le.plume.free.fr

Des photos et des jours

Base de donnée complète du weblog et index des images.

Il y a actuellement 1358 entrées dans la base. Vous pouvez modifier les paramètres de visualisation, cliquer sur une image pour avoir plus de détails ou accéder à une vue plus générale.
Afficher entrées trié par taille : mode :

dimanche 19 juin 2005

Quarante-deux

Il n'est pas impossible, finalement, que la réponse soit bel et bien quarante-deux.


42nd Street Station, New York, septembre 2004.

Le Plume vous salue bien.



samedi 18 juin 2005

Finis Terrae

Pensées de bout du monde en ce samedi étouffant de Paris - avec une légère gueule de bois qui n'arrange rien. De bout du monde, comme ce cap qui sépare l'hospitalité de la baie de Douarnenez, à l'est,du véritable grand bain...


Cap de la Chèvre, Finistère, août 2000.

Falaises de grès qui plongent d'une centaine de mètres, bruyère, vent... Et la houle atlantique, sans cesse.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 17 juin 2005

À la pêche aux crevettes

Pour commencer le week-end, un petit bain de pieds dans l'eau salée :


Sur la grêve de Louannec (22), août 2000.

Mais attention à ne pas remplir les bottes : elle monte !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 16 juin 2005

Une fleur à l'ombre

Dans un recoin de Jussieu, un petit pavillon en tôle verdâtre a été construit l'an dernier pour abriter, je crois, des unités de climatisation. Du coup, la pelouse qui se trouvait là a été supprimée et remplacée par un espèce de faux plancher en grille galavanisée, à une cinquantaine de centimètres au dessus de la bouillasse.

Le printemps est arrivé et la bouillasse s'est transformée en groupement végétal pionnier : au travers de la grille ont pointés chardons, folles avoines, herbe-à-robert et sénéçon jacobée. Des coquelicots aussi, que j'avais apperçu de mon troisième étage et que je voulais prendre en photo - mais quand je suis descendu tout à l'heure ils avaient fanés déjà. Sauf un, qui était resté caché derrière les barreaux. Je vous l'offre donc :

Le Plume vous salue bien.



mercredi 15 juin 2005

Un train peut en cacher un autre

Lorsqu'en bicyclette - ou d'ailleurs en voiture - je me rends de chez moi à la présidence de l'université, derrière la bibliothèque nationale, je rejoins d'une manière ou d'une autre la rue Proudhon, qui est la réponse du 12ème arrondissement à la rue Watt : un semi-tunnel sous le faisceau ferroviaire de la gare de Lyon, pour rejoindre le pont de Tolbiac, en contournant la petite église de Bercy, un peu pitoyable sur son petit terre-plein.


Au carefour de la rue Proudhon, de la rue Coriolis et d'un pont à deux étages de voies ferrées.
Paris 12ème, lundi 13 juin 2005.

En passant lundi, come la lumière était belle, j'ai pris une petite photo, un peu comme j'ai pu - j'aime pas trop rester planté sur mon vélo à un carrefour quand le feu passe au vert, même sur le bord du trottoir. Surtout au bas du raidillon de la rue Taine. Photo, donc, pas extraordinaire mais à peu près regardable - jusque là tout va bien.

C'est quand j'ai commencé à réfléchir à l'entrée qui irait avec que ça a dérapé. Car voilà : de rails en voitures et wagons, j'ai commencé à penser aux voyages en train qui ont compté - j'ouvrais la voie au train de la mémoire, qu'on dirait si on voulait faire des phrases.

Parce que des trains, il y en a eu pas mal. Un Paris - Le Havre un jour de canicule, par exemple ; je devais avoir 4 ou 5 ans. Plus tard, les changements de vitesse de la micheline Plouaret - Lannion que j'entendais de ma chambre la nuit. Ce n'était pas à proprement parler une micheline - plutôt un bon vieux "Picasso", avec la cabine de conduite qui dépasse du toit - mais tout le monde l'appelait comme ça.

Encore plus tard, on change de terminus parisien : après Saint-Lazare et Montparnasse, Austerlitz, avant que la grande vitesse nous ramène à Montparnasse, huit ans plus tard. Un trajet Angoulême - Paris un hiver d'inondations : passage d'un tunnel au ralenti, avec les roues qui barbotent dans l'eau.

D'autres crues, les voies seules émergées à travers la plaine inondée : entre Cognac et Saintes, entre La Roche-sur-Yon et La Rochelle, entre Rennes et Redon... Des trajets en Corail à travers les plaines de l'ouest de la France, regarder de l'arrière de la voiture de queue les traverses qui partent vers le point de fuite. Un autorail entre Tours et Le Mans un 13 juillet au soir : de ci, de là, les petits feux d'artifices de village.

Un voyage en train de nuit depuis Auray (Morbihan) jusqu'à Castelnaudary (Aude) pour rejoindre une péniche-camp de vacances, je devais avoir quatorze ans - enfin, jusqu'à Castelnaudary, théoriquement : suite à un changement de train raté à Toulouse-Matabiau, me suis retrouvé à Carcassonne. Conséquemment, mes débuts en auto-stop.

D'autres trains de nuit, généralement sans sommeil : Paris - Hambourg, vers la même époque, avec un arrêt interminable en gare d'Aachen, souvenir de néons au dessus de la gare. Paris - Rosporden, correspondance à Pont-Aven pour le Groenland. Et plus tard, Rennes - Grenoble pour y retrouver celle qui est devenue Madame Plume. Curieusement, cette fois-là, je n'ai aucun souvenir du trajet, seulement de l'arrivée.

