire de faire oublier le mal au pied et la goutte au nez, lumière de fin de journée superbe sur les rues de Paris. Et comme je n'avais pas mon appareil photo avec moi (j'y tiens, à la bébête), c'est une lumière de ce type que je vous offre en illustration.


Coucher de soleil rue des Écoles, 13 septembre 2005.

Place de la République, passage un peu difficile - au moment d'une accalmie semble-t-il. Pas vu de « pluie continue de projectiles » en tout cas. Ça tombe bien, je n'étais pas équipé pour ce genre de pluie.

Pendant ce temps, à l'assemblée, Villepin continue à se barrer lui même toute issue. Quel talent. Quant au président de la république, je crains fort qu'il soit rattrapé par l'âge. Fatigué et vieilli, comme disait l'autre. À ce stade, je ne serais pas surpris que le problème soit médicalement qualifiable. Bah, le lâchage par son camp s'accélère, ça ne tiendra pas longtemps comme ça.

Après toutes ces péripéties, une bière entre amis, un dîner tranquille à deux - et maintenant, dodo !

Le Plume vous salue bien.