Et puis, bien sûr :

E pericoloso sporgersi
Nicht hinauslehnen
Ne pas se pencher au dehors
Do not lean out of window

Le Plume vous salue bien.



mardi 14 juin 2005

En vrac...

Les observations du jour, dans le désordre :

  1. Le bleu du ciel fait bailler dans les bureaux.
  2. La rue de Vaugirard n'est pas le chemin le plus court entre le boulevard Raspail et la rue des écoles.
  3. Sous le soleil, la grande verrière d'Austerlitz a d'intenses reflets dorés.
  4. Le vélo quand il fait chaud, c'est bien quand on roule mais pas quand on s'arrête.
  5. Les arbres un peu rabougris de l'avenue de France sont des Gingko Biloba - depuis le temps que je les connais, je n'avais jamais remarqué ça.


Avenue de France, hier après-midi.

Sinon, mes travaux sur ce blog n'avancent guère faute de documentation appropriée sur les fonctionnalités avancées de 20six*. XML-RPC, c'est bien, mais si on n'a pas la description de l'API, on est bien avancé... Qui sait, peut-être aurais-je une réponse du support technique à ce sujet ?

Le Plume vous salue bien.

* La version originale de cette entrée était sur la catastrophique plateforme 20six.



lundi 13 juin 2005

Avis de travaux

Chers lecteurs,

veuillez nous excuser de cette interruption momentannée de l'image et du son.

En fait, comme je le disais jeudi, c'était un peu la panne ces jours-ci. Tout bloggueur se demande un jour ou l'autre où l'emmène son blog... Plutôt que de rester embourbé de la sorte, je vais m'en sortir par le haut : je décrète donc ouvert le chantier de rénovation de ce blog.


Travaux en profondeur, avenue de France, Paris 13e, cette après-midi.

Dans les jours qui viennent, vous devriez voir apparaître une nouvelle maquette, couplée à des pages persos elles-même profondément renouvelées. Le but est d'utiliser un outil unique pour blogguer et pour mettre à jour les pages persos. J'en profiterais sans doute pour régler quelques petits problèmes que j'ai pour blogguer par GPRS.

Ceci dit, pendant les travaux, le blog continue. J'ai des idées d'entrées à la pelle, maintenant !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 9 juin 2005

En cas de panne...

...s'en remettre aux paysages. De préférence maritimes.


Camp's Bay, sur la côte ouest de la péninsule de Bonne-espérance, juste au sud de Cape Town, février 1997.

Désolé, c'est tout pour aujourd'hui. Il y a des jours comme ça.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : à noter que 20six n'a pas l'air en top forme non plus. Ça faisait lontemps...



mercredi 8 juin 2005

Friche urbaine

Puisque cet été sera purement européen, je me replonge - par esprit d'auto-contradiction sans doute - dans mes photos d'outre-Atlantique et j'ai un coup de cœur pour celle-ci :


Coney Island, Brooklyn (NY) - paysage à la coke machine.

Le Luna Park de Coney Island, pratiquement désert par une belle après-midi de septembre, ses vastes parkings pratiquement vides, ses attractions peuplées uniquement d'hommes en bleu de travail avec chiffons à graisse et clé à molette et sa machine à coca-cola qui règne sur tout ça...

Le Plume vous salue bien.



mardi 7 juin 2005

Comme ça pousse à cet âge là...

Vous vous rappelez du chantier du bâtiment dit « des seize milles, » les 16.000m² que se fait offrir notre chère consœur, l'université Paris 6 Pierre et Marie Curie - dont un rapport de l'inspection des finances devrait confirmer l'inutilité, le campus de Jussieu comptant à l'horizon 2010 environ 50.000m² non affectés ? Je vous l'avais montré une première fois le 24 juin 2004, puis les 20 juillet, 30 novembre et 7 décembre 2004. Je n'avais pas remis ça depuis, et pourtant, ça a un tout petit peu changé :


Le chantier des seize milles à Jussieu, en fin d'après-midi aujourd'hui.

On est loin des espèces de fouilles archéologiques de la dernière fois. Les six niveaux de dalle sont coulés, les cloisons commencent à pousser. Bientôt la façade commencera à apparaître - je suis curieux de voir le degré de disharmonie avec les barres plus anciennes que ce bâtiment prolonge. Affaire à suivre...

Le Plume vous salue bien.



lundi 6 juin 2005

Port de pêche

J'avais bloggué le Duomo de Sienne avant-hier ; ce soir, je reste dans l'Europe du Sud, mais plus à l'ouest, beaucoup plus à l'ouest - presque aussi loin qu'on puisse aller en restant sur notre continent : Peniche, au nord-ouest de Lisbonne, port de pêche et citadelle perchée sur sa péninsule.


Citadelle et séchoir, Peniche, Portugal, juin 1992.

Quand je l'ai visitée, Peniche, c'était une petite ville côtière un peu endormie avec ses chantiers navals construisant les petits chalutiers en bois de pêcheurs locaux, sa coopérative maritime et ses filets de morue au séchage sur l'esplanade ventée qui borde la citadelle.

Nous y étions arrivés par la mer, notre première escale depuis la Bretagne nord. Atterrage impeccable dans la matinée entre le cap Carvoiero et l'île qui est en face ; entrée en douceur dans le port et mouillage devant la citadelle. Un douanier nous aborde alors que nous sortions pain et jambon pour un petit casse-croute et nous souhaite « bienvenue au Portugal et bon appétit » dans un Français parfait. Suite un peu moins glorieuse, l'ancre étant complètement emberlificotée dans un vieux câble qui traînait au fond mais, grâce à divers palans et au balaise du bord, on arrive à se dégager et à rejoindre le poste de mouillage qu'on nous avait indiqué.

Après, c'est l'escale : le quai qui tangue au moment de mettre pied à terre, une bière fraîche en terrasse, une longue promenade dans les petites rues.

Il ya avait un reportage à la télévision l'autre jour sur Peniche, donné en exemple de la modernisation du Portugal. Les rues étaient déjà en travaux en 1992 ; je ne sais pas si je reconnaîtrais si j'y retournais aujourd'hui. J'espère que les décors de faïence des vieilles maisons de la villes sont toujours là !

Le Plume vous salue bien.



dimanche 5 juin 2005

À monter soi-même

Activité éminemment dominicale aujourd'hui : le raid chez Ikea. Ça demande autant de préparation, d'audace dans la réalisation et de promptitude dans la fuite qu'un raid viking, sauf que, là, les vikings ne bougent pas et c'est nous qui venons apporter nos sous. Pas cons, les vikings.

Pour commencer, il faut retrouver toutes les pièces de la galerie, achetée d'ailleurs chez Ikea et qui sauf erreur de ma part n'a jamais servi que pour se rendre chez Ikea. Au bout du compte, la seule pièce qui manque est un écrou carré avantageusement remplacé par celui d'un écrou-cage pour rack informatique et qui traînait fort opportunément dans un vide-poche. Moyennant de se rappeler comment tout ça s'emmanche et nous voilà partis, récupérant au vol une amie, complice voire instigatrice de ce raid. Le trajet, facile : à l'heure de Roland Garros, ça roule et, pour s'y retrouver dans le dédale de ronds-points de la zone industrielle Paris-Nord, suffit de suivre le flot.

Dans le magasin lui-même, c'est pas compliqué, il faut suivre les flèches. L'éthique protestante du travail en application : pas question de négliger la salle de bain même si l'on est venu acheter des bibliothèques. Et puis, les grandes questions existentielles : quelle différence entre BILLY et BONDE ? Faut-il préférer EXPEDIT ou DIRIGENT - à moins qu'ENETRI, tous comptes faits..?

Mais le plus drôle, c'est après. Finies les salles d'exposition claires et spacieuses : on descend aux enfers et, après la traversée d'une vaste galerie marchande (purgatoire ?) où l'on achète quelques dizaines d'objets plus ou moins définissables et qui sur le moment ont l'air d'être une vachement bonne idée, on arrive au cœur des ténèbres :

Après avoir trouvé les trésors de son choix dans cette obscure forêt, on se retrouvera aux commandes d'un trente tonnes à quatre roues qu'on manœuvrera grâce à deux poignées de plastique bleu jusqu'à la caisse la plus proche. On y versera un écot substantiel avant de retourner vers son drakkar - non sans récupérer le cas échéant un chargement de butin différé, ce qui laisse le temps de faire le plein de sucres, rapides et lents, à la cafeteria du coin : on en aura besoin.

C'est en effet au moment de charger drakkars et snekkars que le viking s'interroge : était-il vraiment nécessaire de piller cette dernière abbaye avant de rembarquer ? Mais tôt ou tard, tout est dedans, dessus, derrière, plus ou moins solidarisé avec le véhicule grâce à de robustes sangles - de chez Ikea, cela va de soi. Et l'on rentre, sachant gré aux encombrements vespéraux d'épargner moteur, amortisseurs et boîte de vitesse...

Pour le montage, on verra plus tard. Par contre, je tiens à remercier l'ascenceur qui, à deux centimètres près, nous a épargné le charroi à dos d'homme et sur cinq étages de BILLY 200×80 et 200×60...

Le Plume vous salue bien.



samedi 4 juin 2005

Duomo

Les nouvelles du parti socialiste étant ce qu'elles sont, mieux vaut n'en point parler et penser aux vacances. Les vacances : elles s'organisent, comme c'est souvent le cas chez nous, autour d'un colloque, début juillet à Rapallo - sur la riviera ligure, on fait pire.

Ce qui est prévu : que je parte 24h avant la Madame, qui a des obligations à Paris, avec la vaillante twingomobile à laquelle je ferais franchir les cols alpin tel Napoléon Bonaparte et les armées du Directoire. Je récupère la Madame à sa descente d'avion (merci à EasyJet qui permet d'avoir - enfin ! -  des allers simples à des prix raisonnables) pour aller au colloque en question. Ensuite, quartier libre pour se promener dans la campagne itallienne, entre Ligurie, Toscane et Ombrie, avec en option les Alpes sur le chemin du retour.

On tâchera sans doute de retrouner à Sienne :


Sienne, le duomo, février 1994.

Reste à décider des itinéraires et des étapes. Bah, on verra ça !

Le Plume vous salue bien.



vendredi 3 juin 2005

histoire : les affaires reprennent

Ceux qui suivent ce blog depuis ses débuts ont entendu parler de mon projet de mémoire de maîtrise - sur l'histoire des techniques au XVIIIe siècle en général et la sidérurgie de la fonte en particulier. D'aucun auron suivi mes tribulation d'un centre d'archive à un autre (Angoulême, Rochefort, Vincennes, Paris, Lorient - ce sera tout, merci bien) tout au long de l'année universitaire 2004-2005. Et depuis l'automne dernier... pas grand chose. Il est temps d'en reparler.

En somme, après quatre ans où une partie essentielle de mes loisirs a été consacrée à l'histoire, j'avais, je crois, besoin de souffler un peu. Finalement, faire en trois ans un DEUG et une licence tout en travaillant à plein temps, ça n'est pas si mal. Il est vrai que l'année de licence, qui aurait pu être problématique, correspondait à une année relativement creuse d'un point de vue professionnel. Ça n'a pas été le cas de ces deux dernières années - et rédiger un mémoire, surtout lorsqu'on a l'ambition de faire quelque chose de bien, demande un tout autre investissement que de bachotter quelques cours et de lire quelques bouquins sur un programme.

Du coup, j'ai traîné. En plus, comme j'espérais réussir à finir la bête à la toute dernière minute pour avoir ma maîtrise, j'ai omis de me réinscrire - c'est cuit donc pour cette année.  mais les affaires reprennent : je vais me réinscrire l'an prochain, en première année de master, avec une nouvelle directrice, mon directeur d'origine prenant sa retraite. J'ai quand même quelque remords à ce propos : il m'aurait semblé approprié de soutenir ce mémoire sous la direction officielle du professeur qui m'a fait découvrir la richesse de l'histoire des techniques. Ceci dit, la nouvelle titulaire de la chaire d'histoire des techniques est quelqu'un que je connais, que j'apprécie beaucoup et qui je crois m'apprécie aussi et qui est spécialiste de la jonction entre XVIIIe et XIXe siècle, ce qui correspond parfaitement à mon sujet.

Ce qu'on va faire, par conséquent, c'est de reprendre l'affaire de manière très pragmatique : comment tirer du diplôme universitaire - j'y accorde une certaine valeur - d'un travail de recherche d'ores et déjà plutôt réussi. On va tâcher de faire ça, je vous tiendrai au courant.

En attendant, voici un petit échantillon de la richesse des fonds d'archive que j'ai eu le plaisir de consulter. Il s'agit d'un plan de la rivière Touvre - un affluent de la Charente qui a la particularité de prendre sa source d'une résurgence importante et dont le flot est donc pratiquement constant en toute saison. C'est elle qui fait mouvoir les soufflets de l'usine que j'étudie - il n'y a pas de hauts fourneaux sans soufflage et, à cette époque, pas de soufflets sans roue hydraulique. Je vous renvoie à un schéma que j'ai posté il y a déjà logtemps dans ma rubrique "histoire de dire". Les droits domaniaux sur les eaux de cette rivière ont été l'objet de longs conflits juridiques - le domaine du Roi, s'il est inaliénable, peut être engagé, c'est à dire en quelque sorte hypothéqué ; cet engagement étant cessible, on aboutissait à une situation où l'on ne savait plus à qui était quoi, entre le roi, son frère et des particuliers. En 1777 a donc eu lieu un bornage délimitants lesdits droits et qui ont été fixés sur une carte. On a du coup commandé au même cartographe cette imposante carte de la rivière Touvre en trois rouleaux, intitulée Plan de la rivière de Touvre sur la quelle s'étendent les droits de pêche retirés par Monseigneur le Comte d'Artois sur les héritiers de Mr. Paultre et autres. Il s'agit vraissemblamblement de l'œuvre de Pierre Touffaire, ingénieur des bâtiments civils de la marine à Rochefort. Tout en haut, c'est l'usine que j'étudie et qui est au cœur du litige.

Cette affaire n'est que l'un des nombreux dossiers dans lesquels je me suis plongés, un peu périphérique à mon histoire mais soulevant plein de questions concernant la conception du domaine et de ce qu'est l'eau d'une rivière, à la fois source de nourriture par le biais de la pêche et d'énergie pour les moulins à blé mais aussi les forges, hauts-fourneaux, papeteries, qui forment la base de l'ancienne industrie.

Je pourrais en parler pendant des heures - mais je vois que ce qui ne se sont pas enfuis s'endorment. Je vous souhaite donc une bonne nuit !

Le Plume vous salue bien.

P.S. : il y a quelques bugs dans les raccords de photos, désolé. Les pieds de chaises qui tenait le rouleau ouvert à ses deux extrémités donnent l'échelle.



jeudi 2 juin 2005

Penser à autre chose

Retour d'A.G. de section - puisqu'après tout je suis toujours au parti socialiste. Mes aïeux, c'est pas gagné... Curieux d'entendre chez nous condamner les traîtres qui ne suivent pas la ligne du parti - seuls responsables des défaites, bien entendu. Je préfère penser à autre chose.


Marée basse en baie de Perros, 25 avril 2005.

À la mer, par exemple, qui imperturbable monte et descend toutes les douze heures et trente minutes environ. Ou à mon sujet de maîtrise qui renaît sous la forme d'un sujet de master, je vous en dirai plus demain.

En attendant, mieux vaut aller se coucher.

Le Plume vous salue bien.



mercredi 1 juin 2005

Ciel, lumière

Juste un ciel de Paris pour ce soir :


Paris, rive gauche, 31 mai 2005.

Un ciel, une lumière : la fameuse lumière des peintres, celles pour laquelles ils parcouraient le monde - les ciels de Constable dont parle Roubaud, par exemple. Est-ce qu'on regarderait le ciel pareil s'il n'y avait pas la peinture ?

Le ciel était là avant malgré tout. Et on le regarde depuis qu'il y a des yeux pour ça.

Le Plume vous salue bien.

Jacques Roubaud, Ciel et terre et ciel et terre, et ciel. John Constable, Flohic éditions, 1997.



mardi 31 mai 2005

Pronostics

Hier, la question du jour était : que va devenir le parti socialiste. La démission de Jean-Pierre Raffarin a détourné les regards vers l'actuelle majorité - ça va nous permettre de souffler un peu.

Exit Raffarin, donc. Pas trop tôt ; en ayant quelque peu entendu parler dans le contexte poitou-charentais, j'étais sûr, dès sa nomination, qu'il ferait un premier ministre des plus impopulaires et j'ai gagné. Pourquoi l'avoir gardé si longtemps, non pas usé jusqu'à la corde comme on disait il y a un an mais bien au delà ? Je ne vois pas d'autre explication qu'une certaine sclérose intellectuelle de la part du président de la République. À moins bien sûr qu'on ne pense que ce dernier souhaitait au fond la victoire du non, ce qui vu ses antécédents n'est pas hors de question.

L'autre possibilité, c'est que, sa seule possibilité raisonnable étant Dominique Galouzeau de Villepin, il ait eu quelques inquiétudes sur ses capacités à tenir un poste aussi en vue. Ce serait pour le coup un signe de lucidité dans la mesure où il en est, je crois, incapable.

La question du jour est donc : Sarko retournera-t-il place Beauvau ? Il avait annoncé haut et fort qu'il refuserait tout autre poste que celui de premier ministre. Cependant, en imposant de conserver l'UMP en sus d'un ministère important, il force Chirac à se dédire jusqu'au ridicule, ce qui le réjouirait abondamment.

De toute façon, la composition de ce gouvernement sera de l'ordre de la palinodie, sans le moindre intérêt politique. Qui s'est réellement intéressé à la composition du gouvernement du malheureux Bérégovoy ? Les carotttes étaient déjà cuites.

Pour des pronostics plus avancés sur toutes ces questions, il vaudrait mieux s'adresser à de véritables spécialistes :


La bonne aventure, place Denfert-Rochereau (Paris 14ème).

À propos de Denfert-Rochereau et pour changer de sujet, cette place porte un nom intéressant ; elle s'appelait historiquement « barrière d'Enfer. » Lorqu'après la guerre de 1870, on a voulu honorer le colonel Denfert-Rochereau (Jean-Philippe), défenseur de Belfort, on a trouvé expédient de donner son nom à cette place qui ainsi changeait de nom sans en changer, puisque la barrière d'Enfer restait « Dennfert. »

Demain je répondrai à la question que vous vous posez tous : le boulevard Richard-Lenoir est elle dédiée à une personne prénommé Richard ou à deux personnes, Richard et Lenoir ?

Le Plume vous salue bien.



lundi 30 mai 2005

Et le lendemain, il faisait jour

Les premiers chrétiens en étaient persuadés : la fin du monde était imminente, l'histoire de quelques années tout au plus. Et puis, force a été de le constater, ce monde semblait durer. Le Moyen-âge a vécu dans cette attente : chaque fois que les temps se bousculaient, que les bases de la société semblaient ébranlées, ça y est, cette fois, c'était sûr, on y était - c'est le sens du scenescit mundus de Scott Érigène, alors que Vikings, Magyars et Sarrazins montaient à l'assaut du monde carolingien : non pas « les temps sont durs » ni « Mais où sont les neiges d'anta » mais bien «  ce monde vieillit - il n'en a plus pour longtemps... » Les discours de cette campagne étaient nombreux à nous annoncer mille et un cataclysmes.


Bureau de vote n°28, Paris 10ème, hier après midi.

Pourtant, ce matin, le soleil c'est levé et moi aussi - non sans difficultés je dois le reconnaître. Il y avait toujours une Union européenne, la bourse ne s'était pas effondré, l'Euro ne perdait pas suffisamment de valeur pour relancer la compétitivité de l'économie européenne... Dans la rue, dans les entreprises, personne ne portait de brassard noir - en tendant l'oreille, on entendait se réjouir les petites gens, hôtesses et agents d'entretien d'une grosse boîte où j'avais réunion, par exemple.

Dans les vingt-six département du « grand bassin parisien » - l'Île-de-France et les cinq régions adjacentes - seuls trois ont voté en faveur du traité : Paris, les Hauts-de-Seine et les Yvelines. Comme c'est curieux.

Le Plume vous salue bien.



samedi 28 mai 2005

Veille d'élection

Depuis que je milite dans un parti politique, les jours d'élection sont maintenant synonymes de petite nuit : la pénurie d'assesseurs est telle qu'il est difficile d'y couper. Les assesseurs sont, rappelons-le, les bénévoles théoriquement mandatés par les différents partis politiques et qui ont le double rôle d'assister le président du bureau (nommé par le maire) et de surveiller la validité des opérations. Je dis "théoriquement mandatés" parce que, depuis que le 10ème arrondissement de Paris a basculé à gauche, la droite fournit un total de 0 assesseurs pour la tenue des trente bureaux de l'arrondissement. Les écolos en fournissent généralement 4 ou 5, le PC sans doute une dizaine (alors qu'il fait nettement moins de voix que les Verts, mes compliments aux copains communistes - et pas aux Vert, par conséquent).

En clair, ça veut dire être là de l'ouverture à la fermeture du bureau - enfin, il y a généralement moyen de se ménager une pause, si tant est qu'on arrive à garder en permanence au moins un assesseur en plus du président (qui peut lui aussi se faire temporairement remplacer pour la même raison). Cete année, cerise sur le gâteau : il a été décidé que les bureaux de Paris (et ceux de Lyon je crois, mais pas ceux de Marseille, allez comprendre) ouvriraient de 8h à 22h. En ajoutant deux heures pour le dépouillement et le rangement - il faut bien que les bambins puissent utiliser leur gymnase demain matin - et en soustrayant deux heures de pause (soyons optimiste), ça fait une journée de 14h. J'avoue que ça me gonfle sérieusement, ce coup-ci - mais il faut bien que quelqu'un le fasse. Ceci dit, il va falloir que le ministère de l'intérieur révise sérieusement sa politique d'élargissement à l'infini des ouvertures des bureaus : le système actuel, basé sur le bénévolat et le civisme, est au bord de l'asphyxie, à force de tirer sans cesse d'avantage sur les bonnes volontés.

Puisqu'il est question de bonnes volonté, parlons du dépouillement : je rappelle que celui-ci est fait par des électeurs volontaires. L'idéal pour un bureau de taille moyenne est davoir trois ou quatre tables de dépouillements, chacune comptant quatre scrutateurs. Si on est suffisamment nombreux, ça prend une petite heure et c'est plutôt sympa. Alors, si vous n'avez rien de prévu demain soir après dîner, dites les mots magiques après avoir mis votre buletin dans l'urne et émargé le cahier prévu à cet effet : "vous avez besoin d'un coup de main pour le dépouillement ?"

Allez, pour célébrer la fin du beau temps - il y a une justice, il n'aurait plus manqué qu'il fasse beau demain - je vous propose une photo de la dalle des Olympiades (paris 13ème) écrasée par le soleil, en fin d'après midi vendredi.

Le Plume vous salue bien.



vendredi 27 mai 2005

Et l'unique cordeau des trompettes marines

Une journée de travail transpirée dans un Paris moîte de réchauffement climatique - alors, pourquoi pas se reposer un peu les yeux sur un paysage marin, un tant soit peu épargné par la fameuse canicule qui nous a coûté notre lundi de Pentecôte.


Baie de Perros, août 2003. Au fond, les Sept Îles.

La langue française n'a pas de mot spécifique pour ces paysages, alors qu'on n'y voit guère de pays, au sens de campagne, comme dans l'expression ancienne plat pays, ou dans paysan : un paysage marin, c'est beaucoup de mer et pas beaucoup de pays - du ciel aussi, évidemment. L'anglais, qui doit sans doute à ses racines germanique un certain goût pour les mots-valises, parle spécifiquement de seescape. Le français a bien marine mais ce mot ne désigne que le tableau que l'on peut faire de cette vue - la représentation, pas la chose. A rose is a rose is a rose is a rose.

Ce soir-là, tous les voiliers qui avaient passé la journée en mer traînaient un peu avant de rentrer au port, juste assez loin de la côte pour pouvoir regarder le coucher de soleil sur la mer.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : le titre est bien sûr d'Apollinaire ; c'est le texte du poème « chantre », dans Alcools



jeudi 26 mai 2005

Midi à sa porte

« Chacun cherche midi à sa porte » : l'expression est en bonne place au rang de celles que l'on connait bien, que l'on utilise parfois, mais sans savoir trop bien ce qu'elle veut dire. Et comme ceux qui l'utilisent n'en save pas plus que ceux qui l'écoutent et la réutiliseront, son sens disparaît peu à peu.

Mais ce n'est pas des pages rose du Larousse qu'il s'agit. C'est rue du Cherche-midi que ça se passe.


Paris, 6ème arrondissement, 11 mai 2005.

Un bout de mur en dentelle qui ne mure rien, un réverbère sous le soleil. Et une tour Montparnasse qui montre le bout de son nez.

Sinon, Basic Instinct, ça a plutôt mieux vieilli que Le Grand Bleu, ne trouvez-vous pas ?

Le Plume vous salue bien.



mercredi 25 mai 2005

Deux-chevaux verte !

Elles se font rares maintenant les deudeuches vertes, celles  dont le croisement étaient l'occasion de se pincer d'un bout à l'autre de la banquette arrière jusqu'à ce que l'escalade de la violence n'amène l'intervention du conducteur... Certaines ont été victime de la Baladurette, d'autres tout simplement de leur maladie congénitale : la rouille jusqu'au point de rupture des longerons.

Du coup je n'ai pas loupé celle-ci, qui était garée en bas de la rue du Faubourg Poissonnière (immatriculation floutée parce que j'ai des principes) et qui brillait sous le soleil d'après l'averse :


Souvenir d'enfance en stationnement à la frontière de mon arrondissement, lundi 23 mai 2005.

Me rappelle la deuche des cousins, ça. Même si elle était bleue, de ce bleu indéfinissable qui n'appartenait qu'à elles. On en a fait, des kilomètres, là-dedans - y compris des cinq cent bornes par la nationale et sous la pluie - quand un camion double, l'appel d'air ouvre la fenêtre du conducteur qui ne verrouille plus depuis des lustres, et là il faut se planquer avant l'arrivée du seau d'eau envoyé par les roues...

Et puis il y a les entrées à l'américaine, sans ouvrir les portes - après tout, c'est une décapotable. Les fin de côtes en première dès qu'on est trois ou quatre dedans. Les bourrasques qui secouent l'habitacle les jours de tempête.

so much depends
upon

a green deux-
chevaux

glazed with rain
water

besides the white
chickens

(William Carlos Williams, un tantinet remanié par mes soins - mais je n'ai pas trouvé de substitut adéquat aux poulets du dernier vers.)

Le Plume vous salue bien.



mardi 24 mai 2005

Et sinon, Jussieu...

Un petit moment qu'il n'y a pas de Jussieu sur ce blog - pas très envie d'en causer je suppose ? J'y passe pourtant toujours une partie non négligeable de mes journées...

Pourtant, grâce à des problèmes de climatisation à répétition (ne l'oublions pas : sans climatisation, pas d'informatique), j'ai pu faire ma promenade favorite : les toits, un des rares endroits de Jussieu où l'on se sente au cœur de Paris.


Vue du toit de la barre 65-66, 10 mai 2005.

Autre point de vue, autre ville - comme découvrir une représentation nouvelle de la ville qu'on connait.

Le Plume vous salue bien.



lundi 23 mai 2005

Montparnasse

Le 22 octobre 1895, le train express n°56 en provenance de Granville arrivait en gare Montparnasse à une vitesse légèrement supérieure à la normale. Le mécanicien tente d'actionner le frein à air comprimé Westinghouse - qui permet d'actionner les frans de toutes les voitures simultanément, mais le robinet est grippé : il ne parvient pas à arrêter le convoi à temps. Le train renverse le butoire, traverse la salle des pas perdu, perfore la façade et tombe en contrebas, sur l'actuelle place Fulgence Bienvenüe. Par chance, le conducteur du fourgon de queue a pu, lui, actionner le frein, ce qui a permis d'arrêter le train alors que seule la locomotive était tombée.

L'accident, qui a donné lieu à des photos célèbres, n'a fait qu'une victime, une marchande de journaux ou un passant suivant les sources. Mais aujourd'hui, la façade de la gare Montparnasse était en parfait état :

Les perfides me feront deux remarques :

Tout ça pour dire que cette gare se charge d'une nouvelle couche sémantique : après avoir été la gare des vacances de la Toussaint à Paris (remplaçant dans ce rôle la gare Saint-Lazare avant d'être elle-même remplacée par Austerlitz, mes parents ayant eu parfois la bougeotte), puis celle des études à Paris (qui ont opportunément débutées en même temps que la desserte à grande vitesse d'Angoulême), puis celles du stage à Versailles, puis celles des pauses en Bretagne lorsque lesdites études étaient un peu en panne, puis celles des travaux en archive à Angoulême ou Rochefort et, pendant ces mêmes années, celle des week-end chez mes parents, elle devient celle du boulot de la Madame, qui se rendait aujourd'hui à sa première réunion au Mans.

Voilà, c'était notre émission spéciale "Montparnasse et moi", merci de nous avoir suivis. Sacré gare, j'y ai même passé une nuit, alors qu'elle était en plein travaux, retour du Mali et en attente du premier Paris-Brest.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 22 mai 2005

Un dimanche dominical

Un dimanche en pente douce aujourd'hui. Pas inutile après ces dernières semaines un tantinet éprouvantes. Sans compter que ça me gratte les bras. Aujourd'hui, donc, repos domiciliaire et dominical.


Amiens, la cathédrale au coucher du soleil, 17 mai 2005.

Un jour à regarder la forme des nuages changer et le soleil se coucher. Ou, à défaut, à traîner dans un canapé en regardant gagner Toulouse, avant d'aller se préparer un bon dîner*.

Demain, je pourrais encore souffler un peu, la présidence de l'université nous ayant offert un lundi de non-pentecôte - et ce pendant que la Madame, elle, inaugurera ses trajets vers les vertes collines du Maine. Je sens que je vais me sentir un peu coupable, sur ce coup là... D'un autre côté, j'ai promis de rédiger un cahier des charges d'appel d'offre pour dans huit jours - raisonnablement, demain ne devrait donc pas être tout à fait chômé. On verra bien.

Le Plume vous salue bien.

*Butter chicken (poulet mariné façon tandoori avec sauce tomate au beurre et aux épices), aloo paratha (pommes de terre épicées) et riz basmati...



samedi 21 mai 2005

Baignade toujours

Trop occupé hier soir à vidanger les bouteilles de champagne qui restaient de l'habilitation pour blogguer. Faut bien fêter ça...

Du coup, je suis vanné, d'autant qu'on a re-fêté ça aujourd'hui. Et en plus, j'ai les bras qui me démangent terrible. Dur la vie. Et avant de m'endormir comme une pierre, je vous livre une photo de baignade - la seule fois que j'ai photographié une tortue dans son habitat naturel, je crois. L'habitat naturel étant, en l'occurence, le parc des fens, à Boston, tout près du Museum of Fine Arts d'une part et du stade de baseball des Braves, d'autre part.


Chelydra serpentina, la snapping turtle d'Amérique du Nord. Boston, Fenway Park, juillet 2001.

Notez au passage que, même si elle nage en eaux troubles, la tortue garde le regard cair !

Le Plume vous salue bien.



jeudi 19 mai 2005

Dans le grand bain

Bon : comme je le disais hier soir en commentaire, si notre folle cavalcade au travers des plaines picardes n'a pas eu exactement le résultat escompté, les choses ont fini par se débloqué d'un côté que l'on n'attendait plus. Ende gut, alles gut dit-on outre-Rhin ; quant à moi, je continue donc sans états d'âmes ma mini-série amiénoise.

Ceci dit, toute cette affaire (ainsi qu'une séance de bricolage dans la laine de verre) m'a filé une espèce d'urticaire sans gravité mais assez désagréable. Je rentre donc de ce pas à la maison prendre un bon bain !


Objet trouvé sur les berges de la Somme à Amiens, 17 mai 2005.

Le Plume vous salue bien.

P.S., petit appel à commentaires : sauf exceptions, j'ai plus ou moins stabilisé le format des images que je poste dans cette rubrique à 600×400 pour les images au format 2/3 issues de l'argentique ; à 560×420 pour les images 3/4 de l'appareil numérique (mais 408×540 pour les orientations verticales) ; à 512×512 pour les extraits au format carré. J'ai l'impression que c'est un compromis acceptable pour toutes les résolutions d'écran qu'on trouve aujourd'hui dans le commerce. Est-ce que vous confirmez cette impression ?



mercredi 18 mai 2005

Retour de campagne

Retour un peu trop tard hier soir pour pouvoir écrire une entrée...

Je m'explique : la Madame, elle était à la chasse à un poste universitaire, ce qui suppose d'envoyer des dossiers relativement monumentaux par monts et par vaux, puis de se rendre à des entretiens dans les universités intéressées. Et hier, il y en avait deux, d'entretiens : un l'après-midi en banlieue parisienne, l'autre en fin d'après-midi à Amiens. Du coup, j'avais pris une demi-journée de congé pour jouer les chauffeurs de maître.

Nous avons réussi à arriver à l'université d'Amiens une minute avant le rendez-vous - ce n'était pas gagné. Après ça, promenade du côté des hortillonnages, suivie d'un bon dîner. Bonne fin de journée en Somme, en somme.


Les bords de la Somme à Amiens hier soir.

Ceci dit, pour le moment, il n'est pas certain que ces efforts soient couronnés de succès. On croise les doigts et on verra...

Le Plume vous salue bien.



lundi 16 mai 2005

Beauregard

Après les vertes allées, le Sentier, certes beaucoup moins verdoyant - même si pour une fois, la rue Beauregard portait bien son nom :


La rue Beauregard (Paris 2ème) au soleil du matin, 22 avril 2005.

Même l'église du coin avait l'air de bien porter son nom, c'est dire. Et sur ces optimistes propos, je vous laisse : la journée de demain s'annonce chargée.

Le Plume vous salue bien.



dimanche 15 mai 2005

Serres tropicales

Je sens que je vais continuer à vous bassiner un peu avec le jardin des plantes, parce qu'il y a un lieu magique dont je n'ai pas encore parlé : les serres tropicales. Il y a une raison à ça : elles sont fermées au public pour rénovation et, au train où vont (ou ne vont pas) les travaux, la réouverture n'est pas pour demain. En attendant, on peut voir ces impressionnantes structures de verre et d'acier, pleines à craquer de palmiers, de manguiers, de palétuviers, de cycadophytes et, je crois, de quelques fougères arborescentes. Pleines à craquer, mais sans craquer pour autant : bien que les frondaisons s'appuient visiblement sur les vitres, on n'a pas encore vu à ma connaissanec d'hévéa jaillir hors des panneaux.


Jardin des plantes, Paris : les serres tropicales, 9 mai 2005.

Ce côté là, vers l'est, c'est le côté tropical humide. À l'autre bout, yuccas, cactus, protéas et Joshua trees : c'est la « serre mexicaine, » consacrée au milieux arides. En plissant un peu les yeux, on peut la visiter du regard depuis la rampe qui mène de l'esplanade de la grande galerie vers le côté nord des jardins et l'amphithéatre et qui se faisant déséspère le joggueur.

Le jardinage domestique du jour avait certes moins d'ampleur ; mais tout de même, petit à petit, on commence à avoir pas mal de verdure sur laquelle poser les yeux !

Le Plume vous salue bien.



samedi 14 mai 2005

Carte postale

S'agissant d'Afrique du Sud, je me sens toujours un peu coupable de publier des images de carte postale. Ces images ont tellement servies à masquer les réalités d'un pays qui, après avoir passé le demi-siècle que l'on sait, se débat tant bien que mal face aux problèmes sanitaires et sociaux que l'on sait aussi.

D'un autre côté, ici, il pleut, il fait froid ; les paysages urbains de notre capitale sont loins d'avoir leurs plus beaux atours ; bref, globalement, ce n'est pas la grande forme. Alors pourquoi se refuser quelques belles images ?


Boschendaal, Western Cape, le corps de ferme du XVIIIe siècle.

C'est sous le grand chêne, sans doute amené par les émigrants huguenots dans leurs chapeaux, qu'avait lieu la dégustation de vins blancs que j'avais montré ici il y a presque un an.

Franchement sympas, les vins blancs en question - ça je crois que je l'avais déja dit.

Le Plume vous salue bien